Faire des rouleaux de pâte de fraise - Ciloubidouille

Faire des rouleaux de pâte de fraise

Je ne sais pas comment appeler cette recette en fait. Pâte de fruit ? Roll-up de fraises ? Roulé aux fraises ? Rouleau de fraises ? Surtout que cette forme ne nous est pas familière en France, alors qu’aux USA ou en GB par exemple, on trouve souvent ces confiseries dans le rayon bonbon. En France, on est plutôt pâte de fruits en cube. Sauf que perso, j’ai longtemps détesté ça. Les pâtes de fruits, c’était le truc hyper sucré que tu trouvais dans les pique-niques de la cantine ou dans les goûters des colos. Ou pire, dans les papillotes de Noël (=arnaque) ! Ma grand-mère paternelle en faisait de pas mauvaises, soyons juste, mais en tellement grande quantité que tu étais vite écœurée. T’en mangeais une mais pas dix… Je n’aimais pas trop le côté gélatineux au goût de fruit assez lointain. Depuis, j’ai évolué. [Ou plutôt, j’ai goûté celles de Pierre Hermé ^^] ! Je cherche aussi à manger un peu plus sainement. Alors j’ai fait la paix avec les pâtes de fruits et je craque encore plus pour celles où on ne trouve rien d’autre que de la purée du fruit. D’où la recette du jour. Vous allez voir, c’est facile à faire et c’est très goûteux.

Avant tout, une petite pause. J’entends d’ici les Ayatollah des fruits de saison… Kouaaa, des fraises en février… Hérésie… Non sens… Konluikoupelatèt…

On se calme et on respire par le nez. Je ne saurais vous expliquer pourquoi à Wuhan, donc en Chine, là où je vis, on ne trouve des fraises qu’en hiver. C’est un truc de fou. Je pourrais vous pipeauter en vous disant qu’ici, c’est déjà le printemps… Après tout, il a fait 12° aujourd’hui, mais mon honnêteté légendaire (au moins…) me contraint à préciser que la semaine dernière, il neigeait… On est en février et parfois on se pèle carrément, parfois on ne sait plus s’il faut prendre le manteau. Officiellement, en tout cas, c’est l’hiver. Toutefois, ce qu’on appelle le nouvel an chinois et qui commence la semaine prochaine, “Chun Jie” pour les bilingues mandarins, se traduit par… “la fête du printemps”. Bref, techniquement, je ne pense pas qu’on soit dans une période normale pour que les fraises poussent MAIS en avril/mai, ce sera impossible d’en trouver. Les chinois n’en vendront plus.
Du coup, j’applique la fameuse maxime : A Rome, fais comme les romains. Et je mange des fraises !

Passons à la recette. Niveau ingrédient, c’est simple, il faut juste des fraises. Perso, j’en avais pris 3 livres mais vous faites avec la quantité dont vous disposez. D’ailleurs, si vous n’aimez pas les fraises, vous pouvez changer de fruits, la recette reste invariable.

Vous mixez tous les fruits. Moi je m’arrête là mais si vous pensez que ça manque de sucre, rajoutez-en autant qu’il vous en plait. Vous pouvez aussi rajouter le jus d’un demi-citron.

Ensuite, zhou à la casserole pour faire évaporer un max d’eau. 15/20 minutes à remuer, à feu moyen, environ. Normalement la pâte doit être collante. Je n’ai pas eu le temps d’atteindre cette texture-là, mais c’est mieux si vous avez ce créneau.

Une fois que l’étape accélération de l’évaporation est finie, vous faites couler le coulis sur votre lèche-frite, en ayant au préalable déposé une feuille de papier sulfurisé ou une plaque de silicone. Ensuite, il ne reste plus qu’à enfourner. Et c’est là qu’il faut s’armer de patience. La pâte doit se dessécher lentement, dans un four à 80°C. Ca peut prendre 3 heures, comme ça eut en prendre 6 ! Ca va dépendre de la quantité d’eau qu’il reste à faire évaporer (et donc dépendre du temps que vous avez pris pendant l’étape casserole et aussi dépendre du type de fruit que vous travaillez).

Vous saurez quand c’est prêt quand la pâte se décolle d’elle-même, formant une fine couche de fruit séché.

Vous pouvez ensuite la déposer sur une feuille de papier sulfurisé, si comme moi vous avez opté pour la plaque silicone. Cette étape n’est pas obligatoire, on peut choisir de rouler sa pâte sans feuille intermédiaire.

Moi j’ai commencé sous cette forme, en découpant de larges bandes que j’ai enroulées comme des escargots ensuite.

De cette façon. C’est hyper simple.

Et voilà c’est fini ! Vous avez un concentré de fraises à disposition. C’est ludique à grignoter, c’est facile à transporter et c’est super bon !

Vous pouvez donc aussi opter pour le roulé naturel, sans papier. C’est celui que j’ai favorisé à la fin. Je rangeais mes rouleaux dans un bocal en verre pour les conserver.

Voilà une idée d’encas à emporter au boulot, à proposer pour accompagner un thé, à offrir en cadeau gourmand… C’est long à obtenir, mais c’est gustativement gratifiant !

Ca vous tente ?


Au fait… pour ceux qui y croient, bons préparatifs de St Valentin :).

53 Commentaires

Commenter