L'hiver au potager, le temps du repos de la terre

Comment j’ai préparé mon potager pour l’hiver

Le froid est là. L’hiver au potager est une saison particulière qui demande un peu de préparatifs. A mon niveau de compétence, l’idée est de protéger la terre principalement. Je suppose que des jardiniers moins amateurs en profitent pour des tas d’autres actions. Chez moi, l’arrivée du froid sonne le repos des braves. Je retournerai au jardin fin février, pas avant je pense. Mais j’ai pris le temps de faire de mon mieux pour qu’il prenne des forces en attendant mon retour.

L’hiver au potager

Préparer l’hiver au potager, de ce que j’ai compris, c’est surtout préparer le sol pour les cultures du printemps. Donc, j’ai nettoyé tout ce qui restait des cultures de l’année 2021, sans trop remuer la terre, (= sans bêcher quoi, car quand on bêche, ça fout un bazar monstre dans le vivant. La terre et les petites bestioles qui vivent dedans ont chacun leurs étages et leurs fonctions. Effectuer un coup de bêche, c’est tout mettre sans dessus dessous dans cet équilibre fragile. La terre a du mal à s’en remettre).

Un truc que je n’ai pas fait et que je mettrai à exécution à l’avenir, c’est laisser les racines des plants flétris en terre. Moi j’ai bêtement tout arraché. Or j’ai lu dans le magnifique ouvrage de Marie Chioca, Mon jardin en permaculture, le conseil de laisser les racines en place, en coupant simplement à ras ce qui dépasse. cela permet que les racines se décomposent dans le sol, l’aèrent et nourrissent les organismes. Bon à savoir non ? Et comme je cherche à nourrir mon sol, autant lui laisser un peu de bouffe ^^.

Ensuite, autre info apprise par Marie via son blog jardin cette fois-ci (c’est lui qui m’a décidé à acheter le livre), pailler au foin, c’est mieux que pailler avec de la paille. Pourquoi ? Une sombre histoire de tige « très carbonée », ce qui ne signifie pas grand chose pour moi. J’en ai conclu que le foin nourrissait la terre en se décomposant alors que la paille n’avait pas cette capacité. Mais je crois qu’elle protège quand même la terre et évite que celle-ci reste à nu (ce qui est déjà bien).

J’ai donc étalé une première couche de foin. J’ai acheté celui-ci en jardinerie mais j’aimerais me bouger le culculu l’année prochaine pour m’approvisionner autrement, via un agriculteur du coin ou une écurie.

Ensuite, j’ai essayé de répandre équitablement, tant bien que mal, le fumier des lapins, qui est un mélange de copeaux et de fientes. Il parait que c’est bon pour la fertilité du potager mais qu’il faut veiller à le laisser en surface (on ne le brasse pas avec de la terre) car sinon c’est trop acide ou un truc comme ça. La pluie fera son travail pour diffuser les micro-organismes, comme un sachet de thé.

Bon je ne suis pas encore plus forte en épandage régulier ^^ !

J’ai quand même fini par une couche de paille, parce que j’en avais et parce que je me dis que ça aide le reste à se décomposer. Aucune idée de si c’est vrai.

Et voilà, j’ai reproduit ces superpositions partout. Sur ces 4 rectangles mais aussi sur la parcelle qui longe la haie et sur le lopin dédié aux patates. J’ai calculé à la louche, mon coin potager représente environ 30m². Ce n’est pas assez pour assurer l’autonomie alimentaire de ma famille, mais je pense que je sous-exploite largement ces emplacements quand je lis la culture collée-serrée de Marie ^^ ! Mon objectif de l’année prochaine est de densifier le mètre carré comestible :).

Je vais également tâcher de mieux exploiter ma serre car pour le moment, on est plus dans de la cabane à outils ^^ ! Un jour je ferai aussi un potager d’hiver mais pour le moment, j’avance doucement, à mon rythme. Après tout, il y a 3 ans, il n’y avait rien du tout ici. Si ça vous intéresse, je vous laisse relire l’article qui parle de l’évolution de mon potager amateur en 2 ans.

J’ai compris que ce qui me faisait tenir et avancer, c’est justement d’y aller à mon rythme, sans pression. Et puis également de prendre le temps de me retourner pour me satisfaire du chemin accompli. Moi jardinière ??? Qui l’eut cru ??? C’est fou !

J’ai un monde à apprendre. Une vie n’y suffira pas. Mais je m’en fiche. Je suis comme tout le vivant l’hiver au potager, je laisse la gelée perler en surface et je me réchauffe de tout ce que j’aime à l’intérieur, bien au chaud de ma terre.

Bon repos petit dragon, veille bien sur mes terres et à dans deux ou trois mois.

Mon avis sur le livre de Marie Chioca : Mon fabuleux jardin en permaculture

Vous devez l’avoir deviné, cet avis est très bon. Mais je développe rapidement.

  • Je trouve qu’il se lit bien. Et à vrai dire, qu’il se lit tout court. J’ai d’autres livres sur le jardinage, mais celui-ci est écrit comme le ferait une amie qui raconte sa passion. Je ne connais pas Marie mais j’ai l’impression de l’avoir un peu rencontrée à travers cet écrit.
  • Cet ouvrage m’a appris plein de choses. Alors évidemment, cet argument est relatif. Vous êtes sans doute des jardiniers plus aguerris que moi. Et d’ailleurs Marie se protège aussi : elle n’est pas là pour filer des cours et des leçons. Elle partage son chemin, explique comment elle procède. Ensuite, chacun prend ce qu’il a envie/besoin de prendre.
  • Le livre suit les saisons, ce qui est une présentation classique, mais qui me convient. Et puis surtout à la fin, on se rend compte à quel point toutes les saisons sont intéressantes.
  • Il y a 90 recettes et j’en ai déjà réalisées !
  • Je ne vise plus l’autosuffisance alimentaire depuis longtemps, mais j’adore l’idée que certains y parviennent. Alors c’est sûr qu’en région parisienne, on n’a pas le même ensoleillement qu’ailleurs, mais l’enthousiasme de Marie est contagieux. On a envie de se donner des chances de faire mieux.
  • J’ai aimé sa relation aux animaux (attention, je préviens, elle n’est pas végane) et mon envie de poules est remontée d’un cran ^^

Voilà pour mon avis sur le Fabuleux jardin en permaculture de Marie Chioca.

mon fabuleux jardin en permaculture

Voilà. Je vous souhaite du repos. Parce que même Marie le dit, l’hiver au potager, c’est le temps où on reprend des forces, on bouquine, on rêve à ses futures plantations, on habite ses rêves, on commande ses graines… Ce sera mon programme.

Info sur mes dragons de jardin :

J’édite l’article car je vais répondre ici à la question sur la provenance de mes dragons :). J’en ai plein dans mon jardin, ils sont en résine, ils m’ont été offerts par mon mari et ils viennent de chez Amazon (je sais, je sais).

 

21 Commentaires

  • Merci beaucoup pour cet article qui fut ma petite friandise avant d’aller me coucher ! Je me considère aussi (et sans doute pour longtemps) jardinière amatrice. On laisse aussi ici largement le sol se reposer en hiver avec divers paillages. On fait des expériences chaque année. Et c’est aussi selon ce qu’on trouve autour de nous … Mon conseil lecture : « Mon petit jardin en permaculture » de Joseph Chauffrey et son site internet très complet : http://josephchauffrey.fr/.

  • « Je suppose que des jardiniers moins amateurs en profitent pour des tas d’autres actions »
    ben non rassure toi
    c’est une période de latence pour tous au contraire
    certes nettoyer un peu, préparer ses outils, qq trucs mais peu d’actions
    laisser la terre se reposer ! et ne pas trop intervenir

  • et bien bravo tu as fait beaucoup nous on devrait pailler (fointer!!) mais on fait jamais

    je ferai bien mais je suis un peu …….. bref c’est pas trop possible en ce moment
    donc les gros travaux sols etc , c’est homme qui fait et comme ça réussit bien , je vais pas critiquer:)

    ne mets pas trop de fumier en effet
    juste mesure -comme en tout!!-
    trop ça « brûle » la terre

  • Article bien intéressant et qui donne envie de me lancer dans un coin de jardin alors que jusqu’à présent ça ne m’intéressait pas du tout….Comme quoi on change ! Et tu sais si bien nous ouvrir les yeux sur ce qu’il y a autour de nous .

  • J’ai pas du tout la main verte, je suis capable de faire crever même les plantes les plus faciles mais j’admire les jardiniers et les jardinières, et les jardins potagers m’ont toujours fascinée. J’admire ton avancée et tes progrès en si peu de temps !

  • Coucou Cilou,
    Comme toi, j’ai posé du foin puis de la paille dans mon petit potager.
    Il était un peu trop envahi par la menthe, j’en ai arraché quelques pieds mais j’ai laissé les pieds de tomates dans le sol.
    Pas de plantation d’hiver non plus, je n’ai personne pour me conseiller…
    Marie Chioca, je l’ai découverte par une de mes belles-filles. Elle a écrit des livres sur la fabrication du pain.
    J’ai celui qui s’intitule « les secrets de la boulange bio ». Facile d’accès avec des recettes délicieuses et originales.
    Je vais me laisser tenter par celui sur la permaculture.
    Bon « repos » hivernal.

  • On a aussi ce livre depuis l’an dernier (et d’autres, le jardin c’est une de nos grosses passions ♥), et je le trouve très bien et très enrichissant ! On se remet doucement au potager ici au Terrier, on définit nos prochaines parcelles, on a commandé les graines qu’il nous manquait, et on creuse les tranchées pour la future serre qui arrive demain ! Bref, je suis contente d’avoir remis les mains dans la terre ces derniers jours, même si ce n’est « que » pour pailler et amender le sol ♥

  • Bonjour Cilou,
    Bravo pour cet article et le partage de conseils : je retiens cette fois-ci les racines à laisser, le foin et… Marie Chioca !
    Je ne connaissais pas donc je suis allée lire l’article sur l’auto-suffisance. Merci pour cette nouvelle découverte, je suis curieuse d’en lire plus, cela a l’air très intéressant et très « humain ».

  • cela me fait penser que cette année on n’a même pas pris le temps de mettre le potager et le jardin en mode hivernage 🙁

    pas grave ça va le faire quoi qu »‘il arrive!

  • Coucou très chouette article ! Et merci de nous avoir renvoyés à celui qui faisait le bilan des deux ans. C’est un plaisir de suivre ta progression dans le temps, merci de la partager avec autant de finesse et des simplicité.

  • Après avoir longuement hésité , nous avons 3 poules depuis le printemps dernier et nous sommes ravis 🙂 A savoir , on aurait cédé plus tôt . c’est beau de les voir gambader toute la journée pour finalement pas trop d’inconvénients. Cela ferait de la compagnie aux lapins 🙂

  • Merci de nous partager ton regard sur le monde !
    Réf potager : « Le potager du paresseux », des vidéos et un bouquin :
    https://youtu.be/IxcEurCtjlE
    C’est mon compagnon qui potagine, et il s’est pas mal appuyé dessus pour lancer ses propres essais-erreurs, le ton est sympa.
    On dirait que pendant que ton jardin se repose tu vas avoir de quoi faire en lectures !

  • Un grand merci. Je ne connaissais pas pour les racines. J’ai laissée celles des poivrons et j’ai paillé ! Mais j’ai raté la saison pour planter mon ail. Tant pis ce sera pour le printemps. Ici à Toulouse on plante en septembre/octobre.
    Je vais vois avec le livre !
    Bonne année pleine de santé et de belles surprises.
    Micheline 🙂

  • Merci pour la découverte du livre. Chez nous, c’est un tout petit potager car nous habitons en ville. J’y ai mis des feuilles mortes pour ne pas laisser la terre à nu. En hiver, il se repose… comme nous !

  • J’ai mis ce livre dans ma wishlist, j’ai deja quelques uns de marie et j’aime beaucoup sa façon de vivre et de partager, elle a un blog de cuisine saines gourmandises et un blog de jardinage permaculture familiale.
    Ici le potager se repose, je ne suis pas une grande fan des légumes d’hiver. La j’ai mis du compost et du carton en attendant le printemps. Je me renseignerai sur le paillage un peu plus tard. le livre permaculture de Julie ….@sorteztoutvert est très sympa aussi.

Commenter