Ciloubidouille
8 janvier 2015 No pasaran

No pasaran

Ce matin, avant l’heure de l’école, j’ai rassemblé mes enfants pour leur parler de l’attentat terroriste perpétré par de sombres illuminés contre des hommes travaillant à Charlie Hebdo.  Mon Dieu que j’ai trouvé ça difficile. J’ai la communication aisée et décomplexée, j’aborde sans soucis les questions de sexualité, de religion, de corps, d’amour, de politique, de racisme, de haine ordinaire, d’amitiés complexes… Je ne cille pas quand ils m’apportent leurs interrogations, parce qu’il n’y a rien que je trouve compliqué dans les réponses à apporter. Le sexe est naturel, la religion une question de point de vue, le corps n’est que du respect de soi et des autres, l’amour est tellement multiple, la politique idéalement une démarche individuelle pour le collectif, le racisme une aberration, la haine un souci d’éducation et l’amitié un trait d’union à longueur variable entres les gens. Je ne me défile jamais, je réponds. Parfois maladroitement, parfois mal, parfois trop précisément, parfois trop crument. Mais j’y vais, je pose mon petit caillou mal taillé pour les aider à édifier leur château personnel. C’est ma responsabilité de parent et je l’aime beaucoup.

Vous me voyez venir. Ce matin, j’ai trouvé ça dur. Tellement dur. Parce que j’avais le cœur infiniment triste. Parce que j’étais en colère. Parce que je n’avais pas les mots à leur portée. Parce que j’ai dû leur expliquer ce qu’était Charlie Hebdo, quel genre de travail faisaient les gens de ce quotidien… Je me suis sentie nulle de constater que j’avais loupé un pan de leur éducation, que la presse dans sa diversité leur était largement inconnue, que la notion de liberté d’expression leur semblait un combat un peu flou. J’étais assez paumée, je n’ai pas été très claire, j’ai eu l’impression de les laisser partir à l’école sans avoir été ni une bonne mère, ni une bonne citoyenne.
Ils sont rentrés de l’école en me disant que j’avais raison avec mon histoire, leurs enseignants leur avaient parlé de l’attentat, ils avaient tous fait une minute de silence. On a re abordé tout ça à table. Nous avons dû expliquer à Deng Hong, notre chouette ayi chinoise, pourquoi nous étions si sérieux et si tristes. Je les ai laissés faire en partie, pour les entendre s’exprimer, pour qu’ils reformulent avec leurs mots. Mais là encore, j’ai eu l’impression qu’ils ne percutaient pas l’ampleur d’un tel massacre. C’est vrai qu’ils sont jeunes. Mais l’indignation m’avait tellement accompagnée cette nuit presque blanche, totalement rouge, à cliquer sur tous les liens pour comprendre, pour pleurer, pour halluciner, seule derrière mon écran, dans le silence de ma maison endormie, de l’autre côté de la planète, loin de mon pays… l’indignation, je voulais la voir aussi dans leurs yeux…

Ils sont repartis dans leur vie d’enfants, derrière leurs écrans, leurs jeux pixélisés, les rires d’adolescent. Alors je suis allée voir ErwanouGentilLoup et MaëllePrincesse. Et je me suis fâchée. Je leur ai dit qu’il fallait savoir ce qu’ils voulaient faire de leurs vies, savoir qui ils voulaient être. Je leur ai ordonné de se mettre derrière leur ordi pour aller constater d’eux-mêmes, pour lire, pour voir, sans filtre, sans moi. Je ne sais pas ce que Dolto aurait dit de cette décision, mais j’étais en colère et ce fut ma réaction.
Depuis, ils sont venus plusieurs fois me voir pour me poser des questions, pour m’informer de « rebondissements » comme la reddition du jeune homme. Je sens monter chez eux l’incompréhension et elle me rassure. Tant pis si je les ai brusqués. Tant pis si j’ai manqué de pédagogie. La vie est brusque et sans pédagogie. On apprend sur le tas de nos expériences.

C’est un peu ça que je voulais dire à Charlie Hebdo aujourd’hui. J’ai ouvert les yeux sur une grosse lacune de parent. Je n’ai pas prolongé leurs indignations, celles qui me parlaient. Je veux le meilleur pour mes enfants, c’est vrai. Mais il est grand temps que je les confronte au pire pour qu’ils apprennent les vrais combats, les injustices, les priorités. Je ne souhaite pas les politiser (je n’en aurais pas les compétences en plus), les influencer, mais je voudrais qu’ils entrent enfin dans l’agora de ce monde, qu’ils ouvrent leurs yeux, leurs oreilles, car c’est primordial. Je veux qu’ils aient des armes à leur tour, les meilleures qui soient : une tête qui pense, une bouche qui s’exprime et une main qui s’offre aux autres.

SiloëJolieFée est petite, mais je l’ai laissée écouter mes propos. ElouanPrinceCharmant a tout pigé et n’a rien dit. Je lui laisse le temps de revenir vers moi. Je confiance, il le fera. Quant à moi, je sais bien que ce texte ne fera avancer aucun combat, qu’il ne sèchera aucune larme, ne guérira aucune injustice, qu’il n’a aucune légitimité (s’il fallait en chercher une) et que la boule dans le ventre des gens continuera de tourner et de faire remonter tout le dégoût du monde. Mais justement, on peut faire quelque chose. Le monde n’est pas à mettre dans un unique panier. L’humanité a évolué dans le bon sens depuis la guerre du feu à 2015, malgré les atrocités. Nous ne vivons PAS dans un monde de merde, simplement certaines merdes vivent dans notre monde.

D’ailleurs, je vous dis merci d’exprimer la meilleure partie de votre humanité, la compassion. Je suis loin, je me sens seule, inutile. Je voudrais aller aux rassemblements, lever un crayon haut dans le ciel, sentir ces âmes vivantes protester… Je suis loin mais je suis portée par tous les dessins que je savoure, qui m’épatent tellement par leur justesse, je lis vos textes, vos articles, je les trouve beaux et inspirés. Je m’émeus de la solidarité internationale. Certains sont Charlie, d’autres ne le sont pas. Mais tous condamnent fermement et c’est tellement important.

Je me fiche de dire des choses mièvres car elles ne le sont pas pour moi. Je n’ai pas de conseils à donner, j’écris tout haut ce que je rumine tout bas. Dans ma tête de maman, je me donne de vraies résolutions pour 2015 et pour ma vie à venir : éduque, Cécile, écris, réagis, discute, dessine… Ne cède pas à la facilité. Écoute. Pardonne. Combats. Ne lâche rien.

***********************************

Pas de tutoriel aujourd’hui, je n’en ai pas le cœur. Mais voici l’histoire en photo d’un petit livre offert à MaëllePrincesse… L’amour, ce n’est que des pliages, c’est compliqué, on a rarement le mode d’emploi, ça demande une patience infinie, mais qu’est-ce que c’est joli quand c’est bâti.




IMG_2582.JPG

IMG_2580.JPG

 

 

97 réactions au sujet de « No pasaran »

  1. J’ai trouvé dur aussi d’expliquer à un enfant de 5 ans ces morts, les religions, les extrémistes, les fous, la liberté, de la presse et de tous, les caricatures, le talent de ces hommes disparus… en une seule fois. C’est si violent. Mais c’est l’humanité qui doit gagner!

