Je lis partout une saturation d’Instagram et de ses algorithmes qui ne présentent pas les photos qu’on publie. L’envie d’être présents, mais ailleurs. J’ai même lu des velléités de retour au blog. Je comprends tout cela, cet énervement face à une forme d’injustice, cette frustration. On a un outil et on voudrait qu’il nous serve au mieux. Sauf qu’Instagram n’est pas un outil. C’est la maison de quelqu’un d’autre. C’est une sorte de location gratuite où on peut exposer ses tableaux. Et comme on n’est pas chez soi, le propriétaire peut décider de placer les oeuvres comme il l’entend, pour la durée qu’il souhaite. Si tu n’es pas content, faut que tu payes, c’est la règle de sa maison. Je lis aussi une envie de plus d’authenticité. Ca par contre, c’est naïf. Moi qui fais de l’authentique depuis toujours, je peux vous dire que ça ne fonctionne pas bien. Les gens veulent des jolies photos retouchées. Ils veulent des histoires qui fassent rêver. C’est très clair quand on analyse les comptes qui explosent. Et perso, je le comprends aussi même je ne le pratique pas. C’est chouette quand c’est tout beau ! Moi j’ai décidé d’utiliser Instagram comme Pinterest. Quitte à ne pas contrôler ce que je vois, je m’abonne à des hashtags créatifs et je laisse leur algorithme me faire apparaitre des trucs sensés m’intéresser. Ca marche souvent et il m’arrive de m’abonner à des artistes inconnus. En revanche, je ne suis pas beaucoup la vie des autres, mais je ne l’ai jamais suivie en vrai. Je ne lisais pas de blog avant (houuuuu ^^) et je ne suis pas tellement plus de comptes instagram. Je donne bien plus que je ne prends, c’est rigolo et paradoxal. Bref, je vais continuer mon petit chemin ici. Et si moi aussi j’ai de la lassitude, ce n’est pas l’algorithme le souci mais plutôt mon feu interne qui ne chauffe pas fort en ce moment. Faudrait que je vous raconte un jour. Mais sur mon blog ^^ ! Bisous à tous ! - Ciloubidouille

Je lis partout une saturation d’Instagram et de ses algorithmes qui ne présentent pas les photos qu’on publie. L’envie d’être présents, mais ailleurs. J’ai même lu des velléités de retour au blog. Je comprends tout cela, cet énervement face à une forme d’injustice, cette frustration. On a un outil et on voudrait qu’il nous serve au mieux. Sauf qu’Instagram n’est pas un outil. C’est la maison de quelqu’un d’autre. C’est une sorte de location gratuite où on peut exposer ses tableaux. Et comme on n’est pas chez soi, le propriétaire peut décider de placer les oeuvres comme il l’entend, pour la durée qu’il souhaite. Si tu n’es pas content, faut que tu payes, c’est la règle de sa maison. Je lis aussi une envie de plus d’authenticité. Ca par contre, c’est naïf. Moi qui fais de l’authentique depuis toujours, je peux vous dire que ça ne fonctionne pas bien. Les gens veulent des jolies photos retouchées. Ils veulent des histoires qui fassent rêver. C’est très clair quand on analyse les comptes qui explosent. Et perso, je le comprends aussi même je ne le pratique pas. C’est chouette quand c’est tout beau ! Moi j’ai décidé d’utiliser Instagram comme Pinterest. Quitte à ne pas contrôler ce que je vois, je m’abonne à des hashtags créatifs et je laisse leur algorithme me faire apparaitre des trucs sensés m’intéresser. Ca marche souvent et il m’arrive de m’abonner à des artistes inconnus. En revanche, je ne suis pas beaucoup la vie des autres, mais je ne l’ai jamais suivie en vrai. Je ne lisais pas de blog avant (houuuuu ^^) et je ne suis pas tellement plus de comptes instagram. Je donne bien plus que je ne prends, c’est rigolo et paradoxal. Bref, je vais continuer mon petit chemin ici. Et si moi aussi j’ai de la lassitude, ce n’est pas l’algorithme le souci mais plutôt mon feu interne qui ne chauffe pas fort en ce moment. Faudrait que je vous raconte un jour. Mais sur mon blog ^^ ! Bisous à tous !

Je lis partout une saturation d’Instagram et de ses algorithmes qui ne présentent pas les photos qu’on publie. L’envie d’être présents, mais ailleurs. J’ai même lu des velléités de retour au blog. Je comprends tout cela, cet énervement face à une forme d’injustice, cette frustration. On a un outil et on voudrait qu’il nous serve au mieux. Sauf qu’Instagram n’est pas un outil. C’est la maison de quelqu’un d’autre. C’est une sorte de location gratuite où on peut exposer ses tableaux. Et comme on n’est pas chez soi, le propriétaire peut décider de placer les oeuvres comme il l’entend, pour la durée qu’il souhaite. Si tu n’es pas content, faut que tu payes, c’est la règle de sa maison. Je lis aussi une envie de plus d’authenticité. Ca par contre, c’est naïf. Moi qui fais de l’authentique depuis toujours, je peux vous dire que ça ne fonctionne pas bien. Les gens veulent des jolies photos retouchées. Ils veulent des histoires qui fassent rêver. C’est très clair quand on analyse les comptes qui explosent. Et perso, je le comprends aussi même je ne le pratique pas. C’est chouette quand c’est tout beau ! Moi j’ai décidé d’utiliser Instagram comme Pinterest. Quitte à ne pas contrôler ce que je vois, je m’abonne à des hashtags créatifs et je laisse leur algorithme me faire apparaitre des trucs sensés m’intéresser. Ca marche souvent et il m’arrive de m’abonner à des artistes inconnus. En revanche, je ne suis pas beaucoup la vie des autres, mais je ne l’ai jamais suivie en vrai. Je ne lisais pas de blog avant (houuuuu ^^) et je ne suis pas tellement plus de comptes instagram. Je donne bien plus que je ne prends, c’est rigolo et paradoxal. Bref, je vais continuer mon petit chemin ici. Et si moi aussi j’ai de la lassitude, ce n’est pas l’algorithme le souci mais plutôt mon feu interne qui ne chauffe pas fort en ce moment. Faudrait que je vous raconte un jour. Mais sur mon blog ^^ ! Bisous à tous !

Commenter