Gâteaux pirate - Ciloubidouille

Gâteaux pirate

Comme vous le savez, le we dernier on fêtait en grande pompe les 8 bougies de mon aîné préféré. Ce dernier avait réclamé un anniversaire de pirate et même si ce n’est pas beau de réclamer, moi j’ai cédé. J’ai donc lancé les invitations et au matin du jour J, je me suis attelée à la confection du gâteau. Mais attention, je vous vois espérer un truc bien méchant, genre un gâteau en forme de canon argenté avec un boulet prêt à exploser ou un autre en forme de singe, que ses poils on dirait des vrais. Que nenni. Je vieillis mes amis et surtout, j’apprends des erreurs du passé. Et savez-vous ce que j’ai retenu de tous les anniversaires organisés pour mes enfants ? C’est simple.

Pour l’anniversaire de ton gars, la tête tu ne te prendras pas. Car les enfants, ça mange tellement de bonbons et de boissons (aaaah, on les reconnaît vite les enfants dont les parents interdisent les sucreries pendant l’année, ceux-là, ils font pilier du bar 😀) qu’ensuite, ils n’ont plus la moindre place pour le chef d’œuvre pour lequel tu t’es levé à 3 heures du matin, même que tu as des yeux violets à pois jaunes.

Nope. Je me suis débrouillée pour créer deux gâteaux hyper simples à faire, qui rendent forcément moins bien que les machins super léchés mais qui demandent un temps riquiqui. Et ça c’est toujours ça de pris pour la suite des opérations.

Alors le premier gâteau se résume à sa présentation. En gros, vous pouvez suivre la recette que vous voulez, ça importe peu. Faut simplement qu’il soit assez épais pour que les choses qu’on va planter dedans tiennent.

Pour la déco, vous pouvez même la bricoler la veille. Ce n’est pas beautiful ça ? Il vous faut du chocolat blanc, des Mikado, une douille (les plus habiles pourront s’en passer) et une feuille de rhodoïd (ou de papier sulfurisé, c’est kif kif).

Attention, c’est un truc de fou. Je ne sais pas si vous allez être à la hauteur mais j’ai confiance en vous !!

Vous posez les Mikado sur la feuille de rhodoïd (ils peuvent déborder, sauf si vous êtes psychorigide). Ensuite, avec le chocolat blanc fondu qui remplit votre douille, vous dessinez de charmants petits ronds, qui ressemblent à n’importe quoi et qui sont sensés être un peu les gros mots des pirates (vous savez, dans les BD, les gros mots sont représentés par des gribouillis). Si vous ne faîtes pas d’anniversaire sur ce thème, lancez-vous dans des cœurs, des fleurs, des voitures, des lettres, etc…

La seule consigne à respecter c’est de bien envelopper le Mikado, sinon, ça tiendra moins bien quand ça aura durci. A ce stade, vous pouvez encore rajouter des pastilles de sucre colorées, des fleurs comestibles, des fruits secs… Tout ce qui se mange et qui fait joli.

Comme mon thème à moi, ce sont les pirates, je bidouille aussi des têtes de mort et des os ! Bon, le truc nul c’est que j’avais oublié de placer les Mikado en premier et qu’ensuite, ben j’ai du les mettre un peu à la Vlà comme je te pousse. Pour remplir mes têtes de mort, d’abord je les dessine, ensuite je les étale à la cuillère.

En parallèle, je dessine une énorme tête de mort en chocolat noir, toujours sur ma feuille de rhodoïd. je forme les yeux avec les doigts… Même pas honte !

Après un petit séjour au frigo, regardez, ça tient tout seul !

Et si je vire le plastique, c’est pareil, c’est devenu tout rigide. De ce côté (celui que je vous montre), c’est plein de relief, mais de l’autre, c’est tout lisse !

Les “sucettes” ont également durci et voilà le résultat :

Il ne reste plus qu’à planter le tout sur votre gâteau (ici un gâteau aux Carambar). Et voilà, c’est fini. Je vous l’avais bien dit : un minimum de boulot cette histoire !

Une vue de dessus pour bien visualiser la tête de mort.

Et un petit zoom sur les sucettes en chocolat. Elles ont fait l’unanimité ! Les enfants n’ont pas fini le gâteau mais les Mikado ne sont pas vus mourir.

Voilà pour le premier gâteau. Pour le second, j’aurai pu me faire un peu plus suer, je le reconnais mais c’était le lendemain, avec ma famille, public aimant et tolérant, pour qui tout est toujours magnifique. Bref, entre ça et tout le reste à préparer, j’ai quand même opté pour la simplicité.

Je suis repartie sur la même base de gâteau. Sauf que pour avoir un démoulage parfait, j’ai glissé une feuille de papier sulfurisé avant de couler la pâte. Au préalable, j’avais légèrement huilé le fond du plat pour que le papier adhère parfaitement au moule. Résultat impeccable, vous pouvez le constater !

Ah j’oubliais, la forme du plat est importante en l’occurrence, vous allez le voir. Vous fendez le gâteau en deux dans la longueur et vous tartinez une tranche de Nutella (enfin de ce que vous voulez qui colle). Vous rassemblez les deux parties pour que ça prenne une forme de coque de bateau…

Et oui, vous voyez où je veux en venir ! J’ai même coupé un peu le fond pour plus de stabilité. Ensuite, il ne reste plus que de la déco, encore et toujours. Pour faire le ponton, j’ai utilisé des Paille d’Or. Cela dit, j’ai voulu fignolé en les plaçant comme du parquet mais en fait, c’est une fausse bonne idée. Le mieux, c’est de les garder par plaque, c’est plus joli. J’ai également faite une sorte de décrochage dans le gâteau pour créer un pont arrière. C’est moyen réussi notez 😀 !

Les canons sont fait en cigarettes russes, un peu soutenues par des cures dents. D’ailleurs, si votre bateau flanche, hop, des pics à brochettes dans la longueur et c’est parfait !

Je n’ai pas de photos où je vous montre comment je plante mes mats mais je pense que c’est facile à deviner :). Je peux en revanche vous montrer mes petites décos finales : ici deux pirates en Légo qui gardent un trésor…

Le capitaine Fracasse à la barre !

Et voilà enfin le bateau Pirate le plus rapide du monde à faire ! Ça ne rend pas de façon parfaite mais c’est quand même assez chouette.

Hop une dernière vue :). Mon gâteau a tout été englouti par une tempête d’assiettes. Bref, un succès pour le moins.

Ça vous plait à vous ?

71 Commentaires

Commenter