La chambre d'amis - Ciloubidouille

La chambre d’amis

Difficile de trouver le chemin de l’ordi en ce moment… Mais là, en vidant les photos de mon appareil, j’ai trouvé les images de ma chambre d’amis, celle qu’on vient de bricoler dans la cave. Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser. Ca fait longtemps que je ne vous ai pas parlé des travaux. En fait, ils avancent assez bien, à notre rythme disons. Et donc, la chambre d’amis est presque finie. Qui sera le premier à l’inaugurer ?

Je vous fais visiter ? Attention, ce n’est pas grand hein, faudra entrer un par un !

Je vous épargne le montage des murs, les plaques de plâco, les rails, les milliards de vis, les joints, etc… C’est répétitif, plein de poussière, fatiguant, encombrant. Imaginez simplement une petite pièce blanche, prète à peindre. Dessus, j’ai choisi de poser un rouge brique très chaleureux qui m’a demandé trois putain de couches… Comme la pièce est destinée à être une chambre, ça ne ne me posait pas de souci d’opter pour une couleur sombre plutôt qu’un éternel pastel. Ensuite, à ce rouge, j’ai associé du gris par petites touches. J’ai tout d’abord dessiné une sorte de ruban autour de la pièce, grace au scotch spécial peinture.

J’ai rempli ce ruban de gris, en utilisant le rouleau pour les longueurs et le pinceau à rechampir pour les angles.

Voici un premier aperçu du résultat. Ca fait plutôt chic, et pour une fois, contrairement à ce qui s’était passé pour la chambre d’ErwanouGentilLoup, il n’y a pas eu de bavures en retirant le scotch ! Ouf…

Donc sur 3 des 4 murs, il y a cette bande. Mais quand on rentre dans la pièce, dans le mur du fond, j’ai décidé de dessiner une fresque urbaine, à la peinture. Là encore je me suis aidée du scotch. J’ai tracé grossièrement des buldings imaginaires. D’abord leurs silhouettes, ensuite j’ai rajouté des petits morceaux de scotch pour figurer les fenêtres.

J’ai quand même rajouté une sorte de Tour Eiffel car je voulais faire un clin d’oeil à la capitale, cette ville lumière qui me plait tellement. J’entends beaucoup “jamais je pourrais vivre à Paris”. Ben moi, je pourrais :D, je craque complètement pour son rythme, sa culture, son brassage, ses transports. Et contrairement aux clichés, je trouve les parisiens aussi souriants et aimables qu’ailleurs. Et ça ne m’empêche pas d’apprécier les autres villes de France hein ;). Paris est simplement chère à mon coeur.

Ensuite, il ne me restait plus qu’à remplir les cases :). Sans pitié pour les fenêtres, on recouvre avec la peinture grise. Zhou pour deux couches.

Voilà ce que ça donne entre deux couches :). Déjà, ça me plait bien. De loin, ça évoque même en moi un petit côté oriental.

Quand arrive le moment de retirer le scotch, j’ai de la manoeuvre :). C’est amusant de découvrir petit à petit les cases rouges dans cette ville grise. Comme si on ouvrait les cases d’un immense calendrier de l’avent…

Volontairement, les fenêtres ont été posées de bric et de brac, pour apporter un côté bohême à cette structure rectiligne :). On dirait qu’elles dansent.

Et si on recule un peu, ça donne ça… Ca le fait non ?

Voici la silhouette de la ville dans ma ville :).  Je suis ravie du résultat, malgré les imperfections de la démarche. J’aurais pu acheter des stickers urbains comme on en voit partout, ou bien poser une sorte de frise urbaine en bois, comme ça se vend chez LeroyMerlin, par exemple. Mais j’aime bien ce côté artisanal. C’est plus chaleureux je trouve :).

Un dernier zoom. Maintenant, il ne reste plus qu’à meubler cette pièce car zhom a déjà posé et vitrifié le parquet. Je cherche d’ailleur un canapé trois places convertible dans les gris qui pourrait se mettre au pied de la fresque. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à m’en faire part :).

 

Alors, ça vous plait ?

A propos de ville, il y a des chances pour que j’organise un swap en Bretagne, à Rennes pour être précise, le samedi 20 juin. Si ça vous tente et si vous êtes dans le coin, suivez attentivement ce blog, je vous filerai les infos bientôt :). Encore merci à la gentille Ophélie d’avoir été moteur sur ce projet.

78 Commentaires

Commenter