J’ai sorti les colibris aujourd’hui, un peu par militantisme. Mais pas celui qui dit qu’il est pour ou contre le black friday. Celui qui dit : « oki nous sommes les colibris du conte amérindien raconté par Pierre Rabhi. » mais justement. On fait ce qu’on peut, à la force de nos petites ailes. Si on profite des réductions pour acheter des choses qui nous faisaient envie ou dont on a besoin, c’est ainsi. Si on a envie de consommer plus ethique ou bio ou écolo... très bien aussi. Si on fait volontairement une pause par engagement, c’est chouette. Je crois que le changement est plus global. Et je ne vais pas condamner la personne qui profite des réductions pour se racheter des pompes (alors qu’elle fait peut-être des efforts toute l’année). Tout comme je ne vais pas encenser celle qui clame son fuck à la société de consommation parce qu’elle a un comportement exemplaire et rendu bien visible ce jour. En fait, je ne vais juger personne, ni en bien ni en mal, pour le black friday, les gilets jaunes, le nombre de cadeaux à Noël et celui des fringues dans les penderies. Je vais me contenter de regarder mon nombril et me demander tout bêtement, ce que je veux faire moi de ma vie. En mode colibri. - Ciloubidouille

J’ai sorti les colibris aujourd’hui, un peu par militantisme. Mais pas celui qui dit qu’il est pour ou contre le black friday. Celui qui dit : « oki nous sommes les colibris du conte amérindien raconté par Pierre Rabhi. » mais justement. On fait ce qu’on peut, à la force de nos petites ailes. Si on profite des réductions pour acheter des choses qui nous faisaient envie ou dont on a besoin, c’est ainsi. Si on a envie de consommer plus ethique ou bio ou écolo… très bien aussi. Si on fait volontairement une pause par engagement, c’est chouette. Je crois que le changement est plus global. Et je ne vais pas condamner la personne qui profite des réductions pour se racheter des pompes (alors qu’elle fait peut-être des efforts toute l’année). Tout comme je ne vais pas encenser celle qui clame son fuck à la société de consommation parce qu’elle a un comportement exemplaire et rendu bien visible ce jour. En fait, je ne vais juger personne, ni en bien ni en mal, pour le black friday, les gilets jaunes, le nombre de cadeaux à Noël et celui des fringues dans les penderies. Je vais me contenter de regarder mon nombril et me demander tout bêtement, ce que je veux faire moi de ma vie. En mode colibri.

J’ai sorti les colibris aujourd’hui, un peu par militantisme. Mais pas celui qui dit qu’il est pour ou contre le black friday. Celui qui dit : « oki nous sommes les colibris du conte amérindien raconté par Pierre Rabhi. » mais justement. On fait ce qu’on peut, à la force de nos petites ailes. Si on profite des réductions pour acheter des choses qui nous faisaient envie ou dont on a besoin, c’est ainsi. Si on a envie de consommer plus ethique ou bio ou écolo... très bien aussi. Si on fait volontairement une pause par engagement, c’est chouette. Je crois que le changement est plus global. Et je ne vais pas condamner la personne qui profite des réductions pour se racheter des pompes (alors qu’elle fait peut-être des efforts toute l’année). Tout comme je ne vais pas encenser celle qui clame son fuck à la société de consommation parce qu’elle a un comportement exemplaire et rendu bien visible ce jour. En fait, je ne vais juger personne, ni en bien ni en mal, pour le black friday, les gilets jaunes, le nombre de cadeaux à Noël et celui des fringues dans les penderies. Je vais me contenter de regarder mon nombril et me demander tout bêtement, ce que je veux faire moi de ma vie. En mode colibri.

Commenter