Ciloubidouille

Plus j’essaye d’avoir un comportement intelligent dans mes courses, plus je me pose des questions. J’ai réglé les sacs en plastique avec ces sacs en coton. Mais je me demande toujours si les produits que je choisis sont malins. Avocats, bananes... dois-je apprendre à m’en passer définitivement, parce qu’ils viennent de trop loin ? (Adios le chocolat aussi). Je trouve des pommes toute l’année mais je suppose qu’il doit y avoir une saison. Quelles conséquences ça a de manger des pommes en avril ? Pareil pour les oignons, les pommes de terre ? Je n’ai pas acheté de fraises parce que les fraises françaises sont bien trop chères. J’aurais pu en prendre d’Espagne, parce qu’après tout, donner des sous aux espagnols, ce n’est pas horrible. J’ai pris des melons parce que çame faisait envie et parce que j’ai lu partout que les fraises étaient en avance. Alors les melons aussi ? Mais c’est sûrement débile. Bref, je me sens plus souvent gourde qu’efficace dans ma façon de consommer. Surtout qu’on lit tout et son contraire. Par exemple, le cas de la brosse à dent écologique. J’ai pris le parti de passer aux brosses à dents en bambou. Je vous passe les réactions reloues des membres de ma famille, qui trouvent ça crade. Le vrai souci de mes brosses, c’est leur bilan carbonne puisqu’elles viennent de Chine. Il faudrait que j’investisse dans des brosses à dent en bambou français mais clairement ce n’est pas le mm coût pour ma famille de 6. @julie_pancakes m’a dit en plus que le bambou mettait bcp de temps à se dégrader. Bon. Il reste les brosses à dent en plastique recyclable. Mais là encore je lis que ce plastique ne se recycle qu’une fois... et il vient aussi de loin parfois... Rebref, je ne sais pas quoi faire. Etre un citoyen qui veut changer son mode de consommation, c’est se poser es questions, faire des choix, et parfois les mauvais. C’est se demander sur quel impact on veut agir, maintenant ou pour plus tard. Et moi, souvent, je ne sais pas. Je me suis même idiote de ne pas savoir, preuve manifeste que le bon sens paysan ne passe pas par moi. Le changement c’est maintenant, mais c’est comment ? #zerodechet #mieuxconsommer

Plus j’essaye d’avoir un comportement intelligent dans mes courses, plus je me pose des questions. J’ai réglé les sacs en plastique avec ces sacs en coton. Mais je me demande toujours si les produits que je choisis sont malins. Avocats, bananes… dois-je apprendre à m’en passer définitivement, parce qu’ils viennent de trop loin ? (Adios le chocolat aussi). Je trouve des pommes toute l’année mais je suppose qu’il doit y avoir une saison. Quelles conséquences ça a de manger des pommes en avril ? Pareil pour les oignons, les pommes de terre ? Je n’ai pas acheté de fraises parce que les fraises françaises sont bien trop chères. J’aurais pu en prendre d’Espagne, parce qu’après tout, donner des sous aux espagnols, ce n’est pas horrible. J’ai pris des melons parce que çame faisait envie et parce que j’ai lu partout que les fraises étaient en avance. Alors les melons aussi ? Mais c’est sûrement débile. Bref, je me sens plus souvent gourde qu’efficace dans ma façon de consommer. Surtout qu’on lit tout et son contraire. Par exemple, le cas de la brosse à dent écologique. J’ai pris le parti de passer aux brosses à dents en bambou. Je vous passe les réactions reloues des membres de ma famille, qui trouvent ça crade. Le vrai souci de mes brosses, c’est leur bilan carbonne puisqu’elles viennent de Chine. Il faudrait que j’investisse dans des brosses à dent en bambou français mais clairement ce n’est pas le mm coût pour ma famille de 6. @julie_pancakes m’a dit en plus que le bambou mettait bcp de temps à se dégrader. Bon. Il reste les brosses à dent en plastique recyclable. Mais là encore je lis que ce plastique ne se recycle qu’une fois… et il vient aussi de loin parfois… Rebref, je ne sais pas quoi faire. Etre un citoyen qui veut changer son mode de consommation, c’est se poser es questions, faire des choix, et parfois les mauvais. C’est se demander sur quel impact on veut agir, maintenant ou pour plus tard. Et moi, souvent, je ne sais pas. Je me suis même idiote de ne pas savoir, preuve manifeste que le bon sens paysan ne passe pas par moi. Le changement c’est maintenant, mais c’est comment ? #zerodechet #mieuxconsommer

