Fabriquer de la moutarde maison - Ciloubidouille

Fabriquer de la moutarde maison

Sous le sapin, à Noël, MaëllePrincesse a trouvé ce coffret “Je fabrique moi-même ma moutarde“. Force est de constater que le Père Noël fait ses courses chez Fleux. Et qu’il connait bien ma fille, parce qu’elle était ravie et impatiente de se lancer. Cette grande asperge adore les aliments acides ou piquants comme les cornichons et c’est elle la préposée aux sauces de salade, parce qu’elle les réalise super bien.
Faire sa moutarde, c’était un vrai cadeau pour elle.

Que trouve-t-on dans ce kit pour fabriquer de la moutarde ?
Un petit livret qui explique la marche à suivre, des épices, de la moutarde en grain et deux bocaux.

Voici la liste des ingrédients au total pour la recette de la moutarde maison :

  • 30 gr de graines de moutarde
  • 1 cuillère à café de curcuma
  • 30 gr de verjus (ou de vinaigre de cidre, de miel…) –> environ 3 à 4cuillères à soupe.
  • 30 gr d’eau froide
  • 20 gr d’huile de tournesol (bio de préférence)
  • 20 gr de farine blanche (bio, etc…)
  • 10 gr de miel (ou de sirop d’érable)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de poivre

Niveau matériel, il faut un mixeur et un mortier.

 

Je suis allée regarder Wikipédia avant de commencer cet article, et j’ai appris que dans la catégorie des épices et condiments, la moutarde est le troisième produit le plus consommé dans le monde après le sel et le poivre !

Les graines de moutarde du kit ressemblent à de petites billes noires mais on en trouve dans le commerce d’autres couleurs. On les met dans un mortier pour les écrabouiller. C’est assez plaisant d’ailleurs. Le même genre de plaisir qu’on a à éclater les papiers bulles. Ça explose sous l’action du pilon…

Quand les graines de moutarde se craquent, elles libèrent leur farine intérieure, qui est jaune. Ca n’a pas d’odeur très prononcée, alors que je m’imaginais que c’est à cette étape que ça allait piquer le nez.

Plus on concasse, plus on obtient une moutarde qui sera lisse. MaëllePrincesse voulait une moutarde à l’ancienne, donc elle n’a pas cherché à trop écrabouiller les graines.

Voilà la cuisinière, heureuse de se lancer cette aventure :). A cette étape, on doit mélanger les graines broyées avec du verjus et de l’eau.
Nous, le verjus on n’en avait pas, alors on l’a remplacé par du vinaigre (le verjus est le jus acide extrait des raisins n’ayant pas mûris). On doit pouvoir aussi utiliser du jus de citron à la place. C’est à ce moment qu’il aurait fallu rajouter aussi de l’eau, mais comme c’est MaëllePrincesse qui pilotait la recette (hop je balance), elle n’a pas lu jusqu’au bout et on a zappé cette étape…

L’idée, c’est d’imbiber les graines pendant une nuit, en laissant à l’air libre et sans couvrir.

Ça commence un peu à piquer. Je suis allée regarder sur Internet le pourquoi du comment de cette histoire de moutarde qui pique.

Dans les graines de moutard, il y aurait des molécules (sinigrine et myrosine pour ne pas les nommer) qui sous l’effet du broyage et du mélange avec l’eau créeraient une réaction chimique. Ce serait cette molécule aromatique ainsi fabriquée qui donnerait le goût au célèbre condiment dijonais. Sauf que la molécule est également volatile et quand elle stimule le nerf trijumeau (fallait l’inventer ce mot), notre gorge et notre nez ressentent une sensation désagréable. La fameuse moutarde qui monte au nez.

Photos des graines après une nuit passée dans le vinaigre.

Il est temps de passer à la partie recette. On commence par rajouter la cuillère de miel.

Viennent ensuite les 3 cuillères à soupe d’huile.

Deux cuillère à soupe de farine. Personnellement, jamais je n’aurais songé qu’il y avait de la farine dans la moutarde !

Et enfin, le curcuma, le sel et le poivre. Le curcuma, c’est essentiellement pour la couleur.

On touille et hop ! (Nous on a rajouté l’eau à cette étape ^^ Ahem…).

C’est le moment, de trancher. Ceux qui veulent une moutarde lisse, il faut passer la préparation au mixeur. Ceux qui préfèrent une moutarde à l’ancienne laissent le mélange comme il est.

Et hop, dans le bocal du kit.

Il faut abandonner le pot dans le frigo pendant 48h, sans refermer le bocal. Plus on le laisse reposer dans le frigo (avec le couvercle ensuite), plus on diminue la sensation de piquant.

Et voilà, c’est fini. Place à la dégustation !
Notre avis ? C’est clairement une moutarde ! Elle pique bien le nez, et a le goût qu’on lui connait. C’est pas celui du commerce, mais dans une dégustation à l’aveugle, tout le monde identifierait qu’il s’agit de moutarde ! L’avantage de cette méthode, c’est qu’on peut la composer selon son goût, mettre plus de miel, changer le parfum du vinaigre, de l’huile, etc… Chacun fait sa recette !

Bref, MaëllePrincesse est ravie, nous aussi. Et on va tenter d’autres versions avec les graines qui restent dans le kit.

J’ai donc acheté mon kit chez Fleux mais je viens de le trouver moins cher chez Nature et Découverte (14€90 au lieu de 19€90…). Voilà, voilà…

Bon WE à vous tous :).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

25 Commentaires

Commenter