Ciloubidouille
8 janvier 2009

Faire un jeu de morpion

En me lançant dans l’écriture de cet article, je fais un voeu pieux. Pendant votre lecture, si vous pouviez rire autant que moi j’ai rigolé en organisant cette activité avec ma copine Marie-Golotte, ben ce serait déjà une vraie bonne chose de faite pour fêter 2009 ! Ce fut l’opération la plus galère du monde à mettre en place mais dediou, qu’est-ce qu’on a ri 😀 ! Oki, peut-être pas au point de recommencer mais ce qui est pris n’est plus à prendre, il paraît 🙂 !

Bref, si vous voulez savoir comment une idée charitable (faire réaliser un jeu de morpions à de charmants élèves de CP) s’est transformée en truc de fou, ben va falloir cliquer sur « lire la suite » 😀 !

Avant tout, je tiens à remercier de tout mon coeur Marie-Golotte, qui n’a pas baissé les bras, ni changé d’humeur au cours de notre mission ! Pis un merci aussi aux deux autres Marie qui se sont laissées également embarquer dans nos délires :).

Mais commençons cette histoire de Noël par le début. Il y a deux ans, quand mon fils était en CP, je m’étais proposée pour animer un atelier de bidouillage avec les élèves de sa classe de CP. On avait réalisé de magnifiques dragons en papier mâché. Forte de cette expérience plutôt sympa,  j’ai proposé à Marie-Golotte de retenter une opération similaire dans les classes de nos filles. Alors déjà, vous pouvez lire la marque du pluriel. Oui malheureuses, j’ai bien dit LES classes. Car si nos filles sont en CP et sont les meilleures amies du monde, elles n’étudient plus dans la même classe (mon intuition de mère me suggère que cette décision des maîtresses est probablement liée à l’amitié charmante et néanmoins bruyante de nos fillettes). Quoi qu’il en soit, nous voici face à 45 élèves à gérer.

Pourtant, ce n’est pas à ce moment là de l’histoire où on perd le moral. Là, on est plutôt partantes, on se dit qu’on est deux adultes, qu’on en a maté d’autres (et des plus grands…).

Concrètement, à ce stade, on en est au moment où on cherche une idée à leur faire faire. A la base, on souhaitait qu’ils réalisent des bonhommes de neige grâce à des chaussettes blanches rembourrées. Mais considérant que demander des chaussettes aux parents allait sans doute être difficile, on a voulu se simplifier la tâche et on a bifurqué sur une autre idée. La mienne pour être précise. Je revenais de chez Muji où j’avais acheté ce magnifique jeu de morpion en bois (celui de la photo ci-dessus). Les pièces représentent des moutons et le tout tient dans un charmant sac en tissu.

Avec Marie-Golotte, on regarde attentivement les moutons et on se dit que c’est assez simple à reproduire : un bout de bois entouré d’un fil de pâte Fimo et hop, le tour est joué. Emballées, on présente le projet aux maîtresses qui acceptent avec diligence et reconnaissance.

Là c’est le moment de l’histoire où on est fières d’être des mamans engagées dans la vie de l’école… On sent nos ailes qui poussent dans le dos, l’auréole qui monte. La canonisation n’est pas loin. Vive nous !

Bon, maintenant qu’on s’est engagées, faudrait pas voir à botter en touche.

On tente de s’organiser. On se met à compter le nombre de pions qu’il nous faut. Tiens, il y en 10 par jeu. Ah bon. Tant que ça ? Voyons, 10 x 45 enfants, ça ne fait que… 450 moutons à réaliser. Ah quand même. Bon. Une paille quoi. C’est à cette étape de calcul mental de haute volée qu’à du sortir de nos bouches un timide et premier « je crois que ça va être un peu galère »…

Néanmoins, on se ressaisit aussitôt et je file chez Castorama où il y a tout pour moi. J’achète 5 tiges en bois circulaires de 2 mètres. On n’aura qu’à les découper en petits rondins de 3/4 cm. Ca fera la base du mouton.

Avec Marie-Golotte, dans ma salle de bain encore en travaux, on déballe la scie sauteuse et on se lance dans de grands travaux de bûchonnerie (oui c’est un nouveau mot. Je l’assume car il rime assez bien avec « cochonnerie », petit vocable résumant pour le moins le fond de notre pensée à cette étape là…). Une putain de cochonnerie même. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de découper 450 morceaux de bois avec une scie sauteuse alors que la tige du bois en question est souple comme le roseau MAIS néanmoins cassante comme le chêne (et en même temps, si vous n’avez jamais essayé, je ne peux pas vous en vouloir, ça prouve que vous êtes sains d’esprit vous) … ben nous, on peut vous dire que c’est une juste du grand n’importe quoi.

Nan mais regardez moi ce bronx… Nos bâtonnets ne ressemblent à rien. Ils n’ont pas la même taille, il y en a un sur deux qui est fendillé et aucune de nous deux n’a envie de les recompter pour connaître le nombre de ceux utilisables. Autant vous dire qu’à ce moment de l’histoire, les « pfffff, putain, le plan galère » commencent à fleurir, entrecoupés de fous rires nerveux !!

Pour que nos moutons aient une bouille ronde, on se décide à poncer les morceaux de bois. Je demande à Cédric de sortir sa machine en lui expliquant notre objectif. Il se marre un grand coup, obtempère et s’installe près de nous pour profiter du spectacle.

Au bout de deux minutes, on a fait trois magnifiques bâtonnets et on est plutôt contentes de nous ! Il est presque minuit. Cédric nous demande combien de temps on compte encore bricoler. D’un haussement d’épaule, on lui explique qu’on en a encore pour une demi-heure et zhou, ensuite on file au dodo. Mon cher et tendre époux, l’amour de ma vie, le père de mes enfants, mon plus fidèle ami, mon soutien indéfectible… bref ce mariole cet être merveilleux part à ce moment là dans une crise de rigolade, genre le truc énervant, même pour nous qui pourtant rions aux larmes depuis un bon moment. En bon rire contagieux, tout le monde est explosé de rire, sauf qu’il y en a deux sur trois qui ne savent pas pourquoi. Et là, il nous explique qu’à raison de deux bâtonnets poncés par minute, si on doit en faire 450, nous nous sommes lançées dans presque quatre heures de ponçage non stop.

Croyez-moi ou pas, ça a calmé direct le fou rire collectif. Enfin, surtout le nôtre… Cédric, il suffit que je dise le mot « ponçage » pour qu’il reparte en rigolade au quart de tour, même encore maintenant. Tsss, cet homme là n’a pas de coeur.

Nous, on faisait plutôt une tête comme ça.

Entre deux crises de rire, Cédric nous demande pourquoi on ne prendrait pas des tourillons à la place.

Nous : des tourillons ?

Lui : ben oui, les petits bâtonnets en bois de 3/4 cm, à bouts ronds, qui servent normalement à faire des assemblages de meubles en bois.

Bref, ce que j’ai déjà utilisé dans la construction de ce meuble là.

Nous : arggggggg…. Nan mais pourquoi tu ne nous en as pas parlé avant ! Mais quel plan looooooose ce projet 😀 !!

Bon, poubelle nos machins en bois ??? En vrai, je n’ai même pas été capable de les jeter. Esprit de récup hein… mouais… surtout les grosses bouboules je crois.

Pfffff, mais quelle bande de nulasses on forme 😀 !

Heureusement, on n’a pas tout loupé. En fait, avec le soutien technique du boulot de Marie-Golotte, on a même pris un peu d’avance, tout en gagnant en qualité. En effet, les plateaux de jeu, on comptait les faire en carton. Ben figurez-nous qu’un de ses collègues s’est laissé attendrir et a fabriqué 45 plateaux en bois pile poil à la bonne dimension. Moi je dis que la vie est drôlement chouette quand même !

Bref, armées de nos tourillons, de nos plateaux et de notre bonne volonté, on s’est présentées en classe de CP. On a commencé à installer le matos. Marie-Golotte se charge dans un premier temps de l’activité « je peinturlure mon plateau » tandis que je me lance dans l’activité Fimo avec les autres enfants. Bien entendu, on n’accepte les petits monstres élèves qu’en groupe de 10, maximum.

J’ai sorti la machine à pâte pour l’occasion, ça permet de faire rapidement des spaghettis de Fimo qui servent au lainage des moutons. Et ça fait bien plaisir aux enfants.

Et zhou, la tornade commence. Au milieu d’une ruche bruyante et excitée, les deux reines mères font ce qu’elles peuvent. Les plateaux se parent de magnifiques couleurs.

Niveau Fimo, on se rend compte très vite que le plan galère continue… A la base, on voulait leur faire faire ça, soit un mouton plutôt sommaire mais facilement réalisable. Un fil de Fimo à enrouler autour du bois, ça nous semblait à la portée de CP.

Ben point du tout. En fait, il y a autant de techniques que d’enfants. Et je ne vous parle pas des différences de concentration, de patience, d’envie… Là, on entre dans des délires dignes de Kafka !

A leur décharge, la Fimo ne colle pas terrible sur le bois, ça ne facilite pas un travail de précision…

Parmi ceux qui s’appliquent, on arrive à obtenir des moutons blancs d’allures honorables.

Mais dans l’ensemble, la tendance forte de la mode chez le mouton en Fimo, c’est le plaquage de lainage, façon gourdin ! Je crois qu’il va falloir les yeux perspicaces d’une mère pour comprendre que derrière ces deux massues se cachent d’adorables bovidés. Je les vois pas bien faire bêêêê ceux là…

Avec Marie-Golotte, à la fin, on arrivait vite à savoir si l’enfant allait engendrer des moutons à poils longs et frisés.

Ou des Magnum à poils courts :D. L’avance, c’est qu’à ce stade de l’histoire, on est plus dans la rigolade attendrie que dans les lamentations. Y a pas à dire, les enfants, c’est quand même marrants ces petites choses là !

Regardez cette magnifique production ! C’est mignon tous ces pions alignés famille par famille. Pour la cuisson, ça a été moins mignon à gérer. Je vous passe le transport bien galère, la cuisson à pas d’heure, puis les petits sachets à remplir pour regrouper les créations enfant par enfant, sans oublier de mettre une étiquette avec le prénom de l’enfant dessus. Le truc bien prise de tête.

Au bout d’une 15aine d’enfants, on s’est retrouvées en panne de noir et blanc. On est donc partis dans des couleurs moins moutonnesques !

Ce n’est pas mignon ces moutons psychédéliques verts et bleus ? Certains, on dirait des gourdes d’eau je trouve ! A chaque fois qu’on peut, avec Marie-Golotte, on remet un peu de pâte Fimo pour fignoler leurs réalisations. Sur plein de moutons à poils courts, on rajoute des fils de Fimo, histoire d’apporter un peu de volume à l’ensemble.

Cela dit, vers la fin, on sent qu’on se relâche dans le retouchage des gourdins, parce qu’il manque parfois de la pâte aux deux extrémités. Du coup, en matière de mouton, parfois on se demande où il est le culcul, où elle est la tê-tête…

Bref, on est sorties sur les rotules de la séance mais je crois que les enfants ont beaucoup apprécié. C’est déjà satisfaisant ! Le soir, on se décide à mettre des pieds aux moutons. On choppe des cure-dents qu’on coupe en quatre et hop, on tente de les planter dans la pâte. Sauf qu’il n’y en n’a pas assez, les pics ne tiennent pas. Pis même quand ils tiennent, le mouton est bancal. Le retour du plan galère. Le vrai. Le pénible.

Du coup, on adapte le plan B, à savoir des petits boudins de Fimo. Enfin, soyons honnêtes. A une heure du mat, les idées de calculs du temps de Cédric sont revenues en force. A coup de 4 pattes par mouton et de 10 moutons par élèves, je vous laisse imaginer le temps que ça prend. Même avec deux Marie supplémentaires pour aider ! Donc, j’ai le regret de vous annoncer qu’une partie des moutons a des pattes. L’autre demeure avec un karma de gourdin !

On emballe les jeux (et là, je ne vous dis pas à quel degré de poussière est notre envie initiale de coudre 45 adorables petits sachets en tissu…) !

On donne le tout aux maîtresses ! Ouf, il était temps, les vacances arrivent, tous les élèves vont pouvoir déposer leur cadeau au pied du sapin ! On n’y croyait plus…

Voici donc la réalisation de ma fille, ravie au possible de son travail.

Quant à Marie-Golotte et moi nous ne savons pas si on se lance de sitôt dans ce genre de projets…

Et vous, vous lancez parfois des défis à la con ?

75 réactions au sujet de « Faire un jeu de morpion »

  1. Bonsoir Cilou,

    Je voulais simplement te dire que je suis (verbe »suivre » lol de prêt) ton blog depuis plus d’un an !! 1ère manifestation ce soir !!wahou !
    J’adore ce que tu fais, moi aussi je fais beaucoup de travail manuel et cuisine, mais j’avoue que tu es …genre….mon model !! allez une tite couronne pour toi….aprés tout c’est le mois des galettes ! lol

    Je te souhaite beaucoup de bonheur pour la suite, garde ton humour, ta joie de vivre….bref reste comme tu es quoi !!!

    A bientôt !

    Bisous

    Orel

  2. merci pour ce beau fou rire !!! C’est vrai que desfois on se lance dans des plans galères, mais difficile de reculer … Bravo d’avoir été jusqu’au bout, j’ai la pêche aujourd’hui grâce à ton article, merci !

