Ciloubidouille
1 novembre 2008

Un temps de retard

Vous avez du déjà le découvrir un peu partout sur la blogosphère. Il s’agit du blog d’une maman SDF. Il s’appelle un temps de retard et je vous invite à le parcourir, voire à faire plus si c’est en votre pouvoir.  Julie y raconte avec une simplicité désarmante (et malgré tout un joli coup de stylo) son combat pour obtenir à nouveau un toit, chose qu’elle ne possède plus depuis quelques temps malgré un travail et deux jeunes enfants.

C’est à la fois très dérangeant de rentrer dans son intimité (et encore plus pour elle qui ouvre une pudique porte sur ses soucis de maman) et à la fois rageant de lire que notre société en arrive à de telles absudités. Et je ne parle pas de la sensation de ne pas pouvoir faire grand chose malgré tout (même si en vrai, on peut toujours faire quelque chose). Ce n’est pas Julie la pire en plus, je suppose… Je n’ai sans doute pas assez d’imagination pour envisager la vie des gens qui ne parlent pas notre langue, qui n’ont pas d’emploi, pas d’argent. Bref… si d’aventures, vous avez l’envie de vous confronter à sa réalité, suivez le lien.

12 réactions au sujet de « Un temps de retard »

  1. C’est vrai que j’ai vu ce lien sur pas mal de blogs cette semaine, je suis allée lire … j’espère que l’élan de générosité de la blogo portera ses fruits pour cette maman et ses enfants … de mon côté je ne peux que compatir et je ne sais pas si la compassion lui sera d’une grande aide …

  2. Les temps sont étranges, je connais une personne qui a épargné toute sa vie et qui a investi son épargne dans un appartement créant ainsi un toit et un potentiel héritage pour son fils. La réussite d’un concours dans la fonction publique et un chef de service lui ont imposé une astreinte avec un logement garantie oralement jusqu’à la retraite qui lui ont fait vendre ce bien. Peu après, sans argument d’aucune sorte par convenance, un puissant de la fonction publique lui a retiré son astreinte et le logement s’y attenant, poussant le brave homme à allé louer un logement au loyer égal à son salaire ! Il vit sur l’épargne en travaillant, en consommant le capital potentiel prévu pour son enfant ! Et impossible de racheter car entre temps le prix des appartements a été multiplié par presque trois sur montpellier.
    Travailler pour perdre de l’argent depuis plusieurs années dans un système qui se présente comme un état de droit !

  3. je peux pas poser de comm’s sur son blog mais je sais huste j’ai vus au info qu’un bus silllone la france pour permettre au mal loger et ausdf d’avoir un toit je crois que cemouvement s’apppellle le dao
    c’est bel et bien en fonctionnemet car quand je suis alle a marseillle en vacance je l’ai apperçu cela serais simpa de l’informmer elle le sait peut ertre deja mais commme j’ai pas vu sa sur son blog
    donc si je peux l’aider

  4. Cette femme fait preuve d’une grande force de caractère pour s’en sortir et je souhaite à chacun de nous d’avoir autant de force au quotidien !!!
    J’espère que çà s’arrangera bien vite pour elle !!!

  5. Bravo Cilou pour ce billet. A l’intention de Val Elle rit : nous avons toujours près de chez nous quelqu’un à aider, et si la personne citée sur ce blog est trop loin géographiquement, combien de gens à côté de chez nous pour qui une action, un geste, des démarches, accompagnés d’un vrai sourire seront une aide précieuse ? Et ça, j’y crois !
    Bonne journée à chacun de vous

  6. y’aurait pourtant tant de solutions avec tous ces bâts inhabités, ces apparts quand on lève les yeux dans les rues, ces friches industrielles, ces anciens casernements pour y faire des apparts , des studios, des chambres , des lieux de vie similaires aux petits villages ….
    J’ai déjà aidé plusieurs personnes de mon entourage (hébergement, nourriture, recherche d’un travail), j’ai été comblée pour certaines seulement dans le fait qu’elles s’en sont sorties mais déçue par une qui m’a bouffé la vie, mon énergie parce que je travaillais et que j’avais l’impression d’avoir un autre bébé de 24 ans à la maison et elle a réduit à néant tout ce qu’on lui avait apporté (un travail, des aides sociales, trouvé un appart, du mobilier, des vêts) ..Quoi qu’on dise on est tous là à plaindre mais pas à aider réellement car ce qu’on voudrait donner quelquefois ne correspond pas à l’attente, ou pire, au besoin de la personne en difficulté, parce qu’il est difficile d’aller vers l’inconnu pour chacun , on sait aussi qu’il est difficile de nos jours de partager un toit sans incidence sur sa vie privée, sur sa liberté (hébergeur comme hébergé) , on ne sait pas comment on s’engage en définitive pour l’avenir, et encore plus dur pour les personnes comme elles de devoir demander sans arrêt un toit, qu’elle devrait avoir d’office parce qu’elle le mérite , parce qu’elle est volontaire …côté gouvernement je ne pense pas que tout soit fait pour que cela devienne une priorité, y’a qu’à voir avec la crise et la mobilisation pour sauver les banques ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *