Guirlande de conserves - Ciloubidouille

Guirlande de conserves

Ayé, c’est la fin de l’année ou presque. Les kermesses ou les spectacles ont eu lieu, moi je n’ai plus de dos à force d’être assise sur des chaises de liliputien (pourquoi les parents d’élèves se tapent toujours un boulot de folie alors que les autres parents se portent rarement volontaires pour aider, même ponctuellement, mystère ???). Ici, les enfants parlent colo et soirées chez les copains, on prépare le barbec de ce soir, il fait chaud… Ca sent les vacances quoi ! Du coup, j’ai cherché un article qui ferait un peu été. Et pour moi, l’été rime avec lampions, soirées à la bougie, petits jus frais et gambas grillées ! Du coup, je vous propose un post sur des lampions un peu spéciaux fabriqués pour TF1 (comme pour la guirlande photo) et qui filent un air de fête à ma cuisine.

C’est une des rares bidouilles que j’ai gardée chez moi, c’est vous dire si je l’aime ! Je l’allume régulière pour me filer la banane ! J’adore les petites lumières….

Je vous refais l’histoire brièvement. TF1 m’a contacté il y a presque trois mois pour fabriquer deux objets décos complètement issus du recyclage. Le second objet est une guirlande lampion. Je ne vais pas fabriquer ces lampions comme dans mon précédent article car ces derniers sont en fait des boîtes de conserve. Donc, à part manger des tonnes et des tonnes de petits pois carottes, vous n’avez pas besoin de grand chose d’autre.

Voici ma collection de conserves. Il s’agit des plus petits modèles du marché, ceux qui font portion individuelle ou presque. J’en achetais souvent il y a une époque, quand les enfants étaient petits. Et avec ma manie de tout garder, ils roupillaient pénards dans ma cave.

La première étape consiste à les débarrasser de leurs emballages et de la colle qui tient le papier. Ca ne s’enlève pas toujours facilement. Mais bon, cela dit peut-être que la minutie n’est pas nécessaire, une fois la guirlande allumée, les défauts ne se voient plus.

Pour la suite, rien de compliqué non plus. Juste un bon stock de patience. A l’aide d’une mini perceuse (ou d’une perceuse normale hein, ça fonctionne aussi, c’est juste plus lourd à manier), il faut trouer des milliers, des millions, des milliards de petits trous. Comme le poinçonneur des Lilas. Pour se faciliter la tâche, mieux vaut caler fermement la conserve, sinon la mèche ripe contre le métal et on perd un temps fou. Du coup, hop, entre les cuisses, façon grosse Bertha, un bon coup de vis et c’est bonheur…

Après pour les motifs, c’est vous qui voyez ! J’ai pris le parti d’en changer à chaque boîte mais vous pouvez prendre l’option régularité.

Mon petit tas ne monte pas rapidement hélas. Et je n’ai pas encore percé le trou au sommet, celui qui permettra à la guirlande de passer.

Un léger zoom pour que vous réalisiez que ça en fait beaucoup des trous au final….

Reste plus qu’à enfiler les lampes dans les conserves, les maintenir par un filet de colle chaude, brancher la guirlande et l’accrocher à la poutre de la cuisine.

Et voilà, les conserves en rang d’oignons, mieux qu’au supermarché.

Et quand on éteint la lumière, c’est… magique ! Je ne vais pas me la jouer modeste sur ce coup là, j’adore ma bidouille.

Ca fait de super lampions, ca donne une ambiance de folie à la pièce et ça éclaire pas si mal du fait que l’intérieur des conserves est blanc.

Des motifs fleuris aux lignes verticales, tout fonctionne.

J’aurais même pu changer de taille de mèches pour jouer sur les grosseurs des ouvertures de lumière mais bon, c’est déjà fastidieux et suffisamment répétitif pour ne pas me rajouter des contraintes.

J’ai eu cette idée lors d’un concert de Sansevérino. Les musiciens jouaient sur scène en dessous de grosses conserves lumineuses (format cantine). J’ai trouvé ça génial !

Voilà, un objet très facile à faire si on a deux bonnes heures devant soi. Et le résultat est grandiose. Vraiment. Pis ça va dans une cuisine, avec le clin d’œil des conserves ;).

Enregistrer

49 Commentaires

Commenter