Ciloubidouille
24 janvier 2013

PARENTS, PENSONS LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ENSEMBLE.

Une fois n’est pas coutume, un peu de militantisme pour nos enfants et pour cette école publique que j’aime tant ! Quand Doudette m’a contactée pour ce projet, j’ai dit oui ! On n’est pas tous d’accord sur TOUT mais clairement il y a des choses qu’il faut faire avancer différemment. Je vous conseille d’ailleurs de lire l’article de Doudette sur l’historique de ce projet et si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à signer la pétition !


Nous sommes parents.

Nous sommes inquiets.

En maternelle et en élémentaire, le passage à la semaine à 4,5 jours doit être mis en œuvre dès la rentrée 2013, soit dans 9 mois. A ce jour, l’information dont nous disposons est parcellaire et contradictoire. Le projet tel qu’envisagé ne nous semble pas à la hauteur des enjeux.
Nous croyons cette réforme nécessaire et en partageons les objectifs, à savoir mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. Depuis 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE et de fait des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde. Cette situation est préjudiciable et doit être revue.
Cependant, le projet de réforme qui nous est présenté ne nous semble pas répondre à ces objectifs. Le choix de l’organisation sera à la discrétion des municipalités. On risque de se retrouver avec des communes où les enfants auront cours le samedi, d’autres le mercredi, d’autres encore auront une pause de midi allongée, d’autres finiront plus tôt et auront une période d’études/garderie plus longue, etc. Les moyens mis en œuvre dépendront essentiellement du budget des communes. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer que cette réforme soit facteur d’égalité entre tous les enfants de France, quel que soit leur lieu de résidence et leur établissement scolaire. Il appartiendra aux municipalités de faire un choix et d’en répondre devant les électeurs en 2014.
Nous espérions qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, la place des arts, de la culture, des langues et du sport, etc. serait au cœur des préoccupations. Or, l’opacité des moyens à mettre en œuvre, l’augmentation du nombre d’enfants par animateur dans le temps périscolaire ainsi que la place choisie par les mairies pour ce temps (notamment à l’heure du déjeuner) vont diluer ces espoirs de diversification et de renforcement de ces enseignements.
Nous espérions également que cette réforme porterait sur l’intégralité du rythme scolaire, y compris le découpage entre vacances et classe et notamment la durée des grandes vacances. Force est de constater qu’il n’en est rien.
Nous sommes déçus et inquiets et rejoignons ainsi bien des enseignants. Nous craignons que l’augmentation du temps périscolaire sans réflexion quant à son contenu ni quant aux moyens de mise en œuvre fasse de ce temps un temps de désœuvrement organisé… Cela irait encore une fois à l’encontre de l’objectif de la réforme.
Afin de préserver le symbole de la demi-journée de cours supplémentaire, Il est essentiel de ne pas sacrifier les apprentissages, de ne pas perdre cette opportunité historique d’accroître l’égalité des chances des enfants face aux activités artistiques et sportives en créant du temps de garderie. Cela n’apporterait rien aux enfants, dévaloriserait un peu plus l’école et la fonction des enseignants et  remettrait en question l’organisation des familles.
Nous devons à nos enfants une réforme ambitieuse.
Citoyens connectés, blogueurs, parents, nous avons reçu de nombreux retours d’autres parents qui partagent nos inquiétudes et ne se sentent pas représentés.
Nous demandons à être entendus.
Prenons le temps de réformer l’école ensemble.
Si vous êtes intéressé et motivé par cette démarche, n’hésitez pas : inscrivez-vous partout pour suivre notre actualité : le compte twitter, la page Facebook, et bien sûr, signez la pétition sur le blog !

