Ciloubidouille
22 mai 2006

Atelier soudure

Dans un monde parfait, je maitriserais les techniques des vitraux, de la gravure, du dessin, de l’aquarelle, du macramé, de la poterie, des scoubidoux… Je pense que je saurais même mettre du vernis sur mes pieds convenablement… Mais nous ne vivons pas dans ce monde là. Cependant, je crois fermement que notre vie n’est que la somme de nos actions. La notion de destin ne me parle pas ! C’est pourquoi, avec ma cops Marie-Hélène, on s’est prises en main et on a organisé un atelier soudure dans son jardin…

Alors sachez déjà que je n’ai pas retenu grand chose, à part le fait que la soudure, ben ça ne s’improvise pas !!

Déjà niveau matos, ça ne rigole pas. Oubliez votre vision du petit poste à souder que vous aviez en EMT… Faut passer aux modèles au dessus !

Différentes possibilités :

Soudure à l’arc : Ca c’est la soudure pour les grands ! On fait moins les marioles. D’ailleurs, quand Philippe, notre prof, nous expliquait tout ça, j’ai bien senti que l’ambiance s’était un peu refroidie… Certains ont même du penser : « bon ben moi, un petit café, ça ne va pas me faire de mal, je ne comprends rien… » 🙂 ! Un petit lien pour vous éclairer mieux que je ne le ferais : http://www.mr-bricolage.fr/modules/espconseil/fiches_magazines/Mb36-10.htm

Voici la bête :

Déjà ça chauffe très très fort, donc faut se protéger la peau sous peine de finir plus ridée par les UV que Brigitte Bardot (allllez ça balance !). Pis faut également protéger ses yeux . Et pas par de simples lunettes comme celles que vous pouvez admirer sur Audran, non non ! Plutôt un vrai masque avec un verre très fumé, comme quand on regarde le soleil ! Comme celui-ci (c’est moi :)).

Le baton que vous voyez, c’est le métal qui sert à souder (de l’acier de mémoire). Ce n’est vraiment pas très facile à manier, parce que derrière le masque, ben on ne voit rien. On y va un peu au pifomètre, partagé entre l’envie de regarder derrière le masque pour viser juste et la peur de se prendre une vilaine étincelle dans les yeux… Pis parfois, ya le bout qui colle (). Pis enfin, on a une main qui tient le masque… Sans parler du fait qu’on pétoche un chouille… Mais ça a un petit côté alchimiste/magicien qui est plaisant !

Bien sûr, interdiction pour ceux qui ne sont pas protégés de regarder celui qui travaille !

 

Sinon, y a aussi la brasure, qui se fait grâce à deux bombones d’ogyxène et d’acétylène (je crois). C’est encore ce qui ressemble le plus à notre bon vieux chalumeau. Je vous donne également un lien : http://www.mr-bricolage.fr/modules/espconseil/fiches_magazines/Mb36-09.htm

Il faut régler la flamme de façon à obtenir un dard bleu clair, qui permet une chaleur très importante et précise !

Allez, c’est parti ! Une des cops présente avait besoin de souder deux bouts de métal pour faire les pieds da sculpture. Elle a du en premier lieu poncer les métaux pour éliminer les aprêts industriels qui empêcheraient une bonne adhérence.

On a commencé par souder les deux morceaux à l’arc, puis on a fait aussi des essais avec la brasure et donc à l’étain 😉 !

Le noir, c’est l’acier de l’arc et le doré c’est l’étain. Bien sûr après, faut nettoyer sa soudure, éventuellement la repolier 😉 !

 Quant à moi, je me suis lancée dans une oeuvre qui restera dans les annales… J’ai voulu faire ça : kesako ??? Ben devinez !!

D’abord une soudure à l’arc. J’en ai perçé mes éléments tellement c’était chaud !

 

 Et voilà le résultat ! Je tiens à remercier Frédo et Philippe de leur coup de main et de leur enthousiasme 🙂 ! Faut que je peaufine tout ça. Peut-être que je vais les faire briller à la Dremel. A moins que j’opte pour de la peinture… z’en dites quoi ?

24 réactions au sujet de « Atelier soudure »

  1. C’est très technique en fait la soudure, et le compte rendu aussi du coup… mais on a bien rigolé (Y’a la baguette qui colle!) et bien mangé ….

    Je n’avais pas remarqué ton oeuvre était plus jolie avant les soudures !!!
    Un petit nettoyage et une explication au facteur et c’est bon…

    Enfin super journée et bon travail… et on recommence en 2ème cession en juillet.

  2. C’est formidable,

    Imaginez la tête des chercheurs en paléontologie dans 2000 ans, quand ils découvriront sous une épaisse couche de pollution, cet ensemble.
    Question datation au carbone 14, ça ira, mais question usage que les hommes et les femmes en faisaient, les débats seront chauds.

    Il y aura les partisants d’un porte clé (les nigauds ou les naïfs), ceux qui opteront pour de l’art cntemplatif (un dingue, moi), un totem (un explorateur qui n’aura repris ses esprits après un séjour avec des aborigènes en Seine et oise), certains y verront peut-être un renouveau dans la pratique de la torture (un sadique ou un historien ayant étudié comment on s’est débarassé de 3 millions de chômeurs, d’autres les premiers essais de la rape à gruyère (un gourmand, encore moi), avant que l’idée soit reprise en Louisiane par un Jazz band (un nostalgique).
    Bref, ça va faire bien ch. le monde.

    Bravo

  3. C’est vrai que ça va leur poser un problème insoluble… Peut-être pencheront-ils pour de l’art ou une rape à gruyère, dans tous les cas ils penseront qu’on travaillait bien mal à cette époque reculée 🙂 !

    Déjà qu’à notre époque, beaucoup se demande encore ce que j’ai bien voulu fabriquer…

  4. Paléontologue, dingue, naïf ou rape à fromage… « l’homme est intelligent parce qu’il a des mains » c’est anaxagore qui a dit ça… ou Bernard Menez , je ne sais plus trés bien. C’est même lui, ou peut-être l’autre qui aurait rajouté « et la baguette qui colle ».
    En tout cas, je me rejouis d’avoir participé et attends avec impatience le deuxième set. J’ai plein d’idées.

  5. celles qui auraient bien pris un pt’it café te saluent quand meme…D’ailleurs, après avoir lu tes explications, en plus de les avoir vécues en « live », j’vais m’en faire un tiens…!

  6. Ca serait pas un numéro pour ta petite maison ???

    Chouette idée : ça va faire sourire les badeaux…

    Sourire, c’est déjà ça, c’est déjà ça…

  7. Coucou Florine 😉 !

    Un trente ??? Voyons ? En soudure forcément ? Parce qu’en mosaiques, on doit pouvoir faire des trucs rigolos avec ce chiffre légèrement détourné. Si tu restes en métal, tu peux, pour le 0, faire une sorte de cible avec différentes tailles de rondelles.
    Je pense aussi qu’on doit pouvoir exposer un dessin d’enfant sur ce thême en se débrouillant pour rendre étanche le truc. Je vais y réfléchir 😉 ! Sinon de mémooire, je sais qu’un vieux Marie-Claire Idées avait fait un article sur les numéros de porte détournés 😉 ! Si je le retrouve, je te dis !

  8. Re 🙂

    Mon mari a eu l’idée : 4 fers à cheval ! 2 pour le 3 et 2 pour le 0 !

    Nous reste plus qu’à trouver des fers à cheval 😉

  9. bravo à Armellou ! j’avoue que je n’avais trouvé sur le coup et je me demandais ce que pouvais bien nous mijoter Cilou 😆 !

  10. ben en règle générale on commence par de la soudure à l’étain (petit fer à souder) puis on y va de plus en plus fort. Moi, je me suis arrêtée à la création d’une boîte à outil en atelier soudure par point(au lycée, y’a qq heures à peine….) mais tu me rappelles qu’il ya pas longtemps j’ai demandé à mon zhom de me refaire un cours, y’a de supers truc à faire avec, et t’aurais dû placer ton oeuvre dans le satellite qui est parti rechercher les extra-terrestres….au moins ils sauraient de quoi on est capable sur terre ! Non mais ! Les picasso-udures n’ont qu’à bien s’tenir. Moi je bois que du café arrosé, alors si t’as de rhum ou calva, t’aurais pas un thé STP ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *