Quel est votre chemin de désir, votre chemin de vie naturel ?

Un chemin ne se décrète pas, il se sécrète

Je suis une formation en Permaculture humaine en ce moment et dans celle-ci que j’ai entendu cette phrase puissante : “Un chemin ne se décrète pas, il se sécrète“. C’est rigolo parce que je l’ai notée immédiatement. J’ai mis le cours sur pause, je suis retournée en arrière pour être sûre que je notais la bonne chose. Bref, vous l’avez compris, cette phrase a résonné en moi et je l’ai associée au chemin de désir.

Pourtant, je ne l’ai pas gobée aveuglément. Au contraire, je l’ai retournée dans tous les sens pour être certaine qu’elle raconte bien ce que je projetait d’elle. <vous savez, parfois on s’emballe pour de jolis mots mais en creusant, on les trouve vides.

L’origine de la maxime : Un chemin ne se décrète pas, il se sécrète

Avant d’étayer ma réflexion, je vous parle de sa source. La personne qui évoquait cette maxime l’a extraite et adaptée d’un poème de Antonio Machado, intitulé Caminante, no hay camino. Si je le traduis littéralement, je crois que ça donne quelque chose comme : “Voyageur, il n’y a pas de chemin“.

Antonio est un poète espagnol, né à Séville en 1875, qui a fuit Franco et qui est mort en France, à Collioures en 1939. Symbole de l’exil républicain, il est souvent comparé à des poètes français comme Paul Fort.

Voici le poème en question et sa traduction

Antonio Machado, Caminante, no hay camino

Caminante, no hay camino,           Marcheur, il n’y a pas de chemin
Todo pasa y todo queda,               Tout passe et tout reste
Pero lo nuestro es pasar                Mais il nous revient de passer
Pasar haciendo caminos                Passer en faisant des chemins
Caminos sobre el mar ( …)            Des chemins sur la mer ( …)

Caminante, son tus huellas,         Marcheur, ce sont tes traces,
El camino y nada más ;                  Le chemin et rien de plus ;
Caminante, no hay camino,         Voyageur, il n’y a pas de chemin,
Se hace camino al andar.             Le chemin se fait en marchant.

Al handar se hace camino             En marchant le chemin se fait
Y al volver la vista atrás                 Et quand on se retourne
Se ve la senda que nunca              On voit le sentier que jamais
Se ha de volver a pisar ( …)          nous n’aurons plus à fouler ( …)

C’est joli non ? Ça me donne envie de l’apprendre, même phonétiquement, comme un mantra dans une méditation.

Un chemin ne se décrète pas, il se sécrète

Chemin de désir, chemin de vie…

Chacun est libre de son interprétation mais je vais vous expliquer la mienne.

Vous connaissez déjà mon amour pour le chemin. Que ce soit pour ma vie créative, ma vie intentionnelle, ma vie tout court, je vise la joie de faire et non la joie d’accomplir. Peu importe le résultat, si je me suis amusée en chemin.

Je n’ai pas réussi ce gâteau ? Oui mais quelle rigolade ! Ma création est ratée ? Oui mais j’ai beaucoup appris. Je me suis mal comportée ? Oui mais je suis maintenant une humaine qui se connait mieux.

Alors, quand le poète dit qu’il n’y a pas de chemin, je lève les sourcils. Pour moi, il n’y a que cela, des chemins.

Sauf que ce n’est pas ce qu’il dit. Selon moi, c’est plutôt : “il n’y a pas de chemin tout tracé, sur lequel il faut absolument que tu poses tes pieds”.

Il n’y a pas un chemin de vie identifié. Il y a celui que tu traces, en vivant. Et c’est seulement en te retournant que tu peux l’apercevoir. Devant, il y a tes possibles. Derrière, il y a tes choix passés.

J’adore cette idée (qui selon mes croyances est une vérité ^^) ! ici, point de Destin, de destinée. Que des potentiels dont tu es le héros. Attention, je n’aime pas trop la pensée que “quand tu veux, tu peux“. Je l’avais expliqué dans cet article qui disait que “Tout ce que tu veux est de l’autre côté de la peur“.

En revanche, je ne jure que par les intentions. Parce qu’une intention, c’est une réflexion sur ce qu’on veut faire de son temps sur Terre. C’est l’inverse du pilotage automatique. C’est l’incarnation pensée de soi-même.

A force de réfléchir à qui on veut être et à s’en donner les moyens, on avance et on sécrète son chemin.

En architecture, on parle de chemin de désir (ou de ligne de désir). Vous savez, dans les villes, il y a des allées bétonnées pour que tu te rendes d’un point à un autre. Et puis, il y a les allées tracées par les usagés, qui vont au plus court ou au plus naturel, le fameux chemin de désir. Un bon architecte est capable de les appréhender pour proposer les parcours les plus adaptés.

A nous de faire de même, de sécréter un chemin qui nous sera naturel. Nous sommes responsables de cette intention, c’est même notre liberté et notre puissance. Et quand on foule un lieu où on se sent à notre place, quelle joie incommensurable !

chemin de désir

13 Commentaires

  • Quel plaisir à chaque fois, de trouver au réveil un mail annonçant un nouvel article de toi 🤩.
    J’ai 10m2 de terrain et peu d’option pour cultiver, perma ou pas mais tes mots font rêver 🙂

  • je n’ai rien à ajouter car je suis totalement sur la même longueur d’ondes que ce que tu viens d’écrire (non je” copie” pas !!d’ailleurs ça m’énerce ce truc “copier ” on partage on s’entraide non? c’est quoi cette désignation culpabilisante! )
    juste j’aurai pu l’écrire

    merci et ce poème que je ne connaissais pas je vais ‘l envoyer à une amie qui construit justement son chemin
    merci

  • Merci pour le partage de ta reflexion philosophique.

    J aime bcp l idée d 1 chemin qui se fait en marchant et quand on se retrourne, on voit cr que l on n aura plus a parcourir.

  • Bonjour Cécile
    Tes mots résonnent en moi comme souvent.
    Ce matin je me suis promenée en forêt et je suis sortie du chemin tout tracé pour m aventurer dans la nature sauvage. J ai avancé, j ai contourné des obstacles, je suis passée au dessus, j ai fait une pause allongée sur un arbre au sol. J ai été attirée par un endroit, puis un autre. J ai zigzagué.
    Je me suis écoutée et j ai tracé mon propre chemin.
    Et c est exactement pareil dans ma vie en ce moment!💗🙏🌳

  • “Là où il y une volonté, il y a un chemin ”
    C’est une phrase que disait souvent quelqu’un que j’aimais beaucoup et qui nous a quitté…

  • Le chemin que l’on s’invente est sûrement plus beau et plus créatif (même si parfois il est plus difficile à arpenter) que le chemin que tout le monde prend.
    Merci pour cette jolie réflexion et le joli poème que je recopie de ce pas dans mon journal

  • Tellement en phase avec cela …. la vie est un chemin, ou un cours d’eau …j’aime bien cette image aussi. Ce n’est pas un long fleuve tranquille mais c’est tous ces détails, détours font que chaque vie est UNIQUE
    Merci encore pour ton partage et qui me remets souvent dans le droit chemin et revient à mes essentiels et mon mot de l’année SIMPLICITE
    Belle journée plein de soleil

Commenter