Atelier ferronnerie à la Poéterie - Ciloubidouille

Atelier ferronnerie à la Poéterie

Aujourd’hui, ça parle atelier ferronnerie et vie intentionnelle :). On me demande souvent : mais comment vous faites avec les Marie pour faire autant de choses ? Il n’y a pas de mystère, ni de génie.Je vais parler de nous comme Alain Delon mais c’est pour mieux comprendre le côté universel. Les Marie, c’est nous. Mais ça peut etre vous.

La vie intentionnelle des Marie

Les Marie sont des filles normales. Seulement, elles ne disent pas non à l’imprévu, voire elles savent dire oui à l’organisation. Elles ont des projets. Un peu trop sans doute. Mais c’est la garantie que certains passent. Les Marie ont des priorités très égocentriques parfois, elles s’occupent d’elles, de leur vie de femme, celle que personne ne peut vivre à leur place, et surtout pas leurs enfants, leurs maris, leur famille. Ce qui ne signifie pas qu’elles ne pensent qu’à elles, juste qu’elles ne s’oublient pas dans le train du quotidien.

Les Marie sont aussi régulièrement tristes, fatiguées, déçues, lasses. Mais elles savent que le bonheur se fabrique, se bichonne, se priorise. Alors les Marie tricotent leurs petites joies en choisissant avec soin les couleurs, les douceurs, les bonnes humeurs et les petits cœurs.

Les Marie ne sont pas exceptionnelles, elles n’ont pas le slip de WonderWoman, elles sont justement tout ce que l’ordinaire offre de plus beau. Elles sont bêtement normales, jolies, pétillantes, enthousiastes. Elles sont la vie qu’elles se dessinent. Elles bâtissent un paradis artificiel, mais pas factice, fait de pansements, de béquilles, de récup, et surtout de ressorts. Elles remontent leurs manches et se donnent les moyens.

Et croyez-moi, plus d’une fois, ça rate. Tant pis. C’est la vie. C’est joli.

Je vous raconte notre dernière balade ?

Un atelier ferronnerie en cadeau

Pour l’anniversaire d’MHF, on lui a offert un atelier ferronnerie à la Poéterie. Oki, c’était pour son annif de 2011…^^ mais c’est pas grave, l’essentiel c’est de réaliser ses projets non ? On a pris nos agendas, on a trouvé une date et le jour J, on s’est retrouvées devant chez moi. Il faisait nuit. Normal, il était 6h30 du mat. Ben vi, on vit en région parisienne et l’atelier de Franck Merky est à St Sauveur en Puisaye. Autrement dit à bien deux heures de route. On est des punks…

Mais vers 8h30, quand on a débarqué dans le village, on était bien contentes d’aller se prendre une boisson chaude. Surtout qu’on aurait pu manquer un bar avec une déco d’anthologie…

On s’est commandé des croissants et de tartines au beurre… On rigolait tellement qu’on a failli être en retard à l’atelier !

Quand on arrive sur le parking, on sait qu’on n’est pas à Paris. Si vous préférez, on ne compte pas l’espace… C’est grand ! Il y a plein de sculptures qui sont éparpillées sur le terrain.

Le bâtiment qui longe la pelouse est complètement délabré mais comme on dit dans l’immobilité, il a un sacré potentiel. A terme, il y a aura une salle de spectacle, une salle de cinéma, d’autres ateliers d’artistes…

Au pied de la tour, une machine à coucous 😀 ! Je suis assez fan également de cet énorme œuf en dentelles de métal.

Pas loin, une immense grange où j’ai passé quelques longues minutes à imaginer comment j’organiserais ma maison si j’avais une telle surface sous le coude. Croyez-moi, ce serait la folie 😀 !

Atelier de Franck Mercky

Franck Mercky nous accueille très gentiment et nous fait visiter son atelier. Personnellement j’adore avoir ce genre de privilège car c’est très représentatif de l’âme de l’artiste.

On y trouve de drôles d’oiseaux, qui me font complètement craquer !

Au mur, des bestioles forment une collection de choses originale. Des bricolages improbables trouvent des places improbables.

Des fers à repasser regagnent leur liberté avec leurs roulettes. Et le poisson scie prend du sens et de la vie.

Au plafond, un crocodile empaillé nous observe, l’air de rien.

L’atelier commence enfin. On découvre les lieux, immenses également. On ne se marche pas sur les pieds.

Mais les chaussures de sécurité sont fortement recommandées…

On se déguise en bricolo girls. Enfin les autres parce que je ne rentre pas dans grand chose…

On laisse de côté nos outils de tous les jours pour prendre en main les outils du patron. D’un autre côté, vu le réseau de mierda… on n’est pas tentées de surfer hein…

On met nos casques d’aliens. Grrrrrr…

Bref, on est prêtes !

On fait quoi dans un stage de ferronnerie ?

Au début, on ne sait pas bien ce qu’on fiche là. On n’a rien prévu, zéro projet dans les poches, pas même un début d’idées sur ce qu’on peut bien faire par ici. Franck nous met à disposition ses caisses de métaux… On y trouve de tout. On farfouille, on teste des idées…

Moi je sélectionne ces bricoles-là. On peut reconnaitre un vieux fer à repasser, une boucle de ceinture, mais pour le reste, impossible de déterminer l’utilité d’origine…

Je décape la rouille à l’aide d’une disqueuse. C’est une étape obligatoire sinon la soudure ne tiendra pas.

Je positionne les éléments de manière à composer une tête de bonhomme. Et après de la soudure à l’arc, voilà le résultat

Les éléments tiennent super bien entre eux. C’est bien plus solide que je ne l’imaginais.

Bien sûr, tout ça ne s’improvise pas. Franck est là tout le temps pour nous aider, nous guider, nous conseiller les bons gestes.

Mais on est vite autonomes, ce qui est aussi agréable.

Les copines ne sont pas en reste niveau créativité !


Après une pause déjeuner dans un bon restau du coin, on repart pour une après-midi de follaille ^^ !!!

Cette fois-ci, j’ai une idée précise. J’ai envie de faire un sapin de Noël. Mais après réflexion, je ne vois pas comment obtenir ce que je cherche. Alors je bifurque…

Et si je faisais un serviteur ? Vous savez ce truc qui sert à présenter les petits gâteaux. Alors je découpe, je soude, je ponce…


Au sommet de mon serviteur, un reposoir à pommeau de douche. Rigolo non ? Comme il était en métal insoudable, on l’a collé avec un joint spécial.

Présentation de nos oeuvres

Et voilà le résultat. Sympa non ?

Moi j’adore. Depuis, il trône dans mon salon avec fierté !

Pendant ce temps-là, mon masque se faire une cure d’acide… c’est pour homogénéiser les différents métaux. Ensuite on trempe dans l’eau pour que la rouille aille bien partout.

Pareil pour le petit bonhomme de ma cops.

Comme il me reste du temps, je me lance dans un troisième projet, bien plus simple : la découpe des lettres HOME.

Le truc magique, c’est que ça ne se fait pas à la scie ou à la pince…

Oki, il faut un peu de matos… Pas évident à avoir chez soi ce genre de machine.

Mais ensuite, c’est un bonheur l’oxycoupage.

On a une sorte de crayon et dès qu’on appuie sur le bouton, la lumière chaude fuse et le métal fond…

Et voilà le travail, après ponçage. Chouette non ? Comme j’ai la main qui tremblotte, le tracé de mes lettres n’est pas net mais ça ne me dérange pas.

Regardez ce qu’ont fait mes copines ! Des bans de poissons, un mini sapin de Noël.

Ils sont terribles ces poissons non ?

MHF s’est lancée dans l’art contemporain, celui qu’on ne comprend pas mais qu’on aime quand même… 😀 !

Les autres aussi font des étincelles !

Voilà un joli arbre à rêves…


Et encore un beau poisson !

Infos pratique de l’atelier ferronnerie :

Pour info, ça nous a coûté 85€ par personne pour la journée. Cher mais franchement pas plus que les stages de cuisine de 2/3h qu’on voit partout ;).

Bref, une super journée, une belle expérience, et l’envie de revenir avec un vrai projet.

Merci les Marie. Z’êtes des biches !

43 Commentaires

Commenter