  2. J’ai expliqué aussi. Mes enfants sont petits, 7, 6 et 4 ans. Mais quand même. C’est tellement important.
    J’aimerais, comme toi, qu’ils s’indignent. Mais ils sont encore si petits. Alors, bon, je les laisse, comme tu l’as fait avec Erwan et Siloë.
    Mais j’espère moi aussi ne pas tomber dans cette lacune, plus tard. Et du coup, ça me donne envie de les abonner à un journal, qui leur permettra d’aiguiser leurs pensées, leurs réactions.

    Bisous, Cécile. Tu est avec nous, nous sommes tous Charlie. Peu importe la distance, c’est le coeur qui compte

  3. Merci pour ce beau texte qui décrit parfaitement cette détresse qui fut mienne aussi ce matin, lorsqu’il a fallu réveiller nos enfants et leur dire toute l’horreur dont notre monde était capable. Ils sont plus jeunes que les tiens (8-6-2) mais je ne pouvais laisser partir les grands sans les préparer à une minute de silence qui aurait lieu à l’école et dont je voulais qu’ils comprennent la portée. Et là, même constat, la presse, la liberté d’expression…. Tous ces thèmes leur étaient si étrangers.
    Nous aussi, nous sommes en Asie et avons ressenti ce décalage: la nuit blanche à suivre le déroulement, hébétés devant tant de haine, émus aux larmes de voir les gens brandir leurs stylos, le réveil alors qu’en France les rassemblements dont on aurait eu besoin sont dispersés depuis peu….
    Le consulat nous a ouvert ses portes pour partager une minute de silence et nous retrouver en union de pensée avec les victimes et leurs familles… On se sent moins seuls mais toujours aussi impuissants. Restent l’espoir et la volonté de ne pas laisser les choses s’installer… Mais qu’il est douloureux de devoir ainsi ouvrir les yeux de nos enfants si brutalement, l’impression de les tirer de leur cocon d’enfance est violente mais nécessaire… Préservons leur enfance, mais préparons-les au monde qui les attend. Essayons de trouver un équilibre…
    Merci Cécile pour ton partage….
    Nous sommes tous Charlie.

  4. Merci Cécile de ces mots. Tu as ce don alors que je ne l’ai pas. Je me retrouve souvent dans ce que tu écris et, en cette occasion triste et incompréhensible, particulièrement.
    Oui, certes, on a l’impression d’être plus efficace en présence. Mais les pensées sont fortes et leur puissance évocatrice peut rejoindre celles de France. Du monde entier, ce souffle monte et c’est réconfortant de savoir cette humanité réunie.
    Merci encore de ces lignes et non, ils ne passeront pas……

  5. CILOU, c’est la première fois que je pleure en lisant ton article, à chaque fois je suis admirative, égayée de tes posts, et là badaboum, j’en ai froid ds le dos depuis hier, et la goutte d’eau est tombée ! t’es une maman en or ! tu sais toujours trouvé les mots !!! MERCI

  6. Ici aussi il a fallut expliquer à mon 7 ans plein de questions, longuement et plusieurs fois en simplifiant les mots, ces événements que nous adultes vivons plus que nous pouvons les expliquer: l’islam, l’extrémisme, le terrorisme, le journalisme, la caricature et l’humour, les idéologies , la folie des hommes, le deuil national. Je me rends compte que l’exercice est terriblement difficile, parce que dans leur naïveté liée à leur âge, les enfants posent des questions désarmantes… J’ai trouvé ce matin le dessin de philippe geluck que j’ai décidé de montrer à mon fils, parce que je le trouve très bien fait et qu’il permet de relier tout ça aux attentats du 11 septembre dont Mon grand bonhomme n’a pas manqué de me parler.
    Au final, comment expliquer à des enfants ce que l’on ne comprend pas soi même? Merci en tout cas pour tes mots, qui me paraissent tellement en adéquation avec ce que nous vivons ici…

  7. Tout est dit ! Merci ! On en a parlé rapidement toutes les deux ce matin …on partageait la meme colère , incompréhension , désarroi ..et on a eu le même réflexe en en parlant avec nos enfants qui sont certes jeunes et que nous protegeons malgré nous …de cette societe de plus en plus violente dans laquelle nous evoluons car notre vécu et expérience sont plus grands …Je pense donc je suis …hauts les cœurs madame !! Cela va être long mais nous serons plus forts.
    Je t’embrasse

  8. Wahou,j ai essayer de ne pas leur montrer ni de leur expliquer ce qu’il se passait mais je n ai pas su, j ai essayer de leur expliquer avec des mots simples ce qu’il se passait. Ma 8 ans et mon 5 ans ont réagi pareil que tes loulous…mais nous avons lis des mots sur les maux

  9. C’est dur de commenter ton article… Il fait écho sur tellement de choses…J’ai voulu acheter un Charlie Hebdo pour que mes filles puissent mieux comprendre ce que c’est mais il n’y en a plus…
    Le livre est très beau et c’est de ça que l’on a envie.

  10. Merci, merci pour ce beau texte qui reflète tout ce qui trotte dans ma tête… J’ai les larmes aux yeux non stop depuis hier… je suis triste, énervée, en colère, bouleversée, effrayée… Pas facile de trouver les mots… Impossible de quitter la télé de la soirée… et difficile de ne pas regarder sur le net les dernières infos…
    Ma fille a trois ans et je ne lui ai rien dit… Je ne savais pas si je devais et surtout quoi lui dire…
    Merci encore

  11. Merci pour ce message. Je partage ta peine, et étant moi aussi à l’étranger, je comprends ce sentiment d’impuissance et de frustration, alors qu’on aurait tellement être à République hier soir n’est-ce pas? Pour ma part, et parce que les mots me manquaient, j’ai montré à mes enfants l’intervention de Badinter hier soir. Parce qu’elle était essentielle. Parce qu’on a besoin de voix belles et fortes pour dire la nausée et combattre la bêtise. Et nous tous, nous avons ce devoir d’éduquer nos mômes, l’éducation, l’éducation pour lutter contre la barbarie. Haut les cœurs!

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/video-badinter-ils-sont-morts-parce-que-c-etaient-des-soldats-de-la-liberte_791119.html

  12. C’est pareil pour moi. Mes enfants m’ont vu pleurer hier et je me suis rendue compte que je ne leur avait rien expliqué de cette presse, de la liberté d’expression et là on se dit qu’on a mal fait son travail de maman. Et toute la nuit je me suis demandée comment parler de ça à mes élèves de CM1 CM2 car il fallait absolument que je leur en parle. je leur ai mis le dessin de Stéphanie Blake au tableau, ils ont raconté ce qu’ils avaient compris, on a parlé de la tolérance qui commençait dans la cour, de l’extrémisme et puis je leur ai lu un album magnifique : La cave aux oiseaux, de Jo Hoestlandt sur le poème de Paul Eluard Liberté et ensuite on a lu, chacun à tour de rôle une strophe du poème. mais voilà, ont-ils compris, saisis l’importance de l’événement ? Je ne sais pas. Et je ne sais pas non plus comment continuer ce chemin avec mes enfants pour en faire des humains debouts et responsables, solidaires et respectueux des autres. La route est longue…. Merci beaucoup pour ton billet qui m’a fait le plus grand bien.

  13. Merci pour ton très beau texte, magnifique et qui fait terriblement écho en moi. Je me suis retrouvée complètement.
    Hier soir, j’ai expliqué à mes enfants (9 et 6 ans) ce qu’il s’était passé…avec des mots, des explications, qui m’ont paru maladroits parfois….mais j’ai essayé.
    J’ai les larmes aux yeux…Merci
    Le livre de MaëllePrincesse est magnifique et c’est juste ce qu’il nous faut maintenant. Merci pour ça aussi
    Love

  14. Cécile,
    Tu viens d’exprimer tout mon ressenti en mots que je n’aurais su coucher sur le papier. Mes réactions ont été exactement les mêmes, de ton désarroi face à tes enfants jusqu’à ta colère… C’est tellement dur…
    Je tiens à te remercier pour toute la joie que tu apportes dans notre maison par tes articles… tu tiens une grande place dans notre vie !!!

  15. Comme toi, j’ai écrit un article sur mon blog. Et tout comme toi, ce n’est pas vraiment le genre d’article que l’on aime d’écrire. Mais quand les mots viennent, il faut les mettre sur papier.
    Ce n’est pas parce que tu es loin, que tu es inutile. La distance ne créer pas l’éloignement et la force des pensées.
    Et tu as du être très utile auprés de tes enfants. Je comprends ta colère. Les enfants passent tellement vite d’une chose à l’autre. Tu as raison d’avoir réagi. Tes enfants te le diront plus tard. Je ne sais pas comment j’aurai fait. Mon fils à 4 ans, ma fille 2 ans 1/2.
    Et je m’en veux, pour moi même : je ne connais pas assez la presse dans sa diversité . Alors oui, je t’encourage, car aujourd’hui on prends conscience que c’est un aspect de l’éducation de nos enfants auquel on ne pense pas . Car il nous parait tellement évident…
    Je te souhaite du courage. Je trouve que tu es une très bonne mère.
    Et dimanche, à la manifestation prés de chez moi, je porterai un peu de toi. Comme ça, même de loin, tu y seras

  16. Même géographiquement proche, je me suis sentie faible et démunie d’annoncer ça à mes enfants. Ils ont eu du mal à comprendre mes larmes.
    On leur vole un bout d’innocence, ils avaient le temps encore…. mais en faire des citoyens du monde est notre devoir.
    No pasaram!

  17. c’est beau ce que tu dis…je tente aussi de faire tout pour que mes enfants arrivent a oser, oser dire, oser avoir leur opinion…la liberté d’expression a été bafouée, mais je leur ai montré aussi (enfin j’essaye hein)que chacun à son niveau peut lutter! Dans notre quotidien tout proche ici on a subit leur pére , moi eux d’avoir dénoncé ce qui nous semblait nécessaire…même payé assez cher parfois ( même si bien sur je ne compare en rien avec ce drame)mais je suis heureuse de les voir dire!

    j’ai trouvé ton texte vraiment trés proche de mon ressenti merci…

  18. J’ai pensé à toi, ma Cilou. Je savais qu’être loin de Paris dans un moment aussi énorme serait difficile. J’aime ce que tu as écrit, je ne sais quoi dire d’autre… Ici on est sous le choc, comme tout le monde. On n’a que très peu, et très mal, dormi cette nuit. Et on se demande comment continuer à vivre avec ça. Je t’embrasse…

  19. Bonjour Cécile,

    Très intéressant ton texte.
    Pardon pour cette question futile, dans un contexte si lourd… pourrais-je connaître les références de ton livre ? Ca ferait un chouette cadeau… Merci 🙂

  20. merci pour ce beau texte… j’ai aussi éprouvé beaucoup de difficultés à parler avec mes enfants (12, 10 et 7 ans)… mais il le fallait. La plus jeune a beaucoup de mal à comprendre mais c’est aussi elle qui pose finalement le plus de questions… elle a peur… peur qu’ils viennent chez nous… peur qu’il n’y ait plus jamais de journaux… peur… peur de beaucoup de choses…
    vraiment merci pour ton témoignage de maman 🙂

  21. Merci Cécile pour ces mots que tu sais si bien coucher sur papier… nous sommes nombreu(se)s à penser ainsi… et à ne pas trouver les mots pour en parler à nos enfants… pourtant mieux vaut des mots maladroits que pas de mots du tout 🙂 Ce livre est super, je sens que je vais l’offrir à ma puce… Courage à l’autre bout de la planète, je ne suis pas en France non plus … c’est tjs plus dur quand on est loin 🙁
    Mon signe a été de m’abonner illico à Charlie Hebdo !

  22. Bonjour Cécile,
    Un grand merde a été crié ici ( je ne dis jamais de gros mots, par habitude) en apprenant le drame.
    Une policière est morte ce matin dans cette ambiance de folie qui règne depuis quelque temps ici.
    Moi, j’ai des grands, c’est plus simple d’en parler. Pour le 11 septembre, c’est en arrivant à l’école que je l’ai appris et il a fallu expliquer.
    Difficile aussi d’admettre que même les ados sont encore des enfants et que bien qu’ils réalisent que c’est grave, ils retournent vite vers leur train-train.
    Tous les jours, il y a des drames et il faut faire la part des choses et les jeunes ne savent pas encore bien le faire ( beaucoup d’adultes aussi).
    Là, nous réalisons que nous avons de la chance d’être dans un pays de grande liberté, dans des pays anglo-saxons, les couvertures de Charlie-hebdo sont floutées…
    Moi, c’est un journal que je n’aime pas et je n’apprécie pas ce genre de caricatures; mais je ne l’achète pas et c’est tout.
    Je compatis fortement à la douleur des familles qui ont ainsi perdu des leurs et c’est plus là dessus que nous avons échangé en famille.

  23. Merci pour ce partage, c’est aussi ce que j’aime dans ton blog…le quotidien dans tout ses états.
    Quand j’ai voulu en parler à mon fils (5ans 1/2) qui a vu les infos, il m’a dit…je sais maman il y a des méchants qui font de vilaines choses.

  24. C’est très bien écrit… et je comprends ton désespoir. Je n’ai pas trop eu le temps d’en parler avec ma grande hier malheureusement. Je pense qu’ils auront surement fait la minute de silence à l’école ici (école française) et qu’ils en auront surement parlé. Ce soir j’essayerai de compléter à ma façon. Mais je sens déjà que ce sera compliqué… 🙁

    Et je te rassure, tu es loin d’être une mauvaise maman… on fait ce qu’on peut…

  25. bravo pour ton texte et pour avoir su en parler à tes enfants…
    ton texte et tous ces commentaires nous font sentir moins seules (et seuls) en tant que parents, voulant protéger nos petits…mais sans pour autant les aveugler
    Comme beaucoup, je les protège au maximum mais hier, j’ai aussi essayé à ma façon de raconter cette horreur à mon grand (8 ans) car le pays des bisounours n’existe pas et que la vie, si belle soit elle, c’est aussi ca…

  26. Merci pour ton partage et merci de nous ouvrir ainsi ton coeur.
    Ce journal, je ne l’ai jamais acheté.
    Ces personnes, je ne les connaissais pas.
    Et pourtant depuis hier c’est un peu comme si une partie de moi était aussi partie.
    Peut-être parce que nous vivons les uns à côté des autres, dans notre bulle et que hier cette bulle a explosé nous laissant face à cette terrible réalité que tout peut arriver.
    J’ai pleuré pour ces gens, pour leurs familles et en lisant ton billet … comme je te comprends.
    J’ai 2 jeunes ados et hier je ne leur ai rien dit, ne me sentant pas capable d’exprimer objectivement mes sentiments, ma colère.
    Ce matin, je leur ai expliqué, regardé les infos avec eux et me suis mise moi aussi en colère : la barrière de l’écran de télévision … la notion abstraite de liberté … les morts si souvent présents dans leurs jeux video … il ne se rendent pas compte.
    Je m’en veux aussi, à trop vouloir les protéger de la réaliser, j’ai l’impression de les rendre égoïstes et indifférents à ce qui les entoure.
    C’est pour nos enfants que ces journalistes se battent au quotidien, pour que eux aussi plus tard puissent conserver cette liberté de parole et de pensée qui nous est chère.
    Mais que c’est dur de devoir leur montrer ce côté là de la VIE …

  27. Quand ma fille de 6,5 ans m’a demandé hier ce qu’il se passait à la télé, je me suis trouvée sans parole aussi, j’ai finalement trouvé les mots pour lui expliquer les choses. Mais je comprends ce que tu as ressenti. Tu as fait un très beau texte, touchant. Pour nous aussi (j’inclus ma moitié) il est important que nos enfants puissent grandir avec une tête bien faite qui puisse les aider à affronter ce beau monde comme tu le dis, peuplé parfois de cons (disons-le franchement!). J’ai comme vous tous reçu une grande claque hier mais je me suis vite relevée, ils ne nous auront pas. Ils sont tellement stupides qu’ils ont en fait créé l’effet inverse… le monde libre est plus debout que jamais et ce à travers les frontières (je ne suis pas française). Merci d’avoir partagé ton sentiment face à cette horreur. Je n’ai jamais été aussi contente d’avoir appelé ma chienne Charlie (même si j’avoue que ça n’avait rien à voir avec Charlie Hebdo!), mais chaque fois que je l’appelle je pense à tout cela et je ris de coin… parce qu’en fait non Charlie Hebdo n’est pas mort du tout, n’est-il pas plus vivant que jamais?! Et sans transition je voulais te dire que le livre est magnifique!

  28. Je m’en veux de ne pas vous avoir remercié avant de toutes vos bonnes idées et surtout de prendre contact en ce moment dramatique. Un lien nous donne des conseils pour en parler aux enfants mais bon, chacun connait les siens et y va avec ses tripes. http://www.souris-grise.fr/nos-enfants-sont-charlie-comment-leur-expliquer-ce-qui-se-passe/
    Avec des dessins le dialogue passe bien avec les pré-ados et ados, cf ce lien obtenu grâce au précédent : http://journalmetro.com/monde/697576/les-caricatures-en-hommage-a-la-fusillade-chez-charlie-hebdo/

  29. Je lis regulièrement ton blog depuis 5 ou 6 ans maintenant…. si je te suis ainsi c’est pour tout ce que tu représentes: ton approche de le vie, tes opinions, tes idées, tes gouts, ton éclectisme, etc…
    j’adore ce que tu fais, ce que tu représentes, ce que tu crées, ce que tu partages ici.
    j’admire ce que tu fais de ta vie: de maman, d’épouse, d’amie, de voisine, …. limite je te jalouse tellement tu sembles extra!
    on ne se connait pas et pourtant je reverai presque de t’avoir comme amie.
    te lire est toujours un moment exceptionnel pour moi: j’aime ton style simple et spontané. et c’est cette spontanéité qui te rend si attrayante. ton écriture est sans pareil car sincère.
    Et aujourd’hui ton article me touche plus que jamais.
    tes mots sonnent si juste en moi que c’est comme si tu avais su parfaitement exprimer là mes propres doutes de maman et l’effroi de mes sentiments sur cet évènement atroce.
    il aura fallu cette horreur pour que j ose ecrire ces quelques lignes et te féliciter de la beauté intérieure qui irradie de toi….
    je crois que cet évènement va amener de nombreux parents à s’interroger comme tu le fais aujourd’hui.
    notre société a malheureusement parfois besoin de cette descente en enfer pour se remettre les yeux en face des trous quant à la beauté de la vie si on fait en sorte que celle ci rime avec respect et liberté.
    avec une maman comme toi tes enfants ont tout en main pour devenir des adultes sensibles, respectueux et responsables! aucune crainte!
    ton éducation les guide, tout comme Charlie a guidé et guidera encore l’esprit des gens dans la voie de la tolérance et du respect. Vive Charlie! que vive Charlie!

  30. Je comprends ta colère envers tes aînés, j’ai un peu ressenti la même chose, quand traversée par un tas d’émotions , j’ai eu du mal à percevoir les leurs… mais nous ne pouvons pas leur en vouloir. Il y a d’un côté cette légèreté apparente qui fait que, quoi qu’il se passe, à partir du moment où cela ne les touche pas directement, ils ne se sentent pas plus concernés que ça (peur de quitter la douceur de l’enfance? Rejet du monde des adultes? Désir de rester ignorant?) Puis il y a aussi les repères qu’ils ont dans leur environnement qui vont les pousser à agir , à réagir, à se questionner ou à continuer comme si de rien n’était…Et là, les parents ont un rôle c’est certain mais à l’adolescence celui des copains est bien plus puissant. Quand j’ai dit à mes enfants collégiens, ce matin, que c’était une journée de deuil national et que j’allais m’habiller en noir, ils ont vérifié d’abord sur leur réseau social si les copains allaient s’habiller en noir avant de choisir leurs vêtements… noirs…Les pages facebook des adultes sont restées noires, celles des ados l’étaient hier soir ici puis leurs rires ont recommencé à illuminer leurs visages la minute de silence passée…Faut-il leur en vouloir? N’est-ce pas une image pour cacher leurs véritables angoisses? Se montrer plus forts?
    Et enfin, dernier point, l’expat renforce le côté « cocon » offert à nos enfants qui, personnellement, me dérange dans leur éducation et apporte une difficulté supplémentaire pour faire passer certains messages…

  31. exceptionnellement, le groupe Playbac Press a décidé de mettre en ligne gratuitement, au format PDF, une édition spéciale de ses journaux pour enfants, consacrée à l’attentat mené contre Charlie Hebdo : Le Petit Quotidien (6-10 ans), Mon Quotidien (10-14 ans) et L’Actu (14-18 ans). Trois éditions qui peuvent aider enfants et parents à parler de ce qui s’est passé.

  32. Pas évident d’en parler à nos enfants. Ma fille a entendu la radio toute la journée d’hier, elle n’a fait aucune remarque, En sortant de l’école à 16h30, la première chose qu’elle me raconte est que le directeur a demandé à faire 1 minute de silence parce qu’hier à Paris… on connaît la triste suite. J’ai donc voulu lui expliquer avec mes mots, ça a été dur, les sanglots revenaient. Ma fille aura 6 ans lundi. Elle est encore en maternelle. Elle ne comprend pas tout, c’est encore abstrait pour elle. Je ne pensais pas lui en parler, je suis contente que l’école m’ait permis de le faire. Très beau post en tous cas. Bisous

  33. Je commence par mon mea culpa, ça fait maintenant des mois, voir des années que je suis ton blog et toutes tes aventures familiales et DIYistiques mais je n’ai jamais pris le temps d’envoyer mes commentaires n’ayant pas une plume aussi fine et drôle que la tienne. Mais aujourd’hui, je n’ai pu résister car je me suis sentie si proche de toi et des commentaires de toutes ces mamans. Je me dis que en effet c’est dur de devoir aborder ces sujets avec nos enfants (les miens ont 14, 11 et 3 ans) mais pour moi c’est une habitude à chaque fois qu’un événement me touche ou me revolte car c’est notre devoir de parents, c’est la façon dont nous les éduquons qui va en partie faire les adultes qu’ils deviendront demain alors oui je suis Charlie ! mais eux aussi grâce à nous ! Merci pour ton implication sur ton blog et dans notre monde, même loin de la France tes mots nous touchent et par ceux-là tu participes au mouvement qui s’élève ici en France et partout dans le monde. Bravo pour ton blog et pour ta très belle famille ! A bientôt de te lire.

  34. Tu n’es pas inutile, même si tu es loin, une partie de notre devoir maintenant c’est l’éducation, la pédagogie, l’explication, pour que nos enfants comprennent qu’aucune barbarie n’est tolérable et pour qu’ils soient prêts à affronter le monde à l’aide de la réflexion, la tolérance et l’intelligence comme seules armes, comme le faisaient si bien les grands hommes assassinés hier.

  35. Je trouve ton texte bouleversant…….. J’en pleure devant mon écran……
    Idem ici….. Je parle beaucoup avec mes enfants et là…. je me suis pris une grosse grosse clause dans la figure, un peu comme toi…..
    Parce qu’on veut les protéger encore un peu, parce que parfois les mots sont trop dur à trouver ou qu’il n’existent tout simplement pas…..
    Finalement, j’ai mis mes deux grands (15 et 11 ans) devant les images qui tournaient en boucle….. Violent mais, petit à petit, ils ont finit pas comprendre, ou du moins entrevoir….
    C’est difficile…; Tellement difficile……
    Je me sens totalement impuissante pour le moment….
    Alors, MERCI MERCI pour ce superbe texte!!!

  36. Bonjour Cilou,
    C’est Yuna, la fille de Fred.J’ai lu attentivement ton article et je me suis dit que c’est exactement ce que j’aimerais pouvoir écrire avec spontanéité. Plus tard,j’aimerais être journaliste et la liberté d’expression est une valeur extrêmement importante chez moi car je ne suis pas muette face à ce qui se passe en ce moment car j’écris en ce moment un article sur la liberté d’expression pour le journal de mon collège.
    La dernière fois qu’on a fait une minute de silence,c’était il y a trois ans et je ne me rendais pas compte, je n’avais que dix ans mais je pense que maintenant, je peux compatir au deuil…
    Alors pour le Charlie Hebdo,pour la liberté d’expression, pour Cabu, Charb et les autres, je dis MERDE aux coupables et que le sang versé affaiblit notre liberté mais ne l’abbat pas.
    Bises à tout le monde
    YUNA

  37. Je suis bien moins loin que toi, mais qu’est-ce que l’Andorre m’a semblé loin de chez moi.
    J’étais si seule hier, que je comprends complètement ce que tu as ressenti. J’aurais voulu être avec n’importe qui qui puisse comprendre mon désarroi…. je n’ai trouvé que des dames avec qui je fais de la dentelle et trouvaient que je n’avais pas perdu mon père quand même… et que quand on voit ce qu’ils ont fait à Zemmour….. Et là, j’ai été encore plus seule. Parce que non, je n’ai pas perdu mon père, mais j’ai perdu un sacré paquet des pères spirituels, en plus de souffrir gravement à ma démocratie.
    Alors tu as bien fait de te révolter, de parler à tes enfants… Moi, je n’ai que des élèves qui se sont trouvés confrontés à une réalité crue (comment certains m’ont décrit l’exécution du policier!!!) et à qui il a fallu expliquer, essayer d’aller au-delà des méchants qui tuent les autres parce qu’ils ne sont pas d’accord. Comment explique-t-on la liberté d’expression indispensable à toute démocratie à des CE, bordel????
    alors disons qu’on fait ce qu’on peut dans ce qu’on doit et que oui, on se doit d’être vigilants; et puis éduquons, puisque tel est notre lot. A nous de contribuer à former des êtres pensants et non des vecteurs de peur….
    Parce que samedi, j’aurai la chance de pouvoir aller manifester en France (promis, je le ferai pour toi aussi) au milieu des miens, des nôtres , je le promets, ce que je porterai une affiche, moi qui suis contre l’ostentatoire, avec « même pas peur ». Et, oui, je veux rester un être pensant et transmettre le plus possible, pour que mes élèves le soient aussi!

  38. Merci pour ce message, mes enfants sont petits (4 et 2) mais j’aurai malheureusement peut être un jour le devoir de leur parler comme ça.

    Ce soir, je pleure avec toi.

    Je suis charlie

  39. Bonjour Cécile
    Je ne suis pas douée avec les mots mais je vous envoie un lien pour lire un beau poème de Maurice Carême qui m’a parlé en ces tristes événements.
    http://www.mauricecareme.be/poemes.php cliquez sur « poèmes » dans la colonne de gauche et cherchez celui intitulé « L’oiseau ».
    Et merci pour tout votre blog plein d’étincelles de tendresse, de malice, d’idées, de curiosités et surtout plein d’amour pour les autres et pour la vie.

  40. je peux comprendre ta douleur comme j’ai compris ma propre douleur quand j’ai vu à la télé les imbéciles illuminés qui ont tiré sur nos charlie, non tu n’es pas une mauvaise mère, juste une maman désemparée qui a du expliquer fissa à ses enfants la cruelle réalité du monde actuel, il y a toujours un moment pour leur ouvrir les yeux, et ce fut hélas ce moment là pour eux, mais tu l’as fait, comme toute bonne maman, tu as ouvert les yeux de tes adolescents pour qu’ils commencent à scruter le monde et se faire leur propres opinions. Tu as fait ce qu’il fallait! De toute façon, il faut se dire une chose, beaucoup d’adultes ont aussi ouvert les yeux hier, et pour beaucoup plus rien ne sera jamais pareil, nous réaliserons à quel point nous avons cette chance de pouvoir tenir un crayon et nus nous rappellerons à chaque instant le courage de ces hommes. Merci de ton témoignage, je crois que depuis hier, beaucoup de bloggueurs, bloggueuses se sentent charlie. Nous sommes tous charlie. Aujourd’hui tout le monde s’est recueilli chez nous en mémoire de ces personnes qui ont payé le prix de leurs idées, nous aussi nous devons continuer de blogguer, de dire nos pensées, car la liberté est un trésor qu’il faut chérir chaque jour.

  41. Cilou,
    Je crois que nous avons tous du mal à trouver les mots pour expliquer à nos enfants cette boule que l’on a dans la gorge et pour mettre des mots sur des choses qui dépassent notre entendement.
    Ici les enfants ont posé beaucoup de questions et on en parle beaucoup. Mais ce n’est pas toujours facile d’expliquer.
    Nous sommes tous Charlie.

    PS: Bravo Yuna, la relève sera assurée 🙂

  42. Bonjour,
    D’habitude, je lis ton blog pour les bidouilles, les récits de voyages – tu m’as fais par exemple revivre avec plaisir mon passage au temple d’Angkor-, tes récits de vie, tes bricolages, je te pique des idées pour ma classe.
    D’habitude, je lis tes articles comme je lirai le journal, je découvre avec plaisir tes nouvelles idées , tes nouvelles créations mais c’est à sens unique, je suis une « consommatrice » de tes articles.
    Mais cet article m’a touché au cœur, j’ai ressenti ta colère qui est aussi la mienne face à l’actualité, mais aussi ton désarroi pour expliquer cela à tes enfants.
    Voici un article qui est en lien avec tes questionnements, j’ai pensé à toi en le lisant, je t’en fait donc part:
    http://famille.blog.lemonde.fr/2015/01/08/jesuischarlie-comment-en-parler-aux-enfants/
    Merci pour cet article, tes lignes ont touché la maman et la maîtresse d’école que je suis.

  43. Quand j’ai lu ton article, je me suis dit  » faut il se fâcher pour mettre nos ados devant la réalité »???? Jusqu’à ce que je me souvienne que j’ai fait exactement la même chose hier soir à 20h ( heure française????) avec ma Maëlle à moi de 13 ans… Je l’ai déscotchée un peu brutalement (en mots) de sa tablette pour la coller au journal de 20h … En colère aussi devant cette violence, cette horreur. Et elle a vu, découvert, ouvert ses yeux d’ado protégée… Dur dur….Mais il le faut parfois effectivement… Pour qu’elle prenne conscience de la valeur de notre liberté. Et qu’elle la défende, du haut de ses doc marten’s. Plein de bises de France. T’inquiète, tu es en France aussi.????

  44. Merci pour ton témoignage. Aujourd’hui, je me suis demandé comment j’allais pouvoir en parler avec les enfants au boulot (je suis animatrice). Finalement, ca c’est fait dans la facilité et simplement, mais ce n’est pas évident de sensibiliser les plus jeunes à la portée d’un tel acte de barbarie… 😛

  45. on parle comme on peut on fait et on dit ce qu’on peut
    y a pas de façon meilleur que
    là c’est l »émotion les tripes qui parlent et de toute façon il faut parler c’est ça le principal
    même loin vous êtes près
    on est tous près je pense du moins je l’espère
    debouts résistants vivants pour eux encore et toujours

  46. voici qq liens pour étayer les questions que tu n’es pas seule à te poser :

    http://famille.blog.lemonde.fr/2015/01/08/jesuischarlie-comment-en-parler-aux-enfants/

    Le petit quotidien fait une édition spéciale pour expliquer l’attentat aux enfants. à trouver sur le net également :
    http://www.sudouest.fr/2015/01/08/charlie-hebdo-attentats-morts-comment-en-parler-a-ses-enfants-1790213-6092.php

    Merci pour tes écrits, ton blog, tes partages.

  47. Bonjour,
    Je viens souvent me distraire sur votre site, prendre des idées. Vos mots retranscrivent souvent mes sentiments, c’est le cas dans cet article.
    En ce moment sur France inter, il y avait une émission sur ce thème.
    Il y a aussi sur le site de Mon quotidien les versions des journaux en téléchargement gratuit, de bons supports pour communiquer avec nos enfants.
    Leur distance n’est parfois que de façade comme une protection.
    Même en cas de deuil dans la famille, ils peuvent avoir cette attitude, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas touchés.
    Ils sont aussi plus centrés sur eux et s’ouvrent progressivement au monde, peut-être que cela arrive trop vite pour eux en fonction de leur âge. Nous voudrions qu’ils comprennent notre indignation, qu’ils la partagent ou que cela éveille quelque chose en eux, qu’ils nous laissent du répit pour nous informer, pour être en état de choc, peut-être que l’on attend trop d’eux et trop de nous.
    Nous même, nous sentons coupables d’avoir oublié l’importance de ces médias, de nous en rendre compte à retardement.
    Laissons nous du temps.
    C’est difficile de ne pas leur transmettre nos propres angoisses en leur expliquant l’actualité à chaud, avec des journalistes qui font leur travail en état de choc, avec moins de filtres que d’habitude. Notre travail est aussi de les protéger.
    Etre parent est vraiment un travail difficile.
    Mais nous allons dialoguer, faire l’expérience de davantage de fraternité, du rassemblement (même si vous êtes loin vous allez le ressentir aussi), voir l’importance de certaines valeurs, les vivre ensemble et nous en seront plus forts.

  48. Je viens souvent voir les bidouilles que tu proposes, je ne laisse pas souvent de commentaires…
    Élever des enfants c’est difficile , on fait tous de notre mieux en faisant des erreurs qui ne s’avèreront pas forcément graves dans l’avenir. Se fâcher de temps en temps ne va pas les traumatiser mais peut-être les aider à prendre conscience de l’importance d’être éduqué pour éviter la barbarie, donner de l’importance aux choses qui en ont vraiment, connaître la valeur de la liberté, savoir résister et être solidaires sans faire d’amalgames rapides et faciles..
    Bon courage, tes enfants ont de la chance de t’avoir pour maman.

    JE SUIS CHARLIE

  49. Je n’ai jamais commenté un seul article, mais je pense qu’aujourd’hui est un bon jour pour commencer….

    Je n’ai pas parlé à ma fille de l’ignominie de mercredi, j’ai attendu qu’elle en parle à l’école, qu’elle revienne et m’en parle, lâcheté ? non… je vais travailler à Paris tous les jours, elle se fait suffisamment de soucis comme ça, pourquoi en rajouter ?
    Aujourd’hui en réunion j’apprends que les deux tueurs de mercredi ont fait des otages dans mon département… où ? et quand en tant qu’adulte censé on se met à imaginer que le pire a pu arriver à ses enfants, alors qu’on sait qu’il y a 60 km entre le lieu où ils étaient la veille au soir et son propre lieu d’habitation on se dit qu’on a bien fait de « minimiser » auprès de son enfant.

    Chacun / chacune réagit comme il le peut, comme il le veut, en fonction de lui, en fonction de ses enfants, il n’y a pas de bonne réaction, de règles pré-établies, chacun tâtonne et fait du mieux qu’il peut.

    Je m’aperçois aussi en lisant que finalement si par un certain côté cela peut être stressant d’être à Paris en ce moment c’est certainement beaucoup plus facile à vivre que de se retrouver à des milliers de kilomètres.

    Courage !

  50. Oui je crois qu’on est toutes dans ce cas, enfin moi oui…. Du mal à leur expliquer…. et puis surtout du mal à leur faire comprendre les notions de liberté de la presse et de liberté de parole….
    Et aussi pour mon grand, parler du terrorisme et surtout du risque (qui commence à arriver depuis mercredi) de stigmatiser les musulmans et de faire l’amalgame. Ca commence un peu parmi ses copains car il y a beaucoup de nationalités dans notre commune… 🙁
    Du mal aussi à savoir comment réagir face à ca, quoi faire, sans agir sous le coup de l’émotion quoi….
    J’imagine que ca ne doit pas etre facile pour toi qui est loin mais je suppose que l’incrédulité, la stupéfaction et la tristesse sont les memes pour les francais de partout….
    bises

  51. Bonjour Cilou, comme beaucoup je lis tes articles depuis plusieurs années sans avoir jamais posté aucun commentaire. Je me réjouis devant ton imagination, je suis toujours si émue lorsque tu écris sur ta famille, je compatis quand les doutes te submergent… Mais jamais je ne me suis sentie assez familière pour m’autoriser à donner mon avis sur tes articles. Un excès de pudeur sans doute.
    Aujourd’hui tu n’es plus une inconnue que j’observe et suis de loin, aujourd’hui tu es ma soeur, tu es celle qui a mis des mots sur ma douleur, celle qui a permis à mes larmes de couler, enfin, moi qui depuis 3 jours n’arrivais même pas à pleurer tant mon coeur était pétrifié de dégoût et d’horreur. Alors ne crois pas que tu es trop loin, tu es là, tout à coté de nous que nous soyons dans la rue brandissant des pancartes ou tout simplement à la maison essayant d’expliquer à nos enfants comment de tels actes sont possibles.
    Mes illusions sur l’humanité en ont pris un sacré coup ces derniers jours mais en lisant ton article et tous les commentaires qu’il suscite, je comprends qu’il n’y a pas de fatalité car j’ai la certitude que nous, mamans, essaierons toujours de construire un monde meilleur pour nos enfants et que tout cet amour sera toujours plus fort que cette violence imbécile.
    Tu seras là, dimanche, dans les rues de France, avec nous tous.

    Nous sommes Charlie

  52. Comme toi j’ai été maladroite… Ne sachant pas trop comment amener la chose…trop dur avec ma petite en CP…moins dure avec ma grande de CM1….mais tellement choquée, les larmes perlant sur mes joues, que je ne pouvais pas rester muette!!! ….et ben j’ai essayé d’être aussi claire que possible….ma grande me pose plus de questions…la petite ne comprend pas trop… »y’a des super méchants qui ont tué des gentilles personnes…et puis maintenant les méchants sont morts donc ils ne feront plus de mal… »
    Bcp trop de sang versé…..
    ASSEZ de ces fanatiques, quel qu’ils soient !!! ASSEZ de ces guerres de religion…car c’est ENCORE et TOUJOURS la même histoire…..
    ASSEZ!!!!
    Une pensée à toutes les familles et proches des victimes.

    CHARLIE est VIVANT!

    Je suis CHARLIE !

  53. Je ne savais pas trop quelle position adopter vis à vis de mes enfants. Ayant 4 filles de l’âge des tiens, j’ai suivi ton exemple; De retour de l’école, il a fallu démêler les informations, resituer le contexte, réajuster les vérités « parce que les copains ont dit que »; « ..et les armes, les Kalaquelquechose, et ben elles sont russes… »
    Marie (4 ans) a fait un dessin avec sa maitresse « Parce que nous sommes trop petits pour nous taire pendant une minute…Nous dessinons pour que jamais personne ne puisse un jour nous interdire de dessiner ». les dessins sont envoyés à chariehebdo
    PS: dans le fond de ma campagne, il n’y a pas de rassemblement où je puisse aller manifester, c’est comme être à l’autre bout du monde. heureusement qu’on a internet!

  54. Merci pour ce bel article Cilou. J’admire ta capacité à mettre en mots la colère que je vis intérieurement depuis plusieurs jours.
    Nos deux petits sont pour l’instant « protégés » de tout ça, notamment car ils ne sont pas scolarisés et ont « échappé » à la minute de silence. Mais cet article est précieux pour réfléchir à la manière dont j’ai envie d’accompagner mes enfants pour qu’ils deviennent citoyens du monde, qu’ils reconnaissent et comprennent leurs chances et sachent défendre les libertés de tous, à leur manière.
    On appelle ça l’éducation populaire, mon mari a baigné dedans depuis tout petit. Moi pas du tout, j’ai commencé à comprendre la différence entre la droite et la gauche après avoir eu le droit de vote je pense…
    Il y a peut-être même des mouvements présents au sein du réseau d’expats de Wuhan ?
    Même de loin, tes partages sur FB et Instagram faisaient qu’on sentait ta présence et ton soutien, jour et nuit… Prends soin de toi Cilou

  55. J’étais ailleurs moi aussi, pas très loin, mais j’ai été assommée et incapable de réagir. Plus envie de rien.
    Regarder les écrans de télé qui parlaient en italien et attendre de me réveiller, ça ne pouvait être qu’un cauchemar…
    Je refais surface, demain j’irai au rassemblement à Paris, je t’emmènerai avec moi.

  56. Je me reconnais dans ton article. Les yeux rivés sur la tv et les sites interets. Les yeux embués en réaction a ces horreurs que je vois, que j’entend… On a fait une belle marche de soutien cet après-midi, mon ado voulait pas venir, parce « qu’il pleut », « qu’est ce que je vais faire là-bas », « on va rester combien de temps ? », « j’peux prendre mon Mp3? »
    J’ai fini par craquer et a lâcher un « c’est pour que tu sois libre demain qu’on va marcher aujourd’hui !!!! » grrrr.
    On a tous râté un truc avec nos gosses, portes par notre Espoir inné. Mais les derniers événements nous apprennent qu’il faut rester les pieds sur terre, la liberté sera toujours attaquée, à nous de rester debout pour la défendre.
    Je sers mes coudes contre les tiens, on tiendra bon !

  57. Ton article m’a bouleversée par ton indignation, ton courage et ton engagement face à cette atrocité et ce manque de respect de l’autre et des valeurs qui sont les nôtres. On pense que c’est acquis et que ce sera toujours là. ..mais il faut rester vigilent et faire prendre conscience à nos enfants de l’importance de ces valeurs.

  58. MERCI pour cet article lumineux et bouleversant. Ce que tu écris résonne en nous et éveille nos consciences.
    Cette atrocité nous dégoûte tous. Nous sommes de nombreux parents à éprouver de la difficulté à trouver les mots justes pour expliquer, apaiser nos petits et bouger nos plus grands. Nous sommes de nombreux citoyens à se rendre compte que ce n’est pas trop tard, mais qu’il est grand temps d’agir ensemble. NO PASARAN.

  59. Cilou, thanks for sharing something so touching, so personal, so deeply moving with us. You have such courage to find the words to express what we feel. Questioning ourselves as mothers, and role models, teachers, and citizens. Our hearts are heavy. We do feel frustration, and hopelessness being so far away here but never for a minute undermine your role, or the difference you are certainly making in the lives of your kids and your neighbors. 🙂 {hugs}

  60. Je suis enseignante en maternelle et j’en ai parlé avec mes élèves…difficilement en essayant de trouver des mots adaptés et compréhensibles,pas pour qu’ils saisissent l’intégralité de ce qui se passe mais bien pour qu’ils comprennent qu’ils s’était passé quelque chose d’important qui rendait beaucoup de monde triste,et surtout que c’est la violence qui a rendu les gens tristes. Des parents nous en ont voulu…car eux n’en avaient pas parlé et voulaient « protéger » leurs enfants de tout ça….Pour moi c’est le fait de leur en parler qui va les protéger,en leur permettant de se construire,de s’ouvrir sur le monde…car même s’il n’est pas toujours rose c’est le nôtre,celui dans lequel on vit et dans lequel on a le droit d’exprimer son avis,même à 4 ans…

  61. Bonjour,
    Pour en parler à mes élèves de CM j’ai d’abord utilisé des dessins qui rendent hommage à Charlie, puis le poème de Paul Éluard « Liberté, j’écris ton nom… » et le « Chant des partisans », version Zebda. Ce sont des textes de résistance et de référence qui devraient être obligatoirement enseignés dans les écoles de la République, avec la Marseillaise. On écoutera lundi les textes écrits cette semaine par JC Bullet, Tryo et Grand Corps Malade. Ce sont des textes simples accessibles aux jeunes ados.
    Courage,-

  62. Bonsoir Cecile,
    voilà un moment que je n’ai pas laissé de commentaires ici…mais comme tes mots me parlent…
    Ici aussi j’ai parlé aux enfants jeudi matin, d’abord chacun à leur tour pendant qu’ils s’habillaient, puis au petit déjeuner, sachant qu’une minute de silence les attendrait à l’école…Pas facile de trouver les mots, surtout pour parler de thèmes pas souvent abordés (c’est quoi une caricature, c’est quoi être satirique, c’est quoi la liberté de la presse, a-t-on le droit de tout dire alors qu’on a pas le droit de se moquer des copains,…), expliquer son émotion et à la sortie de l’école attendre les commentaires.. »Oui, le maitre a dit comme toi », et trouver énervant qu’ils passent à autre chose…
    On va continuer à en parler, car c’est à chacun d’entre nous de se comporter en adulte responsable et agissant, pas en mouton, et à éduquer nos enfants pour qu’ils deviennent des adultes qui réfléchissent…
    Continuons à marcher !

  63. Bonjour,
    je te lis depuis un moment, sans jamais commenté comme beaucoup.
    Mais cette fois-ci je me lance …
    J’ai eu le même questionnement que toi par rapport aux enfants, je n’ai pas eu le courage de mettre mon fils de 11 ans devant les infos, bien que je me rende compte maintenant qu’il n’a pas compris toute la portée de cet attentat…
    Ma fille de 9 ans m’a paru plus comprendre. C’est une petite personne qui m’étonne chaque jour par son raisonnement, son questionnement sur la vie … et sur la mort. Alors la voir là, à faire de son propre chef des pancartes « je suis Charlie », à me demander à aller assister à un rassemblement parce qu’il fallait qu’elle transforme ça en quelque chose de concret pour elle, ça m’a fendu de le coeur. On dit souvent en rigolant qu’elle finira arrêter dans une manif’ ou à poil pour une cause ! mais que la 1ère cause pour laquelle elle est choisie de se battre soit la liberté d’expression ça me met une belle boule d’angoisse dans la gorge.
    Moi aussi je n’ai pas pensé à leur expliquer ce qu’était la liberté d’expression et pourtant j’avais déjà pouffé devant les unes de Charlie Hebdo, et je me rends compte aujourd’hui que ce concept que je croyais acquis sera sûrement remis en cause d’ici à ce que mes enfants grandissent …
    J’ai pensé à vous, expatriés, je comprends par tes mots à quel point ça doit être difficile.
    Nous restent plus qu’à continuer à éduquer nos enfants dans ce sens en espérant en faire de belles grandes personnes, avec toutes les armes dans leur main et dans leur tête pour faire librement et en toute connaissance de cause leur choix !

  64. Un texte plein d’émotion c’est certain mais…
    Faut-il mettre nos enfants devant ces images terribles pour qu’ils comprennent comment tourne parfois notre monde ?
    Les obligeons-nous à regarder les enfants qui meurent de faim à l’autre bout du monde pendant que nous jettons les restes de la veille ? Les obligeons-nous à croiser le regard du monsieur qui fait la manche en bas de chez nous pendant que nous venons d’acheter la dernière tablette alors qu’il y a déjà 1 ordinateur à la maison ? Les obligeons-nous à assister aux tests sur les animaux pour que le gel douche préféré soit sur les rayons du supermarché ? Et les forêts qu’on défriche ? Et les conditions de travail de l’autre côté de la planète pour encore remplir notre maison de « beaux » objets qui cachent toute cette misère ????
    Non.
    Ce n’est pas en montrant la violence qu’on fera changer les choses, mais en élevant nos enfants dans le respect de tout être vivant, dans l’amour inconditionnel, dans la joie de vivre, dans la douceur d’une étreinte…
    Ceux qui commettent des actes odieux ont manqué de tout ça.
    Je ne suis pas un modèle mais ici pas de télé. Nous consommons de manière responsable, sous le sapin chaque noël pas de cadeau fabriqué en chine dans des conditions pitoyables. Mes enfants sont petits mais comprennent qu’il y a des choses que nous pouvons faire à notre échelle, si tout le monde en prenait conscience il n’y aurait pas besoin de grande révolution pour changer ce monde.
    La révolution c’est au quotidien, se dire que nous avons aussi un pouvoir et un devoir en tant que consommateur et surtout une responsabilité.
    Ce n’est pas contre toi Cécile mais de manière générale je trouve que l’indignation devrait être générale et pas uniquement devant cet événement certes tragique mais pas isolé.
    Laissons nos enfants profiter de leur enfance, à nous de les responsabiliser petit à petit. N’en faisons pas des petits soldats mais des adultes biens dans leurs baskets et en harmonie avec la conscience du monde.

  65. Bonsoir Ciloubidouille,

    Avec retard, toujours, je te lis, comme on ouvre un bon livre qui fait chaud au coeur. Moi ton texte m’a émue aux larmes, ce soir, 3 semaines après cette tuerie abominable.
    J’ai aussi parlé avec mes 4 enfants avant qu’ils n’aillent à l’école. .. Mon dernier à 6 ans. J’ai discuté avec mon mari le matin dans la salle de bain pour savoir ce qu’on voulait lui en dire. Personnellement, si la journée n’avait pas été déclarée deuil national, je ne lui en aurait pas parlé. Mais parlé avec ses 3 grandes soeurs, 11, 17 et 17 ans, oui.
    Mais lui, caricature, satire, djihad et islam… j’avais pas les mots pour expliquer simplement! Alors j’ai été à l’essentiel: et je lui ai dit que des fous avaient tué des dessinateurs parce qu’ils n’aimaient pas leurs dessins! Et qu’ils voulaient qu’on ne dessine pas ce qu’ils ne voulaient pas voir dessiné! Il a trouvé ça étonnant et est parti à l’école.
    Le soir je l’interroge et il m’explique que je me suis trompée: ils ont tué des gens, avec des crayons! Voulant dire  » à coups de crayons »!
    Je lui ai donc ré expliqué. . Mais je voyais qu’il n’était pas réceptif et préférait retourner jouer avec sa soeur… Lendance

  66. (Suite) L’enfance est aussi un refuge oû le réel se mêle à l’imaginaire. .Et je pense que dans leur imagination les enfants portent des gentils et des méchants, tous caricaturaux. La conscience de l’horreur vient à mon avis avec la raison. Quant à leur montrer, de mon point de vue ce n’est pas souhaitable avant que les mots soient compréhensibles pour eux.
    Rassure toi, tu n’es pas seule, et tu es bien utile. Tu fédéres une communauté de mamans aimantes, qui doutent et qui cherchent comment guider leurs chérubins dans la jungle de la vie…. Et tu apportés de la lumière, de la joie, de l’émotion et de l’espoir quand je constate que malgré des attitudes différents nous cherchons la même chose,

    Merci Ciloubidouille de parler pour nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *