Voyage à Bali - Temples de Tirta Empul et Gumung Kawi #1 - Ciloubidouille

Voyage à Bali – Temples de Tirta Empul et Gumung Kawi #1

Je tente une nouvelle façon de rédiger mes articles voyage, c’est-à-dire sur le tas, le jour même ou presque. Ça évitera presque les efforts de mémoire que je dois faire quand je me pose devant l’ordi des semaines voire des mois plus tard. Par exemple, je n’ai toujours pas rédigé l’article sur Hong Kong. Pourtant,ce n’est pas faute d’y avoir passé un super moment. Bref, on va voir si je tiens le rythme du “temps réel”, sachant qu’évidemment, le réseau est merdique, que la carte Wifi de mon ordinateur a rendu l’âme (je suis sur celui d’ErwanouGentilLoup actuellement), que je dois charger des dizaines et des dizaines de photos, les trier…

Je commence par la présentation de la maison où on loge. Nous sommes passés par Airbnb. Et nous avons sélectionné cette maison de particulier qui peut accueillir 12 personnes car nous voyageons avec une autre famille de 4 enfants. Je viens de regarder les prix… heu, nous on a payé 20% moins cher. Je ne sais pas si c’est parce qu’on a réservé il y a longtemps, mais tant mieux. Il ne vous aura pas échappé que l’endroit est superbe ! Il n’est pas évident à prendre en photos car la propriété est composée de 3 parties : au centre un lieu de vie, avec baby-foot, billards, immenses coussins…
 

 

Il y a la piscine, plutôt sympathique, au pied de la partie repas. La maison est louée avec du personnel, truc de fou ! Donc le matin, on a le petit dej servi par deux gentilles cuisinières, on mange des œufs, des pancakes, des toasts, des mangues, des ananas… Bref, la vie royale. Et le soir, on peut demander aussi à avoir un repas, même si là, c’est en sus.

La vue de ma chambre. En contrebas coule une rivière et on peut apercevoir des rizières sur la colline en face. Bref, un très bon choix que je vous recommande. Allez, maintenant, on file en balade.
 

Première constatation, suite à notre premier voyage sur l’ile de Bali, il y a 5 ans : les motards mettent des casques et se contentent d’être deux par véhicule. Je me souvenais de familles entières sur des mobylettes maigrelettes… Je ne suis pas dupe, je suppose que ça existe encore, mais clairement, on n’en voit plus ou très peu. Peut-être est-il passé une loi sévère entre temps ? Le parc s’est aussi amélioré, les scooters ont l’air neufs très souvent. En revanche, il n’y a pas diminué. Les deux roues sont vraiment nombreux et déboulent de partout.

Les bords des routes également se sont améliorés. Je me souvenais de détritus qui jonchaient les fossés. Ceux-là ont presque disparu. Les routes sont toujours aussi étroites mais les revêtements ont été refaits. Bref, Bali s’est embourgeoisée en 5 ans ! Et ça la met drôlement en valeur.

Ce qui n’a pas changé en rechangé, c’est la profusion de commerces qui s’agglutinent le long des routes. Des marchés bien-sûr, mais également des boutiques à la devantures plus ou moins grandioses.


Dès qu’on quitte les villes, on tombe directe sur des rizières.

Nous avons loué un mini-bus pour voyager ensemble, ce qui est mieux que de se demander tout le temps où est la voiture de l’autre groupe. Nous filons voir le temple de Tirta Empul, dans la ville de Tampak Siring. Je ne m’y étais pas rendue la première fois et j’avais vu de jolies photos sur Pinterest en préparant le voyage.
Sur les guides, ils expliquent que ce temple est très populaire et que les balinais sont nombreux à venir faire un cérémonial de purification. Les touristes sont aussi au rendez-vous !

A l’entrée de chaque temple, une fois le droit d’entre acquitté, (comptez 15000 roupies environ, soit 1 euro par personne), on vous revêt d’un sarong. Tout le monde y a droit, garçon et fille, sauf les enfants.

Les balinais arrivent avec leurs offrandes.

Des portes superbement sculptées nous accueillent. C’est toujours impressionnant cette architecture ornementale. Finesse, excès, grâce, kitsch, couleurs, dorures, pierres brutes… tout se mélange harmonieusement.

Les gens viennent ici pour ces sources. Je mentirais en disant que j’ai tout compris au rituel de purification, mais visiblement, chaque jet correspond à une bénédiction spécifique. J’ai vu quelques courageux les faire un à un, avec application. Mais le plus souvent, les baigneurs prennent le premier devant eux (enfin ça me semble).

Des offrandes sont déposées sur le rebord puis les gens se lavent la tête, plusieurs fois, entrecoupant ces purifications de prières et de prosternations, mains jointes. C’est doux à voir. Reposant. Intriguant aussi pour moi qui ne suis guère croyante.

SiloëJolieFée n’a pas bien compris pourquoi elle ne pouvait pas sauter dans l’eau. Mais ici, c’est du sérieux, on ne vient pas pour batifoler dans son maillot de bain. Alors elle s’est contenter de déposer les fleurs qu’elle trouvait.

Après tout, il y en avait plein à côté… (Elle m’a indiqué sa source quand je lui ai demandé d’où ça venait toutes ces fleurs…). (On dit que la culpabilité est livrée en même temps que la parentalité, mais on ne parle pas assez de la Honte, qui est également offerte pour le même prix ^^).

Enfin…

Bref, cet endroit m’a beaucoup plu. J’y retournerai volontiers une autre fois.
C’est familial, on y vient avec ses enfants et on entend des rires fuser tout le temps.




Les enfants ont quand même préféré s’adresser aux énormes carpes Koi qui guettent  en surface les généreux donateurs… La pêche doit être bonne car certains poissons sont majestueux.

On a fait d’effrayantes rencontres… Je pense que ces démons sont les équivalents de nos gargouilles, ils sont là pour faire peur aux mauvais esprits et aux âmes impures.

C’est un peu l’inverse des offrandes qui appellent à la bénédiction et aux anges gardiens de toute sorte.

Les statues portent souvent le sarong, ce qui gâche un peu la beauté des pierres, mais bon, en matière de religion, l’esthétisme n’est guère prioritaire.

Tiens en parlant de démon… ^^

J’adore cette photo même si en vrai, SiloëJolieFée court car on s’est fait gronder. On est entrées sans le savoir dans un endroit qui nous était interdit et je lui demandais expressément de ramener ses petites fesses dare dare.

Voilà les personnes que nous avons dérangées.

Au coeur même des temples, la végétation est très présente.

Je ne me souviens jamais du nom de cet arbre immense aux racines magiques. Le banian ?

Les toits sont moins massifs qu’en Thaïlande, mais tout aussi richement décorés.

On ressort par une de ces portes majestueuses !

On finit par un dédale de boutiques, digne d’un cheminement d’Ikéa. Avec quelques surprises…

On a même croisé Diana !

En repartant, on a demandé à notre conducteur de s’arrêter sur les bords de route qui nous plaisaient. Je ne commente pas les photos hein, ce sont principalement des rizières. Mais ce vert fluorescent nous a tous envoûté… Mes photos ne rendent pas hommage à ces paysages mais bon, c’est pour vous faire une idée.

Faites coucou à Charly.
  


On croise des échoppes et des mini-temples un peu partout !

Et des nanas qui lavent leur linge à la mano…

On s’enfonce un peu plus dans la jungle pour aller vers un second temple, pas très loin.

C’est Gumung Kawi. Nous étions déjà venu le voir il y a 5 ans mais j’ai encore plus apprécié m’y promener. Certes, il est moins vivant que le précédent, car plus couru par des touristes que les véritables balinais, mais je le trouve magnifique.

L’entrée est gardée par de farouches oiseaux en cage…

Ces grands espaces couverts servent de préau pour enseigner. Il y a pire comme cadre…

Au fond, on retrouve la porte traditionnelle, tranchée nette au centre. C’est typique d’ici et moi, j’aime beaucoup.

Ce petit temple au milieu de l’eau était très chouette. Il avait un petit côté Livre de la Jungle.

Il y a quand même des fidèles…

Les démons sont bien plus richement décorés. Le bois permet la couleur et les dorures.

Pareil pour les sièges. Je ne sais pas qui a le droit de poser son auguste fessier dessus, mais on sent bien que ce n’est pas le clampin du coin.

Quand nous y étions, il y avait aussi ces filles occidentales venues faire une sorte de pèlerinage. Enfin,je pense vu l’implication toute mystique dans laquelle elles étaient plongées.

Les voir se prosterner de la sorte faisait étrange. C’est rigolo, elles étaient presque trop sérieuses. Les balinais qu’on venait de croiser ne prenaient pas ce bain purificateur à la légère, eux non plus, mais ces filles, elles étaient limite en transe. C’était étrange et assez dérangeant.

Et ça semblait fasciner un peu tout le monde autour…

Bref, on est partis regarder les sources seules, c’était finalement plus apaisant.

Je suis remontée en peu sur le chemin pour prendre de la hauteur et admirer le temple dans sa globalité. C’est harmonieux et finalement assez structuré.

Nous avons repris la route pour s’arrêter vers les rizières de Tellaganang, qui sont extrêmement réputées. Il faut dire qu’elles sont magnifiques. Normalement, les touristes sont dirigés vers un parking plus haut où ils sont pris en charge par un collectif de paysans. Ces derniers en avaient marre qu’on vienne prendre des photos de leur travail, que des échoppes s’installent pour vendre des trucs aux touristes, sans qu’ils ne puissent avoir un partie du gâteau. Alors ils ont organisé un système pour prendre eux-même en charge les touristes.

Nous on s’est garés un poil plus haut, à la sauvage.
Quelle vue les amis, quelle vue !

Où que tu donnes la tête, c’est beau !

Le truc pénible, c’est l’instance de ces enfants, débarqués de nulle part à ton arrivée, qui te poursuivent sans te lâcher pour te proposer des cartes postales, des barrettes, etc… Tu peux leur dire 10 fois non, ils sont toujours là pour la 11ème…

A quelques centaines de mètres de là, le restaurant Kampung Café nous a royalement accueillis. Nous avons mangé en terrasse avec une vue magnifique !

Un repas très bon pour 10€ par personne, entrée, plat, dessert et boissons…

Puis nous sommes allés à Ubud, qui est la ville centrale de Bali, connue pour son artisanat. Niveau architecture, on n’est pas déçus, c’est beau, surprenant, déroutant…

Mais nous n’y sommes pas restés longtemps, nous voulions faire une promenade recommandée par Tripadvisor. Nous avons grimpé pour nous éloigner de la ville et la surplomber.

Dire que derrière cette jungle, il y a Ubud la foisonnante !



Les rizières ne sont pas là que pour faire la déco, les paysans les travaillent.

En haut de la colline, des ados ^^ ! (Et une chouette géocache !).


C’est la première fois que les enfants s’approchent autant des plants de riz. C’est étonnant de se dire que ce qu’on trouve dans nos assiettes vient de là. Ils se demandent si le riz vient des racines, de graminées…

Ils observent… Et finissent par comprendre d’eux-mêmes.

Tout en haut, on trouve le Karsa Kafé qui est un spot superbe. C’est un petit peu la classe de prendre un verre en contemplant les rizières dans le soleil couchant…


Et voilà pour cette première journée.

A demain, si j’ai le courage et du wi-fi…

37 Commentaires

Commenter