  3. Pari réussi !!!! Je commence l’année (et même la journée) en me marrant à la suite de la lecture de ton article. Il est vrai que des fois, on s’embarque dans des histoires, qu’on pensait simple à la base et qui s’avère très vite galère. Mais ton idée était très honorable !!!
    Ne jamas baissé les bras doit être ta devise et c’est tout à ton honneur. Heureusement que tu avais l’aide de Marie-Golotte

  4. bien rit aussi 🙂 moi je dois faire un tretaained e foulard pour la classe de mon grand et sans doute un autre projet couture, j’attends de savoir, mais ses sera moins drole que toi

  5. Je me suis bien marrée oui 🙂 !! Et pour les défis à la con, pas spécialement, mais je me rends compte que ce que je peux trouver simple parfois ne l’est pas forcément ^^

  6. Moi, j’ai fait faire des boules de noël en serviettage à des maternelle de toute petite section… ( ça semble facile… mais non 😉 )Et j’ai aussi accueilli dans mon atelier une classe de 3e dans le bâtiment pendant leurs heures de découverte des métiers …. ( ça semble facile… mais non 😉 )…

    Et sinon, les moutons sont des ovins… pas des bovins 😛

  7. J’admire le ponçage!!!!!!! Bon j’avoure qu’une idée m’a traversé la tête: mais pouruqoi ne se sont-elles pas contenté de bouchons en lièges qu’on peint facilement (quand même plus facile que la pâte fimo pour en faire 450!)… En plus les cure dents s’y enfoncent facilement donc pas d’opération de collage… D’accord pour les frisotis des moutons ça peut être galère mais un bouchon rose fait un cochon (avec un fil de fer on lui fait même la queue en tire bouchon) et peint en blanc avec des taches noires ça donne une vache…
    K (qui se trouve inspirée par ce post!)
    P.S.: puis entre la buchonnerie de 450 morceaux de bois ou la « vidonnerie » de 450 bouteilles pour récupérer les bouchons, le choix est vite fait! ;-)))

  8. Excellent !
    Bonne rigolade qui éclaire des journées de travail un peu difficiles … alors, merci, merci.
    Et quel courrage !! vous avez assumé comme des chefs,jusqu’au bout.
    J’admire d’autant plus que je suis du genre à me lancer dans ce genre de plan galère car je suis toujours partante, surtout pour faire plaisir mais je n’ai pas bien la notion de ‘quantification’ (si, si, ça marche avec la ‘bûchonnerie’ ; ) et je suis d’une nature plutôt ‘tortue’ dans mes réalisations … et étrangement, ça fait aussi toujours marrer M. Mari …
    Mais là, je dois avouer que tu as fait très fort.
    Et vous avez eu des retours sur le niveau de ‘satisfaction’ ?

  9. J’ai toujours bcp aimé Cédric 😀 😀

    Bravo en tout cas !! il n’ y a pas bcp d’écoles dans lesquelles les parents s’investissent autant !!

  10. bonjour Cilou,
    Comme orel je suis ton blog depuis 1 an et une de mes bonnes résolutions est de ne plus hésiter à laisser un commentaire de temps en temps.
    A la maison tu es devenue une institution et quand je suis devant le pc le soir avant d’aller me coucher j’a

  11. en plus de nous faire rire, tu vas voir ton compteur des recherche par mots clé qui va exploser sur des mots comme « morpions » mdr!

    l’idée des bouchons est bonne aussi.

    et euh, faire pour 45… aye aye aye!!!!

    bravo de cette énergie

  12. bonjour Cilou,
    Comme orel je suis ton blog depuis 1 an et une de mes bonnes résolutions est de ne plus hésiter à laisser un commentaire de temps en temps.
    A la maison tu es devenue une institution et quand je suis devant le pc le soir avant d’aller me coucher j’ai le droit au traditionnel : « tu ciloubidouilles » de mon mari qui a adopté ce nouveau verbe bien connu des internautes qui suivent ton blog.
    Sinon que dire qui n’ai déjà été dit ?! Merci, félicitation, continue à égayer notre quotidien par ta bonne humeur, ton humour et tes idées géniales. Plus personnellement merci pour ton gâteau à la carotte c’est devenu un de nos préférés !
    Kenavo comme on dit par chez nous et oui même la Bretagne s’est fait prendre dans la toile de ciloubidouille !
    ps: je crois que j’ai fait une blonderie (du verbe blonder qui signifie agir comme une blonde que je suis par ailleurs, d’où la légitimité de l’expression !) j’ai posté une moitié de message avant celui là alors toutes mes excuses aux lecteurs.

  13. « Et vous, vous lancez parfois des défis à la con ? »

    heu… des comme ça, pas encore, et j’avoue que ça n’arrivera sans doute pas de sitôt vu la galère que ça a représenté pour vous ! mais j’ai bien ri, bravo !

  14. Et bien le rendu final est plutôt bien je trouve et quelle joie pour les enfants de repartir un jeu qu’ils ont fabriqué eux-mêmes !

    Et merci à vous car j’ai bien ri ! 😀

    D’ailleurs si Marie-Golotte me lit, je suis toujours intéressée par sa recette de sablés stp. Merci m’dame !

  15. Et bien j’ai rigolé mais me mettant à votre place, le rire était ptet un peu jaune parfois non !
    Alors franchement à vous 2 voir à vous 4, un grand bravo pour ce temps investi dans la créativité de ces enfants qui ont du être heureux comme tout !!!
    Et leurs petits copains n’ont pas dit : » tu as de la chance d’avoire une maman comme çà  » 😉

    Sinon bientôt le CP pour le petit dernier Cilou ?

  16. Ben alors chapeau. Quel dévouement. J’admire. Je veux dire, déjà bricoler avec ma fille, je trouve ça galère. Alors avec 45 gamins!!!!

    Mais au moins, c’est original, c’est fait par les petites mimines des enfants, et puis, après tout, mouton ou gourdin, c’est coloré, c’est sympa, j’aime beaucoup l’idée.

    En tous cas, je me suis vraiment bien marrée en te lisant!!!

  17. Bravo pour le fou rire !!!!
    J’ai déjà travaillé avec une classe de petits… Moins petits : des CM2. Le but était de leur faire créer un super-héros. Avec un petit texte de présentation, et bien sûr le dessin qui va avec. C’était génial ! J’ai eu droit à « Super-Danseuse-Etoile », « Super-Football-Man » ou encore « Super-Dealer » (sic). J’en ris encore !

  18. Je suis contente que ça vous fasse rire :).

    Sego : ben bo courage alors pour tes projets à toi !!

    Elsa : toi aussi tu es une warrior 🙂 !

    K : ah ça, des idées plus simples, on en a eu plein pendant qu’on était en classe avec les élèves ! Mais c’était trop tard !
    Merci quand même pour la tienne, on n’y avait pas songé :).

    Val : pas faux le coup du référencement !

    Dame Castor : heureuse de te lire alors :).

    Angé : Marie-Golotte devrait passer :).

    Creadidi : en fait, pas vraiment. Après tout, on n’avait qu’à s’en prendre qu’à nous même. Personne nous a menacé d’un couteau pour se lancer. Donc pas de rire jaune, juste de grands fous rires à la noix 😀 !

    Sandee : bonne idée. Ils les réalisaient comment les super héros ?

  19. J’ai vainement cherché le « lire la suite » pour cliquer dessus, mais je n’ai trouvé qu’un « plus »… 😉

    Bravo en tous cas, quel courage ! Moi, après avoir fait deux ateliers « cuisine » avec six gamins de maternelle, je me suis juré qu’on ne m’y prendrait plus…

  20. félicitation vous avez eu bien du courage de vous lancer dans de tel projet moi je bricole avec ma fille seulement et c’est bien quoi lol
    en tout cas félicitation pour ton blog que je viens de découvrir il est vriament trop bien

  21. rien qu’à lire l’article, j’en ai la tremblotte!
    c’est traumatisant un truc pareil…
    Pouce, ta fille n’a pas eu droit à l’atelier, parceque 45 gnomes, c’est déja suicidaire… multiplié par le nomple de pattes, de gourdins, de spaghetti et tutti quanti… où est le gaz?
    Angé, t’es fan de mes sablés? bon, je t’en refais et je joins la recette.
    Cilou, meme si c’était la galère de l’année, je suis, bien sur, partante pour toutes le galères qui viennent, parcequ’en bonne compagnie, on est remplie de « bravitude » face à l’adversité!

  22. Je ne laisse pas souvent de commentaires, même si je lis tous les jours le blog.
    Mais là, je ne peux pas m’en empêcher !!! Trop gros fou rires, comment avez-vous pu vous laisser prendre dans ce pièce, moi j’aurai commencer par compter et je serai vite passer au photophore. Bon je ne me suis pas encore lancé dans ce type de plans galère parce boubous encore petits mais maintenant je sais que j’y réflérichai à 2 fois avant de me lancer …

    Merci pour le fou rire.
    Et bravo pour ce blog que je lis comme un magazine avec l’impatience de lire l’article suivant !!!

  23. Je crois que j’ai autant ri du résultat du travail des petites mains (les « moutons-gourdins ») que de tes commentaires…
    Je pense que, si je devais tenter une telle expérience, je resterais dans l’art abstrait, où toutes les approximations sont permises…
    Belle leçon de courage et de tenacité, et bonne rigolade à la clef pour nous, finalement, c’est pas mal !
    Est-ce que vous leur avez appris à jouer au Morpion, au moins ?

  24. Bravo pour le fou rire… j’ai fait ma séance d’abdos pour ce soir !!! Sinon, je vous trouve bien courageuses d’avoir fait ce genre de réalisation avec 45 petits schtroumpfs… Pour ma part, j’ai déjà fait du bricolage avec des grands (une veille de vacances, en première bac pro)… ben ça rend à peu près la même chose 😆

    A bientôt

  25. Je voyais bien la galère au fur et à mesure de la lecture de ton article !!! Ma Pire galère : faire faire à mes 30 élèves de Gde Section… un jeu de « petits chevaux » : 4 couleurs, 4 cônes et surtout le plateau avec les gommettes à coller, quant à l’idée initiale de fabriquer aussi les dés à jouer : NON !!!!
    Ton idée est très sympa, à garder en mémoire tout de même, mais pour UN seul enfant !!!
    @Bientôt
    Nelly

  26. J’ai tellement bien ri hier que je suis revenue en prendre une dose ce matin…
    et c’est toujours aussi divertissant ; )

    (mais trompeur : parce que pour un peu, on aurait presque envie de se lancer dans ce genre de plan galère juste pour rire un bon coup … mais pas sûre que ce soit l’idée du siècle en fin de compte)

  27. rhhooooo, les folles !

    dans la classe de ma choupette, je leur ai fait faire des sacs. A la base, l’idée toute simple, un morceau de toile épaisse, de la feutrine pour faire une tête d’animal (ours ou chat), des morceaux colorés pour l’intérieur des oreilles, le museau, et des gros boutons pour les yeux.
    cousu à gros point, par des élèves de CE1, avec de la laine.

    une galère impressionnante.

    aïe, je me suis piquée. Miiiiiiimooooooosaaaaaaa, j’ai cousu les 2 épaisseurs ensemble, comment je fais (ben tu refais ma cocotte). aïe, je me suis piquée. Ouuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnn.
    Moi, je couds pas, c’est un truc de fille. (euh, Lancelot, oui, tu vas coudre, et plus vite que ça, même). Naaaaaaaaaan, je veux pas, je sais pas d’abord. (bon, si on voyait ça comme une sorte de légo, mais avec une aiguille ?) Si tu veux, mais mon père, il va venir te voir, parce qu’il a dit « mon fils c’est pas une tarlouze, il coud pas ». (oups, ton papa, c’est celui qui joue au rugby ? Arggggg). tant pis, j’assume.

    bref, enceinte de 7 mois et demi, mais obstinée, je leur ai fait terminer l’atelier dans les temps, mais bien aidée par ma belle-mère, venue prêter main-forte. Ouf.

    et on ne m’y reprendra plus. Non, non, non.

    Comment ? J’ai dit oui à la maîtresse de Romeo pour un atelier cuisine. Gasp.

  28. les défis à la con , j’en ai fait un dernièrement recevoir 60 personnes à danser et bouffer dans le garage encore relooké à l’insu du zhom ! qui ne me quitte quasi jamais….c’est bon c’était réussi je ne sais par quel miracle et quelques ratages camouflés et un stress encore présent rien que d’y penser …mais là j’arrête …..j’ai plus l’âge…
    Tu vois si t’avais l’esprit aussi faignas que le mien, tu aurais pensé aux chevilles direct…je me disais mais pourquoi elles ont pas pris de chevilles….et voilà CEDRIC EST ARRIVVEEEEE HEHE… bidonné HEHE…le grand CEDRIC..lalalala…Alors rien que pour ça tu mérites le prix du courage et de la volonté ! et je parle pas du reste ..MDR ..mais super résultat..super post et on rit pour tout, tout le temps tout le long et c’est bien mignon !!!! encore CHAPEAU, tu es imbattable…

  29. Merci pour cette crise de fou rire, je ne poste qu’aujourd’hui, je riais tellement hier que je n’ai pas laissé de commentaires. C’est génial, des idées pareilles, faut continuer et puis les enfants se sont éclatés et vous aussi finalement c’est l’essentiel 😉 Continue…

  30. Perso,je trouve ça vraiment top !
    Si tous les parents d’élèves pouvaient être aussi entreprenants ce serait un bonheur pour les instits!
    J’espère que les autres parents ont apprécié.
    En tout cas bravo à vous et bravo aussi aux enfants.
    Même si le rendu n’est pas à la hauteur de vos attentes, ce qui compte, c’est le plaisir d’avoir fait.
    Bonne continuation

  31. J’ai bien rigolé ! Mais je trouve que l’idée était vraiment chouette, franchement, le morpion de ta fille, l’est sympa comme tout ! Question plan galère, euh oui, j’en ai certains, mais pas dans la fimo !

    Sinon, ça t’a pas donné envie d’être instit ?

  32. Belle tranche de rigolade effectivement!! Je suis instit et je ris d’autant plus que ce genre d’incident nous arrive aussi dans nos classes (mais chutt il ne faut pas le dire…: des activités qu’on pensait durer 20 minutes bouclées au bout de 3 alors que d’autres qu’on pensait faciles vont durer des heures!! Parfois on tatonne aussi, bon peut être quand même un peu moins….( hihihi) Mais bon excellente idée en tout cas; je pense que les enfants ont adoré et ont exercé leur « motricité fine » donc pari gagné!
    Encore merci pour ton blog que je ne manque pas de lire chaque semaine.

  33. la vache ! c’est une vraie galère ton/votre histoire mais forcement c’est trop drôle !
    On a tous déjà connu un plan un peu dans le genre (moi c’était 100 faire-part format A4 dont il fallait brûler les bords au briquet, puis gommer à cause de la suie … bref une longue histoire) mais la tienne bat des records de relouterie !
    En tout cas vous avez gardé le moral, c’est le principal !

  34. Salut à toi !!
    Bonne année !
    Je réagis pas souvent mais j’ai l’intention pour cette nouvelle année (résolution !!) de faire des petits commentaires 😉
    Moi, j’ai 23 ans, et je viens régulièrement sur ton blog, toujours aussi impatiente de découvrir une nouvelle idée. Essayer de t’égaler secretement, et n’y parvenant que…. euhh… j’ai pas encore réussit, mais je désespere pas (ceci dit je vie dans 35m² et c’est pas toujours évident).

    Je viens de visionner ta vidéo, et ça ma fait bien rire.
    Tu as raison, rien de tel que l’autodérision, et je souhaite que tu continues de nous faire partager tes inventions et tes réussites (les flops aussi ! lol), pendant longtemps.

    bonne soirée
    Priscilla

  35. J’ai rigolé toute seule comme une idiote devant mon ordi : pari gagné pour toi !

    J’ai fait faire des animaux du conte qu’ils étudiaient à des enfants, mais ils étaient 8 et un seul groupe. Comme tes dragons en fait, sans l’étape papier mâché.

    J’ai aussi fait faire des tee-shirt personnalisés à des gamins, au pochoir (en plein air), 6-11 ans, par petits groupes de 5. Mais j’ai trouvé ça plutôt facile.

    La recette =
    On dessine un pochoir (utiliser des boîtes de céréales, ça fait la taille d’un tee-shirt) simple et ensuite on coupe au cutter (prise de risque).
    Ensuite, on pose le tee-shirt par terre, on met le pochoir, on met du journal pour protéger le tee-shirt.
    Et on bombe avec les bombes de peinture (penser aux gants en latex), ça c’est leur partie préférée !
    Et penser à prendre des couteaux en plastique ou des cailloux pour appuyer sur le pochoir.

    C’est sec en quelques minutes. Et ils ont un tee-shirt avec leur motif.

    Le secret = enlever le cap de la bombe pour qu’ils ne puissent pas s’en servir et distribuer les caps au coup par coup.

    Ah pis aussi, je suis en train de faire des cartes de vœux : j’ai 10 amis, mon geek en a 50 ! Donc 60 cartes de vœu à réaliser…la lose !

  36. Bonjour!
    Juste 1 petit mot …
    pour vous féliciter!
    Votre site est fantastique!
    Il fourmille d’idées…
    + géniales les 1 que les autres!
    J’en piquerai 1 ou 2… notamment pour mettre en pratique avec mon fils.
    BRAVO!
    BRAVO!
    et BRAVO!

  37. j’ai encore prit bien du plaisir en lisant cet article!
    Ma foi, moi je trouve que les résultat est plutot mimi et surtout original!
    j’adore lire tes articles toujours tres explicatifs!merci de nous faire partager ton expérience!
    Je t’ai décerné un prix sur mon blog. Alors une bonne année 2009 et continue à nous faire part de tes super expériences!
    bisoux

  38. Bonjour Cilou
    hier, comme toutes les autres, j’ai bien rigolé, mais tu vois, moi, je suis continuellement de l’autre côté du miroir ! Je suis « maîtresse d’école » et chaque année, pour mes petits crapouilloux de CP-CE1, je dois me creuser la tête pour trouver de jolis petits objets qu’ils rapporteront à leur maman-adorée-qui-attend-son-cadeau-avec-impatience-et-qui-« juré »-ne-jugera-pas-la-maîtresse !!!!!!!
    Alors chaque jour ou presque je viens lire tes articles en me demandant si « euréka » il n’y en aura pas un qui fera mon bonheur !
    Alors l’idée d’aujourd’hui, je ne la retiendrai pas car elle me semble bien trop compliquée et à moi toute seule, il me faudrait 4 mois pour la réaliser en classe. Donc je cherche encore ! Avis à la population, la fête des mères arrive bientôt (et oui, quand on enlève les périodes d’évaluation, les vacances et les gastros ou autres grippes, hé bien le mois de mai n’est pas si loin ! ! ! ! ! ! !
    Alors Cilou, si tu as une idée pour une pauvre maîtresse qui n’a pas de maman aussi douée que toi à portée de mains, merci de penser à moi ! En plus, je suis sûre que tu ferais d’autres heureuses parmi mes collègues qui n’osent pas toujours appeler à l’aide !
    Bizzzz

  39. On va dire que j’ai la chance d’avoir un mari ultra raisonnable pour moi, c’est le genre de défi que je suis capable de me lancer et qu’il va stopper tout net avec ses raisonnements si logiques … (et pas drôles du tout !)

    Mais toi, reste comme tu es, et continues à nous faire rire …

  40. Je suis en train de rattraper mon retard de blog et je m’enfile (ouais.. c’est pas trop classe comme expression) les uns après les autres ..
    et là, j’avoue que j’en pleure de rire .. mon homme me demande ce que j’ai et je n’arrive même pas à dire autre chose que mouton mouton 😀
    ceci dit, j’admire l’entreprise de fous !! si si je suis toute pleine d’admiration ! un grand bravo pour ce courage si sympathique 😀

  41. Je suis enseignante en maternelle depuis quelques années déja et je vous rassure, des « galères à pleurer de rire » m’arrivent encore régulièrement. Ceci dit nos charmants petits galopins sont toujours plein d’enthousiasme!
    Heureusement, sinon on abandonnerait tout !!!! Le charme du métier, parait-il!……

  42. Alors là !!!! Merci pour la rigolade !
    Vous avez eu raison de raconter votre aventure et avec quel humour !!
    Il faut reconnaitre que vous avez bien fait de nous expliquer au départ qu’il s’agissait de moutons , parce qu’à l’arrivée ??????
    En tout cas bravo pour votre abnégation et votre héroïsme !!!!
    Bonne continuation!
    Sandra

  43. Merci pour ce fou rire en solo devant mon ordinateur. J’ai même des larmes qui coulent le long de mes joues!
    Un grand bravo pour cet investiment auprès de la classe et pour tes grands talents de narratrice!

  44. c’est excellent vraiment très original et c’est de très belle réalisation …
    que de courage ; mais aussi quel résultat final; toutes mes félicitations.

    mes petits créent les pièces pour le jeu du morpions avec des bouchons de bouteilles de lait, et de cotillons de Noël !

    bien cordialement

  45. Je viens de découvrir cet article, ce fut un moment délicieux avec crise de fou-rire. Pas la moindre marie-golote près de moi, mais même seule, les zygomatics ont bien fonctionné. A quand un livre ? tu as de vrais talents d’écriture.

    Bravo

  46. A mourir de rire ! !
    J’ai encore pris 2 minutes pour aller sur ton blog et là je tombe sur cet article, que je commence à lire, puis par la suite, je me mets à rire toute seule. A ce moment là, mon mari et mes 2 ainés stoppent net leur partie de scrabble, pour lire la suite avec moi, et nous avons ri tous ensemble.
    Merci pour tes idées, tes explications, et tes fous rire.

  47. ça fait quelques années que je lis ton blog régulièrement. Alors quand j’ai pas trop la pêche, je relis cet article. c’est mon préféré! tu en as fait des drôles, des tendres, des instructifs, des bizarres, des loufoques mais celui ci, c’est pas compliqué: je me marre toute seule à chaque fois que je le lis!!! Bravo pour votre patience à toi et aux Marie et à tes talents pour nous raconter tout ça.

  48. En voilà un bien gentil message. Moi quand je me relis, je n’arrive jamais à me faire rire, encore moins à me surprendre. Mais pour le coup, j’ai tellement rigolé cette soirée-là (et les jours qui ont suivi) que je peux comprendre que ça fasse rire par procuration :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *