Recette de tarte à la carotte et pensées de mère de famille

Tarte à la carotte de MaëllePrincesse : recette et pensées

Cette tarte à la carotte a été l’occasion pour moi de réfléchir à un truc. Je vous partage le fruit de mes pensées.

J’aime cuisiner. Si on devait répartir définitivement (et équitablement) les tâches du quotidien, je me battrais pour avoir celle des repas. J’ai un vrai plaisir à expérimenter, à faire du joli, du bon, du sain, du réconfortant, du lien social… oui, cette activité revient trop souvent mais quand même, je prends. Ca fait maintenant 21 ans que je suis mariée et mère de famille, je ne vais pas me faire peur en comptant les repas à ma charge ^^ !

Pourtant, ce regard dans le rétroviseur ne me pèse pas. J’ai pesté souvent, je me suis organisée très tôt pour que TOUS les membres de cette famille sachent cuisiner et s’y collent dès que c’est leur tour. Je ne suis pas du tout la mater dolorosa qui subit. Et dans les faits, en comparaison à la gestion globale des autres familles, j’ai l’intuition de faire partie des mamans pour qui la charge mentale est la mieux répartie.

Ça ne veut pas dire qu’elle est BIEN répartie, parfaitement juste, etc. Non. Je pense simplement être une femme borgne pas si mal lotie dans un royaume d’aveugles masculins ^^ ! Mon combat est toujours d’actualité, je vais au front tous les jours avec ma famille. Mais quand même, j’ai l’impression qu’ailleurs, c’est pire malheureusement. Ici, dans un schéma assez classique, c’est ma fille aînée qui reprend le flambeau le plus volontiers. Elle se débrouille très bien d’ailleurs. Ce midi c’est tarte à la carotte. Ce soir, elle a prévu du bœuf à l’effiloché.

tarte à la carotte

Parfois ça me gonfle de voir qu’avec toute mon énergie sur le sujet, la gestion du repas reste dans des bras féminins. Mais je crois que si je change de lunettes, et que je regarde tout par le prisme de la joie et de l’envie, c’est chouette que les personnes qui aiment les choses fassent ces choses.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le combat de la répartition de tâches est une lutte PRIMORDIALE dans notre quotidien, afin que les générations futures soient plus HUMAINES. Qu’on aime cuisiner ou non. Simplement, je m’écoute en chemin. Va pour la cuisine, si les autres se chargent aussi des autres tâches qui ne se font pas toutes seules :).

Bref. Voilà les pensées engendrées par cette tarte à la carotte. Chez vous, ça se passe comment ? Sans broder hein 😉

Recette de la tarte aux carottes

Je ne la connais pas ^^ ! C’est celle de MaëllePrincesse. Je crois qu’elle a simplement fait une sorte de quiche dans laquelle elle a rajouté des rouleaux de carottes.

Mais c’était très bon. Pâte brisée maison, ça change tout !

recette tarte à la carotte facile

4 Commentaires

  • elle est superbe cette tarte bravo Maëlle (et oui évidemment pâte brisée)
    sinon idem passion
    mais même réflexion
    et je peux t’ assurer que pour l’éducation de mes petits bouts de 2/ 3 ans à l’école je ne faisais pas de différence fille garçon
    au contraire l’éveil la création est la même

    après ….

  • Miam miam ! Bravo Maëlle pour cette belle tarte, c’est joli comme tout.
    Chez moi, la cuisine c’est exclusivement féminin, c’est-à-dire moi, car ce n’est pas du tout le truc de mes fils… Dommage !

  • a la maison c’est pratiquement toujours moi qui cuisine mais c’est plus par ce que j’ai du mal à laisser ma place. J’ aime cuisiner et surtout choisir ce que l’on mange 🙂 même si parfois c est un peu lourd . J’ai 3 filles qui aident sans trop râler et le papa commence à s’y mettre aussi .

    • Jolie tarte qui me donne envie de tester 🤗
      Et pour répondre à ta question, ici ça se passe très bien, c’est l’un, l’autre, les deux, ça dépend, le tout de façon plutôt spontanée
      Par contre 2 gestions bien différentes, sans stress pour lui, souvent au dernier moment le choix du menu tout ça, alors que j’aime anticiper, savoir à l’avance ce que je vais faire…
      Voili voilou
      Bonne soirée

Commenter