3 réactions au sujet de « Plus j’essaye d’avoir un comportement intelligent dans mes courses, plus je me pose des questions. J’ai réglé les sacs en plastique avec ces sacs en coton. Mais je me demande toujours si les produits que je choisis sont malins. Avocats, bananes… dois-je apprendre à m’en passer définitivement, parce qu’ils viennent de trop loin ? (Adios le chocolat aussi). Je trouve des pommes toute l’année mais je suppose qu’il doit y avoir une saison. Quelles conséquences ça a de manger des pommes en avril ? Pareil pour les oignons, les pommes de terre ? Je n’ai pas acheté de fraises parce que les fraises françaises sont bien trop chères. J’aurais pu en prendre d’Espagne, parce qu’après tout, donner des sous aux espagnols, ce n’est pas horrible. J’ai pris des melons parce que çame faisait envie et parce que j’ai lu partout que les fraises étaient en avance. Alors les melons aussi ? Mais c’est sûrement débile. Bref, je me sens plus souvent gourde qu’efficace dans ma façon de consommer. Surtout qu’on lit tout et son contraire. Par exemple, le cas de la brosse à dent écologique. J’ai pris le parti de passer aux brosses à dents en bambou. Je vous passe les réactions reloues des membres de ma famille, qui trouvent ça crade. Le vrai souci de mes brosses, c’est leur bilan carbonne puisqu’elles viennent de Chine. Il faudrait que j’investisse dans des brosses à dent en bambou français mais clairement ce n’est pas le mm coût pour ma famille de 6. @julie_pancakes m’a dit en plus que le bambou mettait bcp de temps à se dégrader. Bon. Il reste les brosses à dent en plastique recyclable. Mais là encore je lis que ce plastique ne se recycle qu’une fois… et il vient aussi de loin parfois… Rebref, je ne sais pas quoi faire. Etre un citoyen qui veut changer son mode de consommation, c’est se poser es questions, faire des choix, et parfois les mauvais. C’est se demander sur quel impact on veut agir, maintenant ou pour plus tard. Et moi, souvent, je ne sais pas. Je me suis même idiote de ne pas savoir, preuve manifeste que le bon sens paysan ne passe pas par moi. Le changement c’est maintenant, mais c’est comment ? #zerodechet #mieuxconsommer »

  1. Hello ! Pour les brosse à dent, je recommande le site bioseptyl ! Made in France, possibilité de leur renvoyer les brosses à dents usagées pour qu’ils les recyclent, et, surtout, possibilité d’acheter une brosse à tête changeable. Il y a un modèle en bois de toute beauté, et toutes sortes de poils (doux, dur…)
    Perso je suis abonnée et j’en reçois une tous les 3 mois, ce qui est pile poil le temps que met ma brosse à s’user. (Mon mari n’a pas besoin de changer aussi souvent… Mystère !)
    En tout cas c’est très positif de se poser toutes ces questions, peu importe si on met un peu de temps à trouver la bonne réponse… Bonne continuation !

  2. J’en suis aussi à la phase de réflexion et petits changements, un pas à la fois surtout, c’est plus facile !
    La brosse à dents, c’est quand même très peu de plastique et on ne la change pas toutes les semaines… et j’ai pas mal de soucis dentaires, donc je conserve ma brosse électrique, mon dentifrice spécial sensibilité en alternance avec le anti-caries, pas question de souffrir atrocement au froid et au chaud ou de devoir aller me faire soigner des caries tous les 3 mois par conviction écologique ! En revanche, le shampooing solide et le savon sont un réel progrès en terme de diminution du plastique ! Et en plus, mes cheveux sont en meilleure santé.
    Pour les fruits et légumes, nous les achetons en grande majorité directement au producteur, à qui nous donnons un coup de main de temps à autre pour planter, désherber ou récolter. Restent les avocats, les agrumes et les bananes. Mais j’avoue que cette période est un peu problématique pour les fruits : plus de pommes ni poires et pas encore de melons ou de pêches, c’est difficile ! Mais passée une période de 18 mois-un an où j’achetais encore pas mal de « hors saison », j’ai assez vite adapté mes menus à ce que je trouvais dans mon panier hebdomadaire (bon, il reste le congélateur, je sais, c’est mal !)
    L’effort de cette année porte sur les vêtements, mes filles ont décidé d’acheter d’occasion et les premières expériences ont été… mitigées (par faute de vendeuses malhonnêtes ou de transporteurs incompétents), donc l’occasion oui, mais en dépôt-vente uniquement. Occasion aussi, autant que possible, pour les livres.
    Et prochaine étape : éviter le jetable, dans tous les domaines. C’est fait pour les bouteilles d’eau, presque gagné pour l’essuie-tout (un torchon propre suffit), en cours pour le coton, en projet pour l’hygiène féminine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *