Se remettre à écrire des lettres et trouver ça génial

On devrait correspondre – Ciloubinews épistolaire

J’ai déjà évoqué la chose, ici et là. Je corresponds.
J’écris des lettres.
J’envoie du courrier.

Écrire des lettres, c’est différent des mails. Le mail, c’est la petite nièce débrouillarde. Le courrier en papier, c’est la grand-mère qui utilise un style à plume et parfois de l’encre violette. Mamie Ciloubidouille noircit des feuilles, colle des timbres, ferme des enveloppes ou peut remettre ses missives en main propre (parfois sales).

C’est une activité que j’ai longtemps pratiquée dans ma jeunesse. Je correspondais avec mes amies, mes amoureux, la famille. J’étais super équipée, de stylos mirifiques, de papiers à lettre imprimés en filigrane de motifs de chevaux, de petits chats, de fleurs.. Mon grand-père maternel était représentant en papeterie et ça le passionnait. Autant te dire que j’étais au bon endroit, au bon moment.

Les vents ont changé. L’ouragan “Internet” a emporté le temps long, la patience et la joie de recevoir une lettre.

Je me suis accrochée à ce que je pouvais. J’ai continué à entretenir des liens d’écriture. Déjà, c’est bête mais 18 années à tenir un blog, ça me relie à des tas de gens connus ou inconnus. Et puis, j’ai longtemps navigué dans des forums, des communautés numériques, j’ai envoyé des mails longs comme des nuits sans sommeil, j’ai travaillé dans un métier où les mots étaient importants et je continue à accompagner les personnes qui souhaitent comprendre comme on crée du contenu pour communiquer sur leurs expertises.

Ces variantes ont une saveur qui me plait sans pour autant remplacer la joie d’écrire des lettres. Je suis retournée au papier. Sur les pages blanches, je ne mâche pas mes mots car je les digère, j’en fais des recettes et je les partage.

Écrire des lettres agrandit mon processus en lui redonnant une dimension plus intime. Je vous le recommande.

écrire des lettres, une excellente activité

Choses dont je ne me souvenais plus avant de me remettre à écrire des lettres

Revenir à cette activité d’écrire des lettres fut un chemin d’émotions et de sensations retrouvées. Je vous en partage quelques-unes.

  • C’est long d’écrire à la main. Bien plus que de taper sur un clavier. Cette donnée doit varier selon ta dextérité numérique je suppose. Des années de blog (oki et de travail ^^) ont fait que je suis vraiment à l’aise comme dactylo. Me remettre à écrire à la mano a réduit la voilure de ma production. Sans parler des aléas du “faire avec”… Faire avec les stylos par exemple. Certains glissent mieux que d’autres, parfois l’encre vient à manquer, parfois elle refuse carrément d’être aspirée. Il y a un temps technique à intégrer, presque obligatoirement.
  • C’est fatiguant. Maintenant, ça va mieux mais je me souviens qu’au début, ma main me faisait mal. Les muscles, contractés autour du stylo, en avaient ras-le-bol. Ce n’était pas une douleur violente mais assez pour remettre la suite au lendemain.
  • Difficile de quantifier un mail. Une lettre se compte en page, peu importe ton écriture. Et parfois, ça donne envie de tricher, d’écrire en corps 16… Parce que ce nombre de pages est gourmand. Quand on ouvre l’enveloppe : “Waou, trois pages” Ca promet un festin… Alors que je ne me dis jamais “Waou une seule page en patte de mouche avec des lignes resserrées qui promettent des heures de lecture…” ! Pourtant, ça peut correspondre à la même quantité de mots.
  • Les dessins, autocollants et autres fantaisies rajoutées sont toujours une joie supplémentaire au plaisir d’écrire des lettres. Un peu comme un bonus qui raconte le soin et l’intention.
  • Le cerveau s’accorde au rythme de la pensée et aide à se concentrer dessus. Écrire à la main peut aider à réduire les distractions et à se concentrer sur la tâche en cours. Contrairement à la frappe sur un clavier, où l’attention est vite accaparée par l’écran et son miroir aux alouettes, l’écriture manuelle permet une focalisation plus franche. Il parait aussi que quand on écrit à la main, on engage plusieurs zones du cerveau, notamment celles associées à la motricité et à la mémoire. En gros, on comprend et on retient mieux. Moi je trouve que j’organise mieux mes pensées et idées quand je corresponds.
  • J’ai quand même aussi l’impression de simplifier ma pensée. Comme je suis plus concentrée, comme c’est plus lent, j’ai l’impression qu’un tri naturel se fait, une épuration en temps réel, pour ne garder qu’un fil. L’ordi, dans ce sens, peut parfois être plus riche (en tout cas plus pratique pour exposer une pensée complexe).

Si je devais résumer ma joie d’écrire des lettres, je dirais que j’adore mais que je n’aurais pas le temps pour n’échanger que sous cette forme. Alors je concentre mon énergie dans des relations épistolaires nourrissantes.

(Photo non contractuelle car je n’ai hélas plus les cheveux longs)

joie d'écrire des lettres à nouveau
IMG 0969

Lectures / romans épistolaires que j’ai aimés

Ils ne sont pas si nombreux les ouvrages qui rassemblent des échanges de lettres pour former une histoire. Voici quelques-uns de mes préférés :

CVT Le cercle litteraire des amateurs depluchures de 4880

Le cercle littéraires des amateurs d’épluchures de patates

C’est un ouvrage qui date de 2008 alors peu de chance que vous le découvriez avec moi. Il a été publié de manière posthume par la nièce de l’autrice Mary Ann Shaffer. Je pense que vous serez nombreuses à l’avoir déjà apprécié car il a gagné plein de prix. Moi je l’ai adoré et beaucoup offert à l’époque.
L’histoire commence lorsque Juliet Ashton, une écrivaine londonienne, reçoit une lettre d’un membre du “Cercle Littéraire des Éplucheurs de Patates” de Guernesey. Intriguée par le nom du cercle, elle entame une correspondance avec ses membres. Et nous, on peut lire leurs écrits raffinés et rythmés.
C’est un roman drôle (humour anglais) que je recommande chaudement.
Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

cher connard de virginie despentes

Cher Connard

Alors là, on est dans une autre salle, une autre ambiance… ^^ Je ne sais pas trop s’il faut présenter Virginie Despentes. Moi je n’avais rien lu d’elle et je me suis dit que c’était une façon légère de commencer. Je n’ai pas TOUT aimé (sans doute parce que la relation à l’alcool et aux drogues m’est étrangère par exemple) mais je suis sous le charme du style et de la réflexion de son autrice. J’ai eu clairement l’impression de rencontrer une personne de talent.
Les échanges de mails se font entre Oscar Jayack, un écrivain accusé de harcèlement sexuel, et Rebecca Latté, une actrice confrontée à l’âgisme dans son industrie. Leur interaction débute par un commentaire sexiste d’Oscar sur l’apparence de Rebecca, auquel elle répond dans une parole libérée des contraintes bienpensantes. Ca fait du bien.
Cher Connard

M02709670852 large

Les correspondants

Ben Mazué et Fabien (Grand Corps Malade) se sont embarqués dans le chouette projet de s’écrire des lettres pendant une année. Et ensuite, ils en ont fait un recueil que j’ai lu et qui m’a plu. Alors oui, c’est léger. Non on n’en ressort pas avec une épiphanie. Mais c’est aussi très enthousiasmant. Très clairement, c’est ce livre qui m’a donné envie de reprendre la plume dans le temps long. Je l’ai lu au bon moment dans ma vie et je sais que ça joue dans l’affection que je lui porte. Pis bon.. Ben et Fabien sont sur la liste de mon cercle polyamoureux !
J’ai aimé également l’idée du recueil et depuis je réfléchis à une façon de regrouper mes lettres. Pas pour les publier non, mais pour les relire, comme on relirait son carnet intime. Juste que ce soit possible. Si possible avec les lettres de mes correspondants. Faire une sorte d’album photo de lettres par exemple, ça me plairait. Un tome par année.
Les correspondants.

Sans titre 1

Ne pars pas sans moi

C’est un roman également écrit à deux mains et je me suis demandée si David Levithan et Jennifer Niven s’étaient répartis les personnages. Ca me fait très envie d’écrire un livre à deux. Je suppose aussi que c’est une manière de me donner du courage et de me botter le cululu.
L’histoire de Ne pars pas sans moi parle de Bea et son frère Ezra, deux ados qui ont toujours été très proches, dans un contexte de famille dysfonctionnelles avec des violences intrafamiliales. Un jour, Bea disparaît sans laisser de mots, seulement une adresse e-mail cachée à l’intention de son frère Ezra. Ils vont alors entreprendre une correspondance vitale et grandir tous les deux pour s’affranchir du pire de leur enfance.
On est dans un roman pour jeune adulte (sauf qu’il n’y pas de scènes de UK) qui se lit très bien et qui est étrangement très “feel good” malgré un contexte assez moche. Il m’a bien plu alors que je n’en attendais pas grand chose.
Ne pars pas sans moi

Et voilà pour cette petite ciloubinews dédiée à la grande aventure d’écrire des lettres.

Je suis curieuse… Qui écrit des lettres ?

************************

Si vous ne savez pas quoi répondre à la question “Tu veux quoi à Noël ?”, je vous fais la proposition suivante : “Une journée à bricoler avec Ciloubidouille pardi !”
Voici les prochaines dates des ateliers créatifs mystère pour vous faire plaisir (parce que les auto-cadeaux, c’est merveilleux aussi). Pour ceux qui ne savent pas de quoi il en retourne, voici deux articles à lire pour se laisser tenter :

– samedi 6 janvier 2024, de 9h30 à 16h30
– samedi 10 février 2024, de 9h30 à 16h30
– samedi 30 mars 2024, de 9h30 à 16h

 

18 Commentaires

  • J’ai adoré « Le cercle.. » il y a quelques années !
    Je n’écris que très peu car je ne prends pas le temps…. Mais j’ai toujours écrit quelques cartes de voeux homemade et j’ai toujours pris beaucoup de plaisir à le faire. Cette année, j’ai eu envie de les personnaliser encore davantage et j’y ai mis ce que chaque personne m’apportait, en les remerciant. Ça m’a fait beaucoup de bien de le leur dire et je sais qu’elles en ont été très touchées. La puissance des mots…. 😊

  • Mon roman épistolaire préféré : « Les lettres d’Esther » dé Cécile Pivot, une autre Cécile avec beaucoup de talents 😉. La lecture de ce livre m’a donné envie d’écrire à mon père, la communication orale étant plus difficile. Mais il n’a pas souhaité donner suite, écrire lui donne mal aux mains m’a-t’il dit … Votre article me donne envie de retenter l’expérience avec quelqu’un d’autre. Et cette période des bilans / vœux / projets me semble idéale. Merci pour tout 🙏

  • Moi !!!! Pour les anniversaires et les fêtes de fin d’année, je bricole mes cartes maison qui sont une belle excuse pour se mettre à l’écriture :-). Le dernier roman épistolaire lu c’est “Inconnu à cet adresse” de Kressman Taylor qui est aussi court que fort. J’ai beaucoup aimé aussi “Dracula” de Bram Stoker (rien à voir avec les films d’horreur qu’on peut pondre sur le sujet :-).

  • Bonjour, moi aussi je continue d’écrire mes vœux sur carte papier et à la plume s’il vous plaît.
    Le premier livre je l’ai lu et adoré. J’aime beaucoup les lettre de madame de Sévigné à sa fille madame de Grignan. Belles fêtes de noël

  • J’écris toujours mais surtout des cartes postales. J’apprécie choisir mon stylo plume, la carte, les embellissements et comme toi depuis toute petite j écris. J’avais plein de papier à lettres, je créais mes enveloppes, écrivais en turquoise, rose ou vert😄 et j’adore tjs autant envoyer mes petits mots pour le plaisir du destinataire, trouver autre chose qu’une facture ou une pub dans sa boîte !

  • J’écris toujours…
    Les recettes de cuisine sur des carnets ,la liste des courses sur une feuille que j’oublie sur la table avant de partir au supermarché …
    Des cartes que je fabrique pour toutes les occasions !
    J’aime mon stylo plume, le papier, les carnets !!
    Merci beaucoup pour cette Cilounews.

  • J’écris depuis toujours, comme toi. J’ai remplis des taaaas de carnets intimes, j’ai aussi eu des relations épistolaires avec des amoureux, j’ai écrit et j’écris toujours à ma BFF. J’ai étudié à la fac où j’ai écrit des tas de dissert’, et j’adorais ça….
    Certes, j’ai l’impression d’être désormais seule à écrire (je n’ai plus de réponses à mes cartes ou mes lettres !). C’est une catharsis chez moi je crois, j’ai ce “besoin” d’écrire…J’ai toujours fait des boulot qui me permettaient d’écrire, même brièvement. Je suis désormais à mon compte, et j’écris sur les enveloppes, j’écris des petits mots doux à mes client•es, je garde ce lien que j’aime avec l’écriture (mais je ne peux plus écrire 8 pages d’affilées, en effet, les muscles du poignet souffrent !)

    (je lis ton blog depuis…pffff, le début, et je crois n’y avoir que glissé 1 ou 2 commentaires…C’est rigolo je trouve que celui qui me fait t’écrire parle d’écriture !)

  • Ah oui top le « cercle … », j’en ai écrit des pages et des pages ado… ça me donne envie de réécrire à mon amie de lycée avec qui nous échangions de looooooongues lettres 😊 on échange toujours de loooooongs vocaux, des messages internet mais je suis sure qu’une lettre dans sa boîte lui ferai plaisir 😊merci pour l’idée

  • Moi jadore ecrire des lettres . Mais comme tout le monde la technologie nous a rattrapé puis il faut dire et avouer cela a un cout . Mais je garde lhabitude pour les occasions particulieres pour des amies qui ont besoin dun remontant cela a plus deffet que douvrir un mail . Puis mon grand pere etait facteur alors le cheminement des lettres la mission de deposer une bonne ou mauvaise nouvelle ….

  • Coucou Je me souviens de ton appel sur ton blog quand tu cherchais un correspondant, j’avais “postulé”
    Ahah
    J’aime bien écrire, je n’envoie pas forcément beaucoup de lettres, mais j’en envoie qqs unes. J’aime écrire ça m’aide à poser les choses, à réfléchir à une situation, à me débarrasser de la colère quand elle m’envahit etc…
    Les livres, je ne connais que celui de Ben et Fabien, j’aime j’aime j’aime, mais j’ai bien envie de me laisser tenter par d’autres que tu as présenté. Merci

  • “Vite vite petit facteur, l’amitié ça n’attend pas”

    Comme je me retrouve dans ton article !! J’ai toujours comme toi manié la plume et dévalisé les plus jolis timbres à la Poste, pour la joie de poster – et recevoir – de longues missives… tant qu’à faire dans des enveloppes bricolées maison avec des pages de magazine… De quoi ancrer/encrer davantage les liens d’amitié !

    Dans mes conseils lecture, pour compléter ta biblio, voici quelques excellents romans jeunesse (je suis prof-doc en collège donc c’est mon coeur de cible ;-)) :
    – “Ne t’inquiète pas pour moi” d’Alice Kuipers : un roman épistolaire très émouvant entre une mère et sa fille ado, par le biais de Post-it sur le frigo, qui parlent de vie quotidienne mais aussi de la colère, des silences, de ce qu’on n’ose pas dire… jusqu’à ce que la maladie s’en mêle…
    – “Cher cousin caché…” de Dominique Brisson : Emile Hadrien, 11 ans, trouve dans sa doudoune de ski le forfait d’une certaine Mathilde Hadrien, née la même année que lui. Il comprend du même coup qu’il a une cousine cachée ! Fâchés de longue date, leurs parents viennent à tour de rôle dans le chalet familial, en prenant bien soin de s’éviter. Emile glisse un pli “confidentiel-secret” dans une poche de la doudoune… C’est le début d’un véritable jeu de piste à l’intérieur du chalet. Très mignon.
    – “Le bleu de tes mots” de Cath Crowley : Dans la librairie où travaille Henry, les clients peuvent glisser des petits mots à l’intérieur des livres d’une étagère spéciale. Rachel a ainsi déposé sa lettre d’amour à Henry dans son livre préféré, sans qu’il ne la trouve. Puis elle a déménagé. Trois ans après son départ, anéantie par la mort de son frère, Rachel revient dans la ville où elle a grandi et accepte à contre-coeur de travailler à la librairie… aux côtés de Henry. Une seconde chance ?

    Sans oublier les hilarants “Chère Mamie” et “Chère Mamie au pays du confinement” de Virginie Grimaldi !

    Pardon, ce commentaire est très long 🙂

  • quel plaisir d’écrire !
    même si malheureusement les réponses n’arrivent pas dans ma boite aux lettres 🙁
    mais “j’oblige” les parents ou amis qui voyagent à m’envoyer une carte postale !
    moi je continue d’écrire pour les anniversaires et les fêtes de fin d’année et j’envoie des colis à mes nièces dont je décore aussi l’emballage
    à une époque je m’intéressais beaucoup au mail art, j’en fait encore un peu
    mais les correspondants se font rares, les destinataires que je choisi aussi (peut-être parce que je suis un peu déçue de ne pas recevoir de réponse par courrier postal ?!)
    et puis comme je l’ai lu dans les commentaires, j’écris des listes de courses, de choses à faire, de projets bricolage, j’ai un cahier de jardinage, j’ai un cahier d’écriture “art thérapie” (je participais il y a quelques années à un atelier d’écriture)
    bref … j’ai des tonnes de papiers à lettres dans tous les coloris possibles, des tas de cahiers de toutes formes et un stock volumineux de feutres, crayons, stylos et quelques stylos à plume que j’utilise toujours avec bonheur !

  • Je suis en plein envoi (après la confection diy !) de mes traditionnelles cartes de vœux. A 59 ans, je suis la dernière de la famille à en envoyer, je reçois de moins en moins de réponses dans ma boîte, mais ça ne fait rien, je continuerai tant que je pourrai tenir un stylo !
    C’est parfois le seul lien qu’il me reste avec certaines personnes qui me sont chères, mais sont très éloignées géographiquement ou à cause de la vie qui passe, comme un fil tenu qui subsiste malgré tout, depuis l’enfance parfois !
    Ça me plaît tant, je suis bien d’accord qu’on ne prend plus assez le temps long d’écrire, et finalement, si la personne ne veut pas répondre, c’est moins intrusif qu’un coup de fil !
    Et bravo pour cette constance sur le blog, j’ai beaucoup lâché l’affaire sur le mien 🥴…

  • Coucou!
    Bel éloge à l’écriture! J’ai débuté une histoire d’amour ainsi, avec une fille habitant le même immeuble que moi, d’abord avec un simple petit mot scotché sur la porte, une réponse un peu plus fournie, etc… C’était il y a quelques mois seulement mais j’en garderai longtemps le souvenir 😊
    J’écris aussi toujours à mes mamies dès que je suis quelque part en vacances! Elles ne m’écrivent plus depuis longtemps mais me renouvellent leur reconnaissance à chaque fois…
    En roman jeune adulte, il y a La septième vague et Quand souffle le vent du nord (l’un étant la suite de l’autre) qui se lisent en quelques heures à peine! Attention histoire d’amour hétéro un peu classique mais mignonne!
    Merci Cilou

Commenter