Votre voiture est un four ? Alors cuisinez dedans !

Tomates séchées au four… de votre voiture !

Ma voiture est un four comme les autres. C’est d’ailleurs l’expression consacrée quand vous vous installez dedans et que vous êtes à la limite de la suffocation… « Purée, c’est un four ici ». Bonne nouvelle. On peut utiliser cette chaleur naturelle pour cuire des aliments et les déshydrater sans aucune manipulation.

Par exemple, moi ça fait quelques temps que je fais sécher mes tomates cerises dans ma voiture. J’en ai déjà parlé sur mon blog dans l’article Faire sécher ses tomates en voiture.

Le principe est simple. Je profite de la chaleur qui règne dans ma voiture stationnée au soleil pour y déposer une plaque remplie de tomates fendues en deux. Je sais que @pimentoiseau y met plein d’autres fruits et légumes mais moi je n’ai jamais testé autre chose.

ma voiture est un four et je fais mes tomates séchées dedans

Le torchon sur la photo, ce n’est pas un accessoire de blogueuse culinaire. C’est juste que la plaque est brûlante :). Il fait vraiment chaud.

Au bout d’un jour ou deux, les tomates sont sèches, déshydratées. A vous de les mettre dans un bocal rempli d’huile et d’aromates si vous aimez. Il y a des fois où je les fais sécher en les ayant préalablement enduites d’huile parfumée. Des fois où je les dépose natures. Je trouve que la seule chose qui change, c’est l’odeur dans la voiture. Si tu mets du thym ou je ne sais quoi, ça apporte un petit côté pizza géante à ta voiture.

Mes tomates à la fin du premier jour : (il y a une nette différence entre celles que j’ai laissées entières et les demi-tomates cerises) :

ma voiture est un four et je fais mes tomates séchées dedans

Ma voiture est un four : la foire aux questions :

Quand je parle de cette expérience culinaire, il y a 3 questions qui reviennent souvent :

  • l’odeur. Alors pour moi, ce n’est pas un souci. Déjà parce que je préfère sentir la pizza dans ma voiture que le parfum « naturel » de ma caisse. Et pis parce que l’odeur n’est pas surpuissante non plus.
  • la manutention : et si je dois utiliser ma voiture ? Ben, deux solutions. Moi je déplace ma plaque dans un endroit stable de ma Titine (la banquette arrière, un fauteuil à l’arrière, etc…). Soit je l’enlève momentanément et je la remets dès possible, sans pression.
  • La conservation : une fois mes tomates séchées et installées dans un pot plein d’huile, je les consomme dans le mois qui vient. Mais pour être transparente, chez nous, pas le temps de macérer longtemps, on les boulotte en moins de temps qu’il en faut pour finir une plaque de chocolat.

Le truc cool de la voiture c’est que ça éloigne les bestioles versus la même chose dehors sur votre terrasse. De plus, il y a un effet chaleur plus important.

Alors, tenté par l’expérience « ma voiture est un four » ? Qui se lance ? Qui a déjà testé ? Que cuire en dehors des tomates ? J’ai envie de tenter les pommes pour ma part, je vous tiendrai au courant.

 

2 Commentaires

  • La voiture étant garée à l’ombre, j’ai récupéré un panneau d’affichage (l’avantage d’habiter une ancienne mairie, il y a quelques trucs rigolos). En fait n’importe quelle boite avec un couvercle en verre fonctionne, l’avantage c’est que ça fait pile la taille de deux plaques à four.

    J’ai fait pomme (bon) et bananes (donne un résultat collant et chewingumesque)
    Sinon j’envisage les herbes aromatiques, du tilleul pour les tisanes,
    Ecorces d’agrumes séchées à mixer avec du sucre pour les gâteaux.
    Du sucre de sureau (recette Linda Louis): 40 g de fleurs (sans tiges), mixées avec 300g de sucre de canne blond, que l’on fait sécher: pour les gâteaux, yaourts,…

Commenter