Parfois je pense à l’amie Anna Sam et ses Tribulations d’une caissière. Je me dis que je pourrais (devrais ?) écrire la version Pôle Emploi. Pas pour tout dégommer d’ailleurs, je vois bien l’énergie vertueuse de certains accompagnateurs, mais pour pointer la faune et la flore de cette balade dans la forêt du Travail :). Parfois c’est drôle, souvent c’est triste. Dans tous les cas, je pense qu’on en sort abimé. Un peu comme cette dame au pissenlit. Notre fleur personnelle, gracieuse, cohérente, a du sens, de la force, une identité, mais certains vents éparpillent les pétales de notre confiance, de notre espoir. On se sent ébouriffé par la vie, on ne sait pas si on doit laisser partir nos graines pour repousser plus loin, autrement, ou au contraire se recroquiller pour subir le moindre outrage... .Bref... je sors de Pôle Emploi :). #streetart #graffiti - Ciloubidouille

Parfois je pense à l’amie Anna Sam et ses Tribulations d’une caissière. Je me dis que je pourrais (devrais ?) écrire la version Pôle Emploi. Pas pour tout dégommer d’ailleurs, je vois bien l’énergie vertueuse de certains accompagnateurs, mais pour pointer la faune et la flore de cette balade dans la forêt du Travail :). Parfois c’est drôle, souvent c’est triste. Dans tous les cas, je pense qu’on en sort abimé. Un peu comme cette dame au pissenlit. Notre fleur personnelle, gracieuse, cohérente, a du sens, de la force, une identité, mais certains vents éparpillent les pétales de notre confiance, de notre espoir. On se sent ébouriffé par la vie, on ne sait pas si on doit laisser partir nos graines pour repousser plus loin, autrement, ou au contraire se recroquiller pour subir le moindre outrage… .Bref… je sors de Pôle Emploi :). #streetart #graffiti

Parfois je pense à l’amie Anna Sam et ses Tribulations d’une caissière. Je me dis que je pourrais (devrais ?) écrire la version Pôle Emploi. Pas pour tout dégommer d’ailleurs, je vois bien l’énergie vertueuse de certains accompagnateurs, mais pour pointer la faune et la flore de cette balade dans la forêt du Travail :). Parfois c’est drôle, souvent c’est triste. Dans tous les cas, je pense qu’on en sort abimé. Un peu comme cette dame au pissenlit. Notre fleur personnelle, gracieuse, cohérente, a du sens, de la force, une identité, mais certains vents éparpillent les pétales de notre confiance, de notre espoir. On se sent ébouriffé par la vie, on ne sait pas si on doit laisser partir nos graines pour repousser plus loin, autrement, ou au contraire se recroquiller pour subir le moindre outrage... .Bref... je sors de Pôle Emploi :). #streetart #graffiti

1 Commentaire

  • Oh on ! Ne pas se laisser abimer ni dévaloriser par des gens pour qui vous n’êtes qu’un numéro et qui ne peuvent d’ailleurs pas grand chose pour vous… Oui, c’est dur mais je t’envoie toute mon énergie et ma bonne humeur ! Vite un thé, un carré de chocolat, une petite course à pied ou un détour par la piscine ! et le moral devrait être reboosté !!!

Commenter