8alamaison , Agathe VANDAME , Allo Maman Dodo , Annabelle , Audrey, Madame Koala , Aymeric Marlange , Béalapoizon , Bettina Brouard , Buhot Stéphanie , Carole Nipette , Caroline , Ces Doux moments ,  Chiawaze , Ciloubidouille , Claire Hoenen , Colombe , Cranemou , Cynthia Kafka , David Beck , Delphine Gagnon , Doudette , Estelle Peralta , Expressions d’enfants , FashionMama , Florence , FlorenceMKoenig , Gaëlle Picut , Gauthier Vranken , Ginie Femmesweetfemme , Harmony Rouanet , Henry le Barde , Isabelle Duvert , Jane Gueneau aka. Libelul , Julesetmoa , Julie B , Julie Dessagne , Julien , Juliette Merris , Karine Un bébé pour mes 30 ans La Poule Pondeuse ,LN moitoutetrien ,
Lulu From Montmartre , Lydiane Le Roy , M Delobel , Madame , Madame Parle , Madame Zaza of Mars , Madame Ziadeh , Maman nanou , Mamanwhatelse , Marc Guidoni , Marie-Gwénaëlle Chuit , Marlène Schiappa , Mauvais Père , Mazzhe , Michaëla Avventuriero , Michèle, Maman on bouge , Missblogdel , MissBrownie , Naddie , Nadine A , Nicolas Gilbert @zegilbos Pourquoisecompliquerlavie , Sabine , Samuel Lamotte d’Incamps , Sandra Elle , Sandrine Donzel , Sophie Reynal , Tetedeblog , Till the Cat , Unperfect mum , Voilapapa , Yusaku (Père de 3 enfants)

29 réactions au sujet de « PARENTS, PENSONS LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ENSEMBLE. »

  1. comme je suis d’accord, en tant que maman, pas instit… pas envie que mes enfants glandouillent à la garderie , voire grande récré quand il fait beau. Je préfère qu’il y ait moins de vacances pour eux, comme pour moi !
    Et laissons leur (laissons-nous) le mercredi pour se reposer, faire du sport , et prendre rdv chez l’ORL 😉

  2. En tant que maman, femme d’instit’ et habitante d’un petit village de campagne (aux moyens plus que limités …), je ne peux que partager ton point de vue ! Encore un ministre qui veut marquer son passage par une réforme à la va vite. Dommage car l’idée de base était bonne. Je déplore chaque jour que notre beau principe d’égalité s’étiole à petit feu.

  3. Je suis d’accord sur les problèmes de mise en place de cette réforme et notamment sur cette question du financement.
    Ce que je crains en effet c’est que suivant les communes les moyens mis en œuvres pour la prise en charge des temps périscolaires ne soient pas les mêmes partout et nuisent donc au principe d’égalité.

    Attention toutefois à ne pas confondre GARDERIE et ACCUEIL PERISCOLAIRE. Je suis animatrice et sans vouloir lancer des fleurs sur mon travail et celui de mes collègues, ce que l’on met en place (tant au niveau artistique que sportif) lors des temps méridiens n’a rien à voir avec de la garderie! Mais je crains que l’augmentation du nombre d’enfants par animateur perturbe la mise en place d’activités de qualité.
    Pour répondre à Nathilio, même si je peux comprendre ce que vous dîtes, ça ne me parait pas non plus terrible que les enfants « glandouillent » à la garderie le soir après leur journée. Je pense que ces temps de jeux entre enfants sont nécessaires à l’enfant pour s’épanouir.

    Pour le mercredi matin, j’avoue je n’ai pas trop d’opinion. Petite, j’allais à l’école le samedi matin et ça ne me dérangeais pas. Il y avait une ambiance un peu différente du fait de la 1/2 journée et c’était sympa. Après je ne peux pas dire si cette 1/2 journée était cruciale ou pas au niveau des apprentissages. Quand à la grasse matinée du mercredi matin, je suis septique aussi. Le mercredi, sur 70 enfants âgés de 6 à 11 ans qui sont inscris à l’ALSH le matin, plus d’une 20aine arrive entre 7h30 et 8h00 (les 1ers arrivés se lèvent entre 6h et 6h30 tous les matins, je leur demande ^^) et une 40aine entre 8h00 et 8h30 (comme pour aller à l’école donc)… Il en est presque de même pour la 50aine de 3/5 ans que nous accueillons. Je travaille dans une commune rurale d’environ 7000 habitants. Quand à permettre aux enfants de faire du sport en club le mercredi, là encore tout dépend des familles. J’ai plusieurs exemple de familles qui ne peuvent pas inscrire leurs enfants à des activités sportives ou culturelles car leurs horaires de travail ne concordent pas ou pire parce que ce sont des démarches qui sont hors de leurs portées (pas spécialement financières!).

    Du coup c’est là où j’espérais beaucoup de cette réforme (trop surement)! J’espérais la libération d’un temps où les professeurs des écoles, les animateurs (professionnels, je n’ai rien contre le BAFA, je l’ai eu passé plus jeune mais ce n’est pas un diplôme professionnel validant un réel travail de réflexion sur l’animation), les parents travaillant en commun sur la base d’un projet pour proposer aux enfants des activités éducatives dans un cadre moins formel que celui de la classe, en plus petits groupes pour leur laisser le temps d’expérimenter: activités artistiques, sportives ou encore scientifiques.

