Inauguration Diantre ! - Ciloubidouille

Inauguration Diantre !

 Je prends enfin le temps de vous raconter l’inauguration de Diantre !, la maison d’édition du trio de Pingoins sauvages qui a déjà 6 ouvrages à son actif. Pingoo m’avait demandé un coup de main et j’ai accepté avec plaisir, parce que l’aventure me tentait bien. Je me suis proposée pour faire quelques apéritifs et également les gâteaux rigolos. La soirée a eu lieu un jeudi soir donc j’ai pris ma journée pour cuisiner en compagnie de Pingoo, histoire de dépoter un chouille plus… En vrai, je ne pensais pas qu’il me serait d’une aide mirobolante mais j’ai été agréablement surprise. Comme quoi… (pas taper, pas taper)…

Je vous raconte donc ma journée marathon, ou la course contre le temps…

Ca a commencé quelques jours plus tôt. J’avais dans l’idée de confectionner des gâteaux en forme de livres (pour une maison d’édition, je pensais l’idée sioux). Je me suis donc mise en quête d’un moule rectangulaire de la taille de mon four, donc genre immense… Pour ça, je me suis rendue en compagnie de mon chef, qui aime bien cuisiner lui aussi, dans un magasin à Paris spécialisé dans le matos de cuisine pour les pros. Mais je n’ai rien trouvé qui me convenait. En expliquant mes déboires au vendeur, ce dernier m’a conseillé d’aller au magasin concurrent, Mora, deux rues plus loin, parce que là-bas, il y avait des moules en forme de livre !! Délire non ? Et effectivement, des moules, il y en avait. Et de toutes les formes, même en crucifix, c’est dire… Le paradis du moule ! Bref, je suis repartie avec celui-ci, fière comme un bar tabac !! Et un peu soulagée aussi.

Au matin du jeudi, Pingoo a débarqué chez moi alors que je venais fraîchement de déposer les monstres dans leurs écoles respectives. On est parti faire les courses au pas de… course ! Pis, une fois revenue, j’ai pris la tête des opérations.

“Vincent, tu gères le rangeage des produits frais au frigo, moi je commence à faire les gâteaux. Ensuite, tu fais une pâte à crêpes pour 12 millions de personnes :). Et tu les cuis dans l’appareil à mini crêpes prêté par ma charmante voisine !”

“Chef oui chef !”

Quelques photos rarissimes et exclusives de Vincent marmiton… Ca ne vaut pas les Martine détournées mais c’est fun quand même.

 

Une petite vue d’ensemble de notre plan de travail, un chouille bordélique…

 Vincent a donc passé sa matinée à cuire ces charmants petits ronds, commentant à chaque coup, l’épaisseur, la finesse, la rondeur, la régularité, la cuisson de ces crêpes. Comme un enfant. On ne l’arrêtait plus !

Puis il les a roulé, une par une, en les fourrant de tarama, de guacamole, de boursin, de féta, etc… et en les enveloppant dans un mini naperon en papier, fermé par un cure dent ! Un boulot de titan ! Et il s’en est bien sorti le petit Vincent…

 Pendant ce temps là, j’ai découpé en cubes deux cakes aux olives et aux lardons, et je les ai passé au four pour les sécher et les dorer. Ca faisait des petits croutons croustillants sympa pour l’apéro.

Vincent s’est également chargé des brochettes de légumes frais. Tomates cerises, boules de mozza, surimi, féta, etc… le tout piqués dans d’adorables brochettes en osier.

Moi j’ai cuit je ne sais combien de madeleines salées, à la Fourme d’Ambert et aux noix.

Les voilà, déjà bien diminuées en nombre, dans leur panier.

Venons-en aux livres… J’avais donc le moule. Pour le premier bouquin, j’ai suivi la recette du gâteau aux Carambars (oui, promis, je vais écrire un article dessus prochainement) mais j’ai multiplié les quantités par deux 1/2. Pour faciliter le démoulage, j’avais amplement beurré et fariné mon moule mais vous pouvez le constater, ça n’a guère suffit ! Un vrai carnage. A ce stade des opérations, j’avais un peu les boules, soyons honnête. Mais je me suis dit que de toute façon il allait être recouvert de pâte d’amandes, alors bon… ça limitait les dégats.

 J’ai donc acheté 3 blocs de pâte d’amande que j’ai étalé le plus finement possible et j’ai recouvert mon livre avec. J’ai décoré les contours de feuilles alimentaires et j’ai inscrit le nom de la collection (Blop !) en bas à gauche.

J’ai bien veillé à respecter la police des livres.

Pour le second livre, j’ai rusé. Au lieu de beurrer le moule, j’ai huilé et j’ai tapissé le fond de papier sulfurisé. Et du coup, le démoulage, impec ! J’ai fait fondre du chocolat blanc pâtissier (trois tablettes) pour recouvrir mon gâteau… au Crunch (une tuerie) ! Puis j’ai soupoudré les coutours de poudre alimentaire rouge métallique. Comme pour veillir les pages.

Là encore j’ai repris le nom de la collection, Bigre !

Vers 16h, figurez-vous qu’on avait le sourire, la banane, la pêche ! Tout était fini, dans les temps. Un truc de ouf ! Les rois du pétrôle, les seigneurs de la discothèque, les princes du houlahoup. Limite on dansait nus dans la rue.

 On a tout chargé dans la voiture. Et là, j’ai fait le coup de la panne à Vincent… Impossible de démarrer !! Cette stupide bagnole n’a jamais voulu entendre nos supplications, nos doux murmures et/ou nos virulents gros mots. Purée, la montée d’adrénaline à ce moment là… On a brièvement réfléchit à prendre un taxi puis on s’est dit qu’on était des cow-boys et qu’on allait se la jouer Warrior.

Bref… on a pris le métro ! Je ne vous explique pas non plus la prise de tête pour faire rentrer tout ça dans un vieux charriot pourrave, une boîte Ikéa et nos petits bras musclés !!

La preuve en image… Vincent, hypra concentré.

Dans la boîte, on a réussi à faire tenir sans qu’ils s’écrassent le gâteau rose et les brochettes de légumes.

Quand on est arrivé, une heure après, on n’avait plus de bras et les dédicaces avaient déjà commencé. On a été accueilli comme le Messie par des gens qui devaient avoir faim 😀 !

J’ai demandé aux auteurs de venir faire un petit dessin sur les gâteaux à l’aide de tubes de peinture alimentaire.

Les deux auteurs de la collection Bigre !

Et ceux de la collection Blop. Là on voit une bestiole du Ténia, un des livres en vente.

Domitille en pleine action.

Miss Gally itou.

Et voilà le travail. Les quatre artistes ont signé !

A partir de ce moment, la salle s’est remplie de monde. La photo n’est pas représentative, loin de là. C’était archi blindé ! Impressionnant à vivre. Y a plein de photos sur l‘article de Pingoo.

Et les auteurs n’ont pas relevé la tête de la soirée. Nicoz Balboa utilisait de l’encre je crois.

Miss Gally très concentrée pour dessiner sur ses “Sale morveuse”.

Aurélie Pollet dédicaçait ses “Beurk, un ténia”.

Domitille Collardy signait sur son “Equipette”.

Et le beau Sammy Stein dessinait des fantômes sur son livre “La fille à six bras”.

Au murs, des planches originales étaient à vendre.

Ainsi que des oeuvres pyrogravées par Nicoz dont j’adore le travail.

Il y avait même des jouets comme ce ténia géant.

Ces doudous rigolos, issus de la BD du Ténia itou.

Des cartons plein qui se sont allégés au cours de la soirée.

Quand le dernier visiteur est sorti de la salle, il a fallu se mettre une dernière fois au travail pour le… ménage !

Pingoo en action. Sans commentaire. Il n’y a qu’un mec qui passe la serpillère une fois dans sa vie pour trouver ça drôle et ludique non 😀 ??

 

Madame Pingoo préfère faire les comptes !

Et voilà le trio Diantresque, complètement HS…

Perrine au milieu est l’auteur d’Adorâbles Putains :).

Mais bon, même fatigué, Pingoo surveille son image… :p

Bref, moi je dis, à quand la prochaine sauterie ??

Ps: … n’hésitez pas à continuer de voter pour moi :). Ce serait trop choubidoux de votre part !! Merkki !

34 Commentaires

Commenter