Makis - Ciloubidouille

Makis

Nous y voilà… Les makis, c’est LE plat à la mode sur le net. On l’a vu fleurir partout et j’ai volontiers cédé à ce vent de folie parce que j’adore ces petites tranches de riz. Je vous montre ma façon de procéder mais vous verrez sans doute des pas à pas bien meilleurs que le mien sur le net (et surtout plus proche de ce qui se fait vraiment en Asie, moi je bidouille). J’en fais un juste pour vous montrer que c’est à la portée de tous.

 

Requia avait fait un post à ce sujet le 12 janvier où elle y explique ses propres références. Lisez-le c’est instructif.

Chez moi aussi, l’idée du maki a surtout surgit le jour où en “magasinant” dans mon supermarché asiatique, je suis tombée nez à nez avec les fameuses feuilles d’algues Nori. Je ne suis pas une grande experte, mais selon moi, sans feuille, point de maki, que des variantes. Ce sont ces fines couches d’algues qui donnent le goût un peu particulier à ce plat. Elles ont un aspect vert pétrolé qui ne fait pas bio bio mais bon :D…

Pour le riz, j’ai fait au pifomètre tant niveau quantité que niveau saveur, attendu que je n’avais pas de vinaigre de riz. J’ai juste utilisé du riz rond, celui qu’on prend pour les gateau de riz, parce qu’il se gorge bien des liquides qui l’entourent et devient un peu gluant. Les riz trop secs, laissez tomber, on l’a tenté avec ma soeur, on a galéré comme des rats morts (et Dieu sait que ça galère, un rat mort… :D) !! Ma soeur pourtant elle est bien équipée, elle a la natte pour rouler, etc…

 

Bref, une fois mon riz rond cuit avec une pointe de vinaigre normal et un peu de soja, j’ai attaqué le saumon et le concombre pour découper des petits morceaux. A la réflexion, j’aurais du les trancher plus fin encore les concombres.

Regardez le principe. On étale la feuille (qu’on coupe ou pas selon la taille des makis qu’on souhaite obtenir). On la charge de riz (sur la photo, il y en a trop, c’était nos premiers et ensuite je n’ai plus pris de photos…). On met les différents composants choisis mais là encore faut pas faire comme sur la photo, faut plutôt les mettre vers le bas qu’au milieu ;). Ici un maki crevette-concombre vous salue bien haut.

 

Là un maki saumon fumé-crevette (et graines de sésame) sait qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre.

 

On en a fait également au saumon pas fumé et au thon cru itou. Miam !

 

La suite est logique. On roule en serrant un peu et on ferme l’algue grace à de l’eau. Ca vous donne ça, 10 gros boudins (et encore je ne suis pas sur la photo…)

 

Pour trancher ces boudins, il vous faudra un couteau supra bien aiguisé et de l’eau. A chaque fois, vous tremperez votre lame dans l’eau pour éviter qu’elle ne colle aux makis. Et voilà le résultat… Marrant non ?

 

Pour les plus balèzes (et là je pense aux pros de la fimo….), je vous informe que des gens très doués arrivent quand même à obtenir ça :

 

Ca calme hein :D… Mais bon, je garde l’idée de l’omelette pour les contours !

 

11 Commentaires

Commenter