    Mais avec un décret pondu dans la précipitation, j’ai l’impression qu’aucune réflexion n’a été suffisamment poussée et étudiée. C’est dommage car au final les perdants risquent d’être les ENFANTS!

    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire et écrire mais il se fait tard et dialoguer avec moi même n’est pas si simple. 😉

  4. Dommage qu’il n’y ait pas eu de vraies réflexions sur cette demi journée en plus. J’ai 3 enfants dont 2 qui ont suivi le rythme scolaire à la semaine des 4 jours et demi et je trouvais ça génial.

    Les instits de l’époque avaient mis en place des activités extra scolaires le samedi matin telles que les loisirs créatifs animées par des mamans bénévoles. Et pendant ce temps, l’instit prenait un petit groupe d’élèves en difficulté pour les remettre à niveau et ces cours quasi particuliers apportaient un vrai plus aux enfants qui avaient du mal à suivre en cours à 30.

    J’aimais ce temps où il était possible de rentrer dans l’école, où les parents travaillant tous les 2 pouvaient aller chercher leurs enfants à l’école le samedi matin et rencontrer enfin les instits. Mes grands faisaient aussi de la piscine, du canoë kayak … Ils en ont des très bons souvenirs. Ma petite dernière n’a pas connu tout ça et je trouve cela dommage. Plus de pied à l’école pour nous. On pose nos enfants, on les récupère et hop … En plus, de voir tous ces enfants au supermarché le samedi matin traînés par leurs parents (car c’est le seul moment où ils peuvent leurs courses), je ne vois pas ce que ça leur apporte.

    Bref, moi je suis une partisane de la semaine des 4 jours et demi mais comme avant. 😉

  5. Ce que je ne comprends pas c’est qu’on nous impose de devoir prendre en charge financièrement de nouveaux temps libres, soit les communes sont riches et prennent en charge, soit les parents devront s’y coller !! Je réside dans une toute petite commune quasi rurale, sans commerce, sans taxe professionnelle pour alimenter les caisse de notre mairie. Personnellement, je n’ai pas la centaine d’euros à mette par enfant pour les activités du soir. D’autant que mes enfants font déjà tennis, judo et piano pour mon fils, et danse pour ma fille. Autant dire que ça me coute déjà un bras !! Alors, si je dois ajouter quelque chose, ça sera au détriment d’une autre activité. Et je ne pense pas que ce que pourrait proposer la mairie soit à la hauteur de ce que fait l’association culturelle (de la ville d’à côté puisqu’il n’y a rien chez nous 😉 )
    Sinon, je ne suis pas contre l’école le mercredi matin… mais de grâce, pas le samedi !!! Cela remettrait en cause toute l’organisation avec le papa qui les prends du vendredi soir au dimanche soir une semaine /2 …

  6. et oui comme d’hab on prend des décisions sans regarder plus loin que le bout de son nez!!

    quid des parents qui auront des enfants dans plusieurs communes certains le samedi seront a l’école l’autre le mercredi?? qui des petites communes?? chez nous aucun moyens dans une petite commune rurale…alors il y a cette aide que fait miroiter l’état au communes rurale mais il fait savoir qu’elle ,ne sera valable que sur un an et que le coût évalué du coût par enfant sera de 150 euros…avec les aides on arrive a 90 le surcoût reste énorme pour une petite commune…
    On parle de journée de 30 minutes de moins??? ca va changer quoi trés clairement?? après la demi journée supplémentaire pour avoir testé les 2 avec mes grandes, oui elles étaient bien moins fatiguée avec l’école sur 4 jours que sur 4.5 et pourtant nous travaillions tous les 2… je maintiens que même un enfant levé le mercredi et en collectivité biensur se repose moins qu’un enfant restant avec ses parents( et il y en a aussi….certes n’oublions pas ceux dont les parents travaillent, mais n’oublions pas les autres non plus…) mais sera quand même moins fatigué qu’avec des cours qui demande concentration, attention….bref somme toute pourquoi pas ( même si pour moi je préfère la semaine de 4 jours) mais avec une vraie réflexion derrière et une égalité entre tous les enfants…

  7. Je ne suis personnellement pas assez éclairée pour être réellement pour ou contre, la question ne se résume pas à ce choix binaire. Nous habitons nous aussi une toute petite commune aux moyens réduits, ça, c’est pour les faits. A mon avis, tout cela dépend de choix d’adultes qui doivent se responsabiliser face à ces choix cruciaux : ma commune a certes peu de moyens mais on peut s’imaginer que la part infime du budget dédiée à l’école et à la jeunesse en général soit augmentée afin d’offrir de vrais moyens aux enseignants de suivre cette réforme avec une réelle reflexion. Il me semble donc que si cette réforme risque d’apporter des inégalités, c’est encore plus vrai lorsqu’on parle de communes où l’éducation et la gestion de la jeunesse en général est loin d’être une priorité.
    Ensuite les enseignants (je travaille dans l’enseignement, je ne jette donc pas la pierre aux enseignants mais à un système une fois de plus inégalitaire) : dans l’école publique où sont scolarisés mes enfants, les enseignants, en poste depuis longtemps et se sentant donc légitimes dans leurs choix, décident de tout. Pas de sorties piscines pour les CP, pas le temps (par contre énormément de temps pour les dessins animés lorsque les enfants sont fatigués), pas de réelles sorties, visites, ou autres pour ne pas risquer de problèmes avec les parents et ne pas prendre trop de responsabilités, très poeu de sport. Bref, je ne vais pas m’étendre mais globalement le constat que je fais est qu’une réforme est effectivement nécéssaire mais dans ce genre de configuration où les enseignants manquent globalement d’ambition et d’énergie (faute aux moyens trop réduits, aux classes surchargées et parfois à une fatigue générale du corps enseignant), on s’interroge vraiment sur les conséquences pour les enfants : plus de temps à l’école = plus de temps devant les dessins animés, plus de temps en récréation ou plus de temps à expérimenter, découvrir, sentir, créer ? Ici, en tout cas, la question semble déjà réglée puisqu’on ne parle pas de débat de fond pour le bien-être des enfants mais seulement de la meilleure façon d’obtenir des dérogations pour repousser cette réforme.
    Bravo pour cette initiative, espérons que les enfants seront pour une fois la priorité.

  8. Bonjour,
    je ne crois pas avoir déjà laissé de commentaires sur ton blog. Pourtant, je viens régulièrement le lire et me régaler de tes articles, de ton humour et de tes (très) bonnes idées!! J’adore le ton que tu donnes à ces articles et m’y retrouve très souvent!!(ah!!!!Le quotidien des mamans qui travaillent!!).

    Le sujet dont tu parles aujourd’hui est en effet d’une importance capital!!
    Dans ma commune (rurale de 600 habitants), le conseil d’école (dont je fait partie) et la mairie a décidé de repousser le passage à 4 jours1/2 à la rentrée 2014.
    Pourquoi?? Parce que cette décision nécessite une bonne préparation, des coups supplémentaires pour la mairie (car, cantine, temps périscolaire….) et un investissement des parents d’élèves.
    D’autre part, au jour d’aujourd’hui, il y a encore beaucoup de zone floue, des questions à la pelle et rien n’est encore bien définie….
    Bref, je suis à 100% d’accord avec le retour de la semaine à 4 jours 1/2, je pense également qu’il faut revoir le calendrier des vacances (celles de l’été sont, à mon sens, beaucoup trop longues!), mais surtout, faire tout cela dans l’intérêt des enfants!!
    Dans notre commune, nous sommes en train de réfléchir activement à l’emploi du temps et à la meilleure façon d’occuper les enfants intelligemment.
    Cela passe par un temps de réflexion et surtout c’est aussi une question d’argent!!
    En tout cas, tous les parents devraient suivre ce sujet de très prêt!!

  9. En réponse à Ortisse : Oui, tu as tt a fait raison de ne pas confondre garderie et périscolaire…
    Je travaille dans une grande école (petite ville) avec un service périscolaire très très bien fait : des animateurs disponibles, des ateliers intéressants … bref l’idéal !

    Mais j’habite dans un petit village, la garderie est assurée par les atsems déjà épuisées par leur journée … donc oui ils jouent librement , tant mieux , mais parfois c’est un peu long ce temps de jeux en collectivité, bruit et fatigue !
    Et ma commune n’aura sans doute pas les moyens d’engager des vrais animateurs périscolaires…
    bref encore beaucoup d’inégalités quoi !

  10. Merci Cilou de relayer via ton blog les inquiétudes des parents, que je partage.
    Si je peux me permettre, les lecteurs peuvent aussi se rapprocher des associations de parents de leur école, qui sont en principe en train de discuter du sujet avec leur municipalité… tout n’est pas joué, les enseignants commencent aussi à montrer leur mécontentement, la date butoir de demande de dérogation a déjà été repoussée d’un mois !…
    Donnez votre avis !!!

  11. Merci Cilou de te faire le relais de cette information.
    Je suis instit et j’avoue que jusqu’à aujourd’hui, j’avais peu entendu les parents. Et comme les médias cassent beaucoup de sucre sur notre dos en ce moment, je commençais à être plus que désabusée.
    Non, les enseignants ne sont pas contre cette réforme et contre la perte de leur mercredi matin, non nous ne pensons pas qu’à notre bien-être. Nous pensons en priorité au bien-être des élèves et à la qualité de l’enseignement que nous pourrons leur apporter.
    Mais sans le soutien et la voix des parents nous ne pourrons pas nous faire entendre.

  12. oohhh que ça met du baume au coeur… instit parisienne. en greve mardi. trainee dans la boue ds les medias, ds l opinion publique… « quoi ? vous zêtes pas payés quand vous faites greve ?? »
    mais… mais… je pourrais en pleurer de voir ce que les gens ne voient pas… ces rythmes ne sont en rien une amelioration… sur paris, c est allongement du temps du midi… dans quel état vont ils être à 14h15 ? et le vendredi ? parce que leurs journees ne sont pas allegées… on leur rajoute 1/2 journée de plus..
    moi maitresse je m’inquiète pour mes élèves…
    moi maman je m’inquiète pour mon moineau qui entre a l ecole a la rentree prochaine…
    bref… on se sent un peu perdus, en manque de soutien… du coup merci 🙂

  13. Je suis déléguée parent d’élève et une réunion dans la petite école rurale de mon fils a été organisée. Les instits nous ont expliqué la situation et leurs craintes au vu de l’avancemet de ce projet. Projet dont l’ambition était poutant partagée au départ. Ces craintes apparaissent bien dans la pétition, d’ailleurs. Sans ces explications, j’aurai pu penser qu’une nouvelle fois, nous refusions de changer nos habitudes. Mais non, un temps est réellement + nécaissaire si nous souhaitons un rythme scolaire qui connvienne d’avantage à nos enfants.

  14. Habituellement je lis mais ne poste jamais…

    Ce que je pense c’est clair : pour un enfant dont la maman ne travaille pas, qui reste chez lui le mercredi, arrive à l’école à 9h pour en repartir à 16h30, ça va être dur, c’est sur… Car il se repose déjà beaucoup et est certainement beaucoup moins fatigué qu’un enfant de maman active qui quitte la maison a 7h3o pour la regagner à 18h3o (rythme que l’enfant suit).

    Maintenant, je suis dans le cas de beaucoup : femme active qui bosse entre 35 et 40h par semaine… Enfants à l’école à 8h00, repris à 17h30 voire 18h après 1/2 h a 1h d’étude… Au centre de loisirs le mercredi (et donc levés a 6h30 comme les autres jours)… Ça va changer quoi pour eux ? Au contraire… Le temps scolaire sera mieux reparti sur 4 jours et demi et tant mieux 🙂

    En plus, mon fils est dyslexique donc pour lui, les journées de 6h de cours + étude + devoirs après 18h30 c’est très dur, trop dur. Alléger ses journées : moins de temps scolaires, plus de loisirs pour décompresser, ça va être mieux. Et puis le mercredi, au lieu d’aller au centre de loisirs, il fera moitié école, moitié loisirs…

    Bref, si j’étais maman a la maison… Je serais contre certainement.
    La, je suis pour. Moins de temps scolaire et plus de détente dans la journée.

    Par contre, on est fin janvier et toujours aucune nouvelle… On fait quoi en septembre ?

  15. Merci pour ce débat!
    Je partage un peu tous ces avis, j’ai envie que l’école s’améliore vraiment pour aider les enfants à bien grandir, dans plein de domaines différents.
    Je trouve qu’une matinée d’école en plus pour une demi-heure en moins par jour, c’est un peu cher payé, je ne vois pas trop ce qu’on peut faire en une demi-heure de périscolaire en plus…
    Je trouve que cette réforme va trop vite, il n’y a pas les infrastructures pour accueillir les enfants.
    Voilà mon exemple:
    J’habite dans un village de 700 habitants où il n’y a aucune possibilité de sport ou de loisirs pour les enfants;
    la « grande » ville la plus proche est à 10 kms( 2500 habitants! quand même, ça cause!), elle possède un « complexe sportif »:
    le mercredi, une salle est réservée pour le judo, la seconde pour la danse, et la pelouse sert de terrain de foot…
    Tous les enfants des environs se retrouvent là, (car il n’y a que ça! mais ils sont assez heureux,chacun y trouve son compte!) les cours se font par tranches d’âge, de 9h à 19h sans discontinuer, car le reste de la semaine, ces salles servent à toutes les associations.
    On fait comment pour faire passer tout ce flot d’enfants dans ces 2 pauvres salles en une demi-journée seulement?
    Si on veut faire faire plus d’activités aux enfants, il faudrait peut-être construire des lieux d’accueil…

  16. Alors je vais surement en étonner plus d’un, mais ce projet à déjà été mis en place dans certaines écoles, depuis 3 ans (à ma connaissance, après peut être plus), et les enfants ne s’en porte pas mal. Et je le sait car j’en est fait partie ! Donc si vous avez des questions, j’essaierais d’y répondre …
    Comme dit plus haut, il faut bien faire attention à ne pas confondre garderie et accueil périscolaire; dans le premier les enfants sont juste surveillés alors que dans le deuxième, des activités leurs sont proposées.
    Je ne suis pas d’accord quand au fait que des animateurs avec uniquement le BAFA ne sont pas aptes à animer des ateliers périscolaires. Certes ce n’est pas un diplôme professionnalisant, mais il permet d’avoir de l’expérience, et je trouve qu’il vaut mieux quelqu’un qui a envie de faire des choses plutôt que quelqu’un bourré de diplôme mais qui reste assis sur sa chaise !
    Quand au problème de locaux, sachez qu’une salle de classe ou un cours peu suffire à faire des ateliers périscolaires ! Pas besoin d’ateliers ou de complexe sportif. Tant mieux si il y a, mais on fait autrement quand il n’y a pas. Il faut arrêter de se créer des problèmes là où il n’y en a pas.
    Et pour finir, pour le « problème » de personnel, pourquoi ne pas faire appel aux centres sociaux, qui emploie souvent des personnes a temps partiels ! cela pourrait permettre d’augmenter leur temps de travail, et à moindre coup pour les communes dans la mesure où beaucoup d’animateurs sont employés en contrat aidé ou de professionnalisation et donc en grande partie financé par l’état.
    Si vous avez des question, n’hésitez pas, j’essaierais de vous répondre.

  17. Nathilio: oui je suis d’accord c’est l’inégalité qui est le danger de cette réforme!

    Ellana: pour les animateurs BAFA ou non, tout dépends à mon avis de ce qui est placé dans les missions des animateurs.
    Dans mon idée du projet scolaire « idéal » les animateurs et les professeurs pourraient intervenir sur des ateliers dégageant directement du temps sur l’emploi du temps des enfants dans les matières citées: sciences, technique, art, sport. Je pense que pour cela il faut des animateurs diplômés. Mon collègue intervient déjà dans les écoles au niveau du sport et pour ce faire il faut impérativement une validation après inspection de l’académie. C’est la même chose pour les intervenants musique et autres qui viennent dans les écoles.
    Pour cela, il faut savoir monter des projets, préparer des séances, avoir une réflexion sur les méthodes pédagogiques que l’on emploie. Je ne dis pas qu’un anim BAFA n’est pas capable de faire ça mais en tous cas il n’a pas été formé pour.

    Par contre en effet dans le cas d’un accueil périscolaire plus « classique », je suis d’accord. Je n’ai rien contre les animateurs BAFA, bien au contraire. Etre motivé pour passer du temps avec les enfants, partager avec eux des temps de jeux et de découvertes c’est top.

    Enfin pour finir sur le personnel à recruter. Bizarrement dans mon service nous avons du mal à trouver du personnel pour travailler sur le périscolaire et même sur les vacances scolaires. C’est vrai que dans le nombre d’heures proposées ne fait pas rêver mais bon… et peut-être qu’aussi nous sommes exigeants avec les gens que nous voulons recruter.

    Sinon je pense que la majorité des communes vont choisir le mercredi matin. Je pense que le poids des assoc de parents, va peser dans les décisions. Il y a trop de familles divorcées pour qui cela deviendrait un trop gros problème.

