Réparer de vieux sabots de bois

Les sabots de mon papou

Ces sabots de bois appartenaient à mon Papou, mon grand-père paternel (d’origine grecque donc car dans cette langue : papi = papou et mamie = yaya). En triant les affaires suite à la vente de la maison, mon père les a retrouvés, bien éculés. Il me les a confiés en me demandant de faire au mieux de mes compétences/envies pour les rafistoler. C’est vrai qu’ils avaient une sale tronche quand je les ai récupérés.

Transformation de vieux sabots de bois

Alors un peu avant Noël, je les ai nettoyés, poncés. Je n’ai pas remplacé les morceaux de bois qui manquaient (j’aurais pu, avec de la pâte à bois). Je voulais qu’ils restent dans leur jus autant que possible. J’ai viré la sangle de cuir qui était en très mauvais état mais je l’ai conservée pour avoir le gabarit. J’ai du cuir à la maison et si un jour mon papa a envie que j’en remette un morceau, je pourrais le faire.

sabots en bois

Puis j’ai pyrogravé les prénoms de mes grands-parents. Il y a donc le sabot de Michel et celui de France.

sabots en bois

Je ne me suis pas arrêtée-là. J’ai également dessiné des fleurs et une abeille dessus car mes grand-parents étaient des jardiniers émérites et de super apiculteurs aussi.

J’ai colorié les gravures au vernis à ongle et enfin, passé de la résine sur l’ensemble des sabots, pour les protéger. Il y a plein de résine sur la plaque où je travaille car c’est l’endroit où je protège ma table ^^ ! J’en ai fait des projets dessus ! Et truc marrant, c’est une plaque fabriquée par mon papou.

Le résultat de ces sabots de bois est naïf mais je sais que mes grands-parents auraient appréciés. Ma grand-mère rafistolait déjà à son époque des tas d’objets en bois, sur lesquels elle dessinait. L’histoire est rigolote. Ça a juste sauté une génération. Une sorte d’atavisme créatif.

Mon papa était heureux de retrouver ces sabots en meilleure forme et moi aussi, de cette joie partagée.

sabots en bois

J’aime être cette personne capable de réparer les choses quand j’en suis capable.

vieux atelier vintage

Et à chaque fois, je me dis que ça ne demande pas tant de compétences que de temps et d’envie. De l’observation, de la curiosité et une vraie implication. Et que les ingrédients sont les mêmes pour réparer les liens entre les gens…

Vous êtes d’accord ? Aimez-vous réparer les choses et les gens ? Moi je me trouve moins douée pour les gens mais je crois que j’essaye toujours quand même. Avec le même esprits que pour ces sabots de bois.

Bulle d’air éphémère

Je termine cet article avec quelques photos de mon samedi dans la Nièvre qui m’a fait un bien fou !

Nous n’y sommes restés qu’un jour pourtant maiis waaa que c’était bon. Faut dire que je ne sais plus la dernière fois où je suis sortie de chez moi. Ca doit remonter à l’été dernier. Des mois que je me calfeutre dans ma maison, dans mon cluster familial (puisque c’est comme ça qu’on parle des foyers maintenant non ?). Des mois que je travaille tous les jours, que mes WE ressemblent à mes semaines. Les joies de travailler chez soi . Aucune plainte derrière tout cela. On fait tous des choix et ceux-là sont les miens.

Et puis, je me suis dit que ça suffisait, qu’il fallait que je revois la nature avant le troisième potentiel confinement prédit par la voisine du concierge de Mme Irma qui a des sources sûre via la babysitter d’une personne hyper informée qui vit chez quelqu’un qui connait le Colonel Mourtarde Corona dans la cuisine.

Bref. J’ai fait simple. Je suis allée dans le chalet de mes parents, me paumer dans la Nièvre avec mes proches. On a fait des feux de cheminées, mangé comme si une attaque de zombis était aussi annoncée, on a pris les chemins de traverses pour rejoindre la Loire si haute à cette saison… On était seuls mais entre nous. Et pour ceux qui s’inquiètent de nous voir sans masque, ne vous inquiétez pas, je ne vous raconte pas notre vie mais tout était sous contrôle.

mousse sur des branches d'arbre

Pis on a aussi visité un moulin qui fait de l’huile de noix et qui existe depuis Mazarin, acheté du Pouilly…

C’est passé vite, forcément. J’ai eu l’impression d’être dans la chanson des Marins de George Brassens (excusez mes références peu ayanakamuresques).

Il y raconte que les marins, quand ils accostent au port, comme ils n’ont que peu de temps pour eux, ils vivent une vie en raccourci (ou en accélérée finalement).

« Tout ce qu’on fait dans un seul jour,
et comme on allonge le temps,
plus de trois fois dans un seul jour,
content, pas content, content »…

Je mentirais si je disais que j’étais rassasiée. Mais comme dirait Ben Mazué, je prends quand même j’te dis, je prends !

Et vous ? Vos WE ? Ressourçants ?

* * * * *

Si vous avez envie d’autres idées de projets avec la résine, il y a mes planches en bois qui représentent la plage et la mer. Là j’ai utilisé de la résine époxy.

Mais parfois j’utilise de la résine UV, et on peut faire des tas de petites créations adorables avec. Avez-vous déjà fait des bijoux en résine UV par exemple ?

 

6 Commentaires

  • C’est chouette tous ces échos à l’histoire familiale ! Dans la famille aussi un certain nombre de choses sautent une génération.
    En ce moment le week-end ici c’est geocaching à fond, pour s’aérer et se changer les idées (on privilégie des séries de caches pour être plongés dans l’ambiance d’une quête). On a aussi instauré une visite hebdomadaire à la bibliothèque pour faire le plein de bandes dessinées, CD etc.

  • chouettes sabots! tu en as fait une oeuvre d’art😊
    j’en avais quand j’étais assez jeune, c’était la mode, dans le années 70′, ça faisait mal aux pieds, je ne sais pas ce qu’ils sont devenus, ..un souvenir dont je te remercie, car je les avais oubliés😥
    j’aime recycler, des vieilles chose trouvées en recyclerie, meubles, vaisselle de déco, ou souvent tableaux, 3 francs 6 sous, ça fait du bien au moral..
    j’aimerais faire un atelier résine avec toi😉, quand, où, comment? that is the question..
    bon WE

  • Jolie réparation de sabots ! C’est comme ça qu’ils deviennent un joli souvenir. J’ai une statue en bois faite par mon père qui est un peu naïve et cela me donne l’envie de le customiser pour qu’elle trouve sa place chez moi ! Yapluka.

  • C’est une jolie histoire que tu racontes avec la restauration de ces sabots. Ils te lient à ta famille et à ta lignée.
    Il y a peu, j’ai reçu de ma grand tante la machine à coudre de mon arrière gd mère, celle qu’elle avait emporté en laissant derrière elle sa vie en Italie. Très émue de la portée symbolique et aussi parce que je suis passionnée de couture.
    Pour nous c’est les vacances d’hiver et on espère bien pdre l’air ds nos montagnes environnantes, profiter de la liberté qui nous reste. Bises

  • Toujours cette démarche de redonner une nouvelle vie qui me touche tant, comme pour le fauteuil par exemple qui était déjà pour ton papa.
    Ces sabots personnalisés sont une belle réussite.

Commenter