  18. Je salue cet article qui reprend toutes les réflexions que nous nous sommes faites avec autres délégués des parents, parents, maire et instit. Il Ne faut pas, comme trop souvent j’ai l’impression, résumer les réticences à ce changement à un problème d’instit. (Je tiens à préciser que je ne suis pas instit et je n’ai pas d’indulgence particulière) L’intérêt de nos enfants est trop peu considéré notamment à la lecture des documents transmis à la mairie (affligeant).
    Il y a encore beaucoup de réflexions à avoir avant d’aboutir à une solution acceptable pour nos petits il me semble.

  19. juste MERCI ! D’en parler et de dire aux gens de s’informer… Instit et désabusée devant le traitement médiatique de l’affaire, je ne me bats pas (comme beaucoup, la plupart d’ailleurs) pour mon petit confort du mercredi matin mais pour mes élèves. Que va leur apporter une pause de 3h le midi ? Comment vont-ils être après cette pause ? Prêts à « s’y remettre » ? Vous seriez prêts à vous y remettre vous, après 3h de pause ? Et puis on parle d’animation pendant le temps périscolaire mais à Paris, il s’agit de surveillance et non d’animation (dans mon quartier en tout cas et dans les écoles dont j’ai entendu parler par des collègues y travaillant). 3h sans activité, cela va leur paraître bien long… Déjà les 2h actuelles sont parfois longues pour eux, sans lieu, sans matériel et sans activité proposée (par chez nous en tout cas, je ne généralise pas non plus). Bref, on nous vend une meilleure répartition du temps scolaire mais pas sûr que les 2h de l’après-midi soient très productives après 3h de pause… Efficace ? J’en doute…
    Enfin bref, le sujet est complexe et vaut bien que l’on s’y attarde…
    Heureusement que je devais te dire « JUSTE » merci 😉

  20. a ORTISSE :
    Détrompe toi, lors des formations BAFA, on apprend à rédiger un projet, à préparer une séance, voir les moyens nécessaires et tout le reste. Et je pense qu’il est indispensable de faire avec des animateurs n’ayant « que » le BAFA dans la mesure ou le seul diplôme d’animateur professionnalisant qui existe est le BAPAT mais que celui ci est très peu connu. Pour ce qui est du BAFD (non professionnalisant), du BPJEPS, du DEJEPS, ou encore du DESJEPS (tout trois professionnalisants) ils forment à la fonction de directeur ! Et tu parles de validation auprès de l inspection académique, mais ce n’est pas nécessaire pour un animateur (à ma connaissance), sauf bien sûr pour certaine comme par exemple le canoë ou l’escalade qui nécessitent des diplômes d’état …

  21. Bonjour !

    Je suis DDEN (déléguée départementale de l’éducation nationale : rôle bénévole), dans le Rhône. Ici, l’association des DDEN est, dans l’absolu, pour le samedi matin. Mais pour reprendre un des commentaires, cela me paraît compliqué pour les nombreux enfants dont les parents sont séparés et qui vont chez leurs papas le week-end. On peut le déplorer, mais on ne peut pas ne pas en tenir compte : l’enfant doit être au centre des préoccupations.

    Malgré ce qui a été dit sur un des commentaires, je suis maman à plein temps et je suis pour la semaine de 4 jours et demi, avec le mercredi matin travaillé….

    Cette réforme a des effets épidermiques. Pourtant, je voudrais rappeler une seule chose : l’enfant doit être au centre des préoccupations. Et là, ce n’est pas gagné car tout le monde voit de son point de vue perso. C’est humain, mais l’enfant, là-dedans????

  22. Bonjour
    Pour répondre à Corinne : Je comprend bien ton point de vue et le partage : je suis maman de 3 enfants et je travaille à 80% comme mon mari. On a fait ce choix de 80% au moment de la scolarisation de notre premier pour pouvoir justement être un maximum présent.
    Toutefois on ne peut pas vouloir le bien de l’enfant en faisant abstraction de son cadre familial. De même que certains enfants sont en WE alternés, la grande majorité sont dans des familles où les 2 parents travaillent : garderie obligatoire donc matin et soir. Je ne me réjouis donc pas que mes enfants fassent encore plus de garderie chaque jour, car à moins de réformer le fonctionnement de toutes les entreprises françaises, il est quand même difficile actuellement de quitter son poste à 16h00. Comme beaucoup de personnes je suis dans une petite commune qui n’a absolument pas les moyens d’investir dans un CLAE digne de ce nom.
    Par ailleurs, j’estime que le temps « en famille » peut être aussi un temps éducatif, les parents ayant à mon avis un rôle primordial dans l’acquisition de compétences des enfants (sous une forme différentes que l’école). Je sais que beaucoup d’enfant passe leur mercredi devant la télé et il faut aider ces familles là, mais ce n’est pas une raison pour déresponsabiliser l’ensemble des familles (devoir fait à l’école….).

    Je ne pense pas que les parents contre la réforme soit des parents qui ne pensent qu’à leur confort familial. Pour ma part je me réjouis d’une demi journée peinarde à la maison sans enfant, pour penser à moi… mais justement je pense à mes loulous et je pense qu’ils seraient mieux à se reposer à la maison et à souffler du rythme infernal de la collectivité.

    Toutefois j’entend tous les arguments pourvu qu’il colle à la réalité et pas une réforme idéale avec des parents ultra dispo, des collectivités locales pleine de sous et des transports pour tous…

    Cordialement

    Audrey

  23. Bonjour à tous,

    quid des associations culturelles et sortives qui n’ont été ni consultées, ni écoutées, et qui vont perdre une très grosse partie de leurs élèves si cours le mercredi matin ?
    quid des enseignants, professionnels sur-diplômés (obligation française mais oui, qui pense que la compétence passe par un papier plus que par l’expérience) qui se retrouveront en manque d’heures de cours ?
    Désolée, au probable mécontentement de certains d’entre vous l’enfant n’est pas toujours au centre de ma réflexion: ce problème fait néanmoins partie des dommages collatéraux totalement absents des débats.

    Discussion entre un élu et moi-même:
    « pouvons-nous organiser une table ronde avec les associations culturelles et sportives du territoire et les directrices et directeurs d’écoles?
    – ben vous n’avez qu’à venir faire vos cours de solfège entre midi et deux à l’école ! » (car biensûr l’enseignement musical se résume à un cours de solfège: restons dans les clichés, l’ouverture culturelle et intellectuelle est la grande gagnante)

    Discussion concise, efficace, sujet clos.
    Passons maintenant au sujet brûlant: le prochain rond point !!!!! quel emplacement, quelle taille, fleurs bleues ou rouges ? 1h de débat au moins, mais le sujet est essentiel pour la commune alors, chacun réfléchit et prochaine réunion dans 8 jours, on ne met que ce sujet à l’ordre du jour comme ça on pourra se concentrer comme il faut.

    Ce qui m’attriste le plus, c’est ce constat: on passe encore une fois à côté de quelque chose par absence de dialogue.
    Cette réforme pourrait être une vraie révolution, avec une réflexion sur les fondements, valeurs, enseignements, quelle vie souhaite-t-on pour nos enfants ??? quels adultes leur propose-t-on de devenir ?
    Mais non, rien. Et j’ai des sueurs froides.

    Je suis un peu désabusée en cet instant, mais ça va passer, il est plutôt l’heure de se rencontrer et de se mobiliser.
    Merci, grand merci pour cet espace de partage, dont j’ai peut être abusé, excusez-moi.
    Au fait, j’assure la direction pédagogique d’une école de musique associative.
    Bonne journée, et bonne réflexion…!

  24. encore moi…
    savez-vous s’il existe des communes rurales qui expérimentent la semaine à 4 jours et demi avec activités périscolaires organisées svp ? et si oui, lesquelles ?
    toutes les expériences que je trouve sont en territoire urbain…pas tout à fait les mêmes problématiques que chez moi 😉
    Merci !

  25. Bonsoir,

    Marie, oui il existe des écoles dites pilotes mais avec des résultats apparemment variables de l’une à l’autre. Forcément, partout le contexte est différent, les paramètres varient. C’est obligé. Mais nous nous posions aussi cette question au conseil d’école hier soir: où trouver les bilans de ces expériences d’écoles pilotes ? Personne n’a su nous répondre …

    Merci Cilou pour cet article.

    Je me bats pour mes élèves d’aujourd’hui, ceux que j’aurai demain.
    Et moi je ne rejette pas la matinée supplémentaire, bien au contraire. Mais ce que je déplore c’est cette réforme faite sans vraiment demander l’avis des principaux intéressés: les familles, les enseignants.
    Je pense qu’à la base, elle pourrait être bonne, voire très bonne. Mais faite à l’arrache, dans un flou artistique avec les principaux intéressés très inquiets quant à l’organisation de tout ceci, nous fonçons droit dans un mur.

    Merci aux parents qui se bougent, s’informent, informent et